Point Hebdo : L’été sera Taux

Bonjour,

Les bourses mondiales ont clôturées la semaine sur une note mitigée. Les différentes réunions des banques centrales, l’évolution du cours du pétrole et les différents chiffres économiques ont envoyé des signaux plutôt hétérogènes.
Avec l’amélioration du contexte macroéconomique, les banquiers centraux apparaissent de moins en moins accommodants. Après la Fed qui poursuit son resserrement monétaire, la BCE semble bientôt prête à réduire son interventionnisme. Les marchés, qui semblaient jusque-là perplexes à l’idée d’un retour de l’inflation s’ajustent en faveur d’un scénario plus reflationniste. Si les indices actions restent globalement inchangés de part et d’autre de l’Atlantique (S&P 500 +0.2%, Eurostoxx 50 -0.2%), la remontée des taux souverains entraine une rotation sectorielle en faveur du secteur bancaire et au détriment des valeurs technologiques. Également, les cours du pétrole restent fragiles et cèdent 4.5% sur la semaine, chute principalement imputée à une remontée de la production américaine. La prochaine réunion de l’Opep se déroulera le 24 juillet prochain.

Du côté des statistiques macroéconomiques, celles-ci sont plutôt favorables, notamment outre-Atlantique. Le rapport sur l’emploi américain, très attendu par les investisseurs, a été publié vendredi dernier et confirme la stabilité du marché de l’emploi de la première économie mondiale : création de 222.000 emplois (contre 179.000 pour le consensus). Les ISM manufacturier et service américain sont également en bonne forme, ressortant l’un comme l’autre supérieur à leur prévision.
Les indices PMI européens se maintiennent également à de très bons niveaux, à l’exception des indices de croissance Britanniques, qui poursuivent leur ralentissement au mois de juin. Notamment le PMI manufacturier, les constructions, ainsi que la balance commerciale, qui creuse son déficit.

Coté géopolitique, le G20 s’est tenu les 6 et 7 juillet à Hambourg, sur fond de thématiques géostratégiques concernant la Syrie, la Corée du nord, et  l’Ukraine. Ce sommet, fut médiatiquement notable, du fait de la rencontre Trump-Poutine, et des émeutes crées par le mouvement anarchiste « Black Blocks ». Face aux incertitudes politiques à venir, l’actualité des entreprises devrait revenir sur le devant de la scène avec le bal des publications de résultats pour le deuxième trimestre. Selon Thomson Reuters, la croissance des bénéfices devrait atteindre 8% pour les entreprises du S&P 500 et 9.6% pour les actions européennes. A ce titre, la parution des résultats des banques américaines JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo vendredi permettra d’avoir une meilleure visibilité sur le secteur bancaire.  Autre événement de la semaine, l’ audition semestrielle de Janet Yellen se déroulera mercredi, deux jours avant les chiffres de ventes au détail et d’inflation US.

Voici un point sur chacun de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 6 juillet en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la VL est en hausse de 0.16%. La stratégie d’alpha portable contribue négativement à la performance du fonds, mais la stratégie de portage obligataire compense largement cette perte, notamment grâce aux titres financiers tels que Crédit Logement 1.2% et Generali Finance 4.5%. Par ailleurs, nos couvertures de taux sur les dettes d’état italienne, française et allemande contribuent également à la performance. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative cette semaine. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +3.37% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.38% sur la même période. Les encours sont de 14.6 millions d’euros.

Taux Réels Européens

Au cours de la période récente, les planètes se sont alignées autour du thème de la reflation. Du point de vue fondamental, des données toujours solides en Europe et en Asie et meilleures que prévu aux États-Unis confirment l’idée d’une croissance nominale globale solide, probablement comprise entre 5 et 6%. Par ailleurs, les banquiers centraux ont clairement indiqué leur confiance dans la reprise actuelle, souvent qualifiée de modérément reflationniste. Pas d’envolée des prix à la consommation, mais des pays développés fonctionnant souvent en régime de plein emploi, à l’exception des pays périphériques européens et de la France. Dans ce contexte, ce sont les hausses de coûts salariaux qui nourriront les hausses de prix à l’horizon des mois qui viennent, plus que les prix des matières premières. Le pétrole Wti, par exemple, semble stabilisé dans un range compris entre 40 et 60 dollars par baril.
En Europe, la prise en compte de ce contexte a eu pour principal résultat une tension sur les taux d’intérêts allemands. La courbe des taux se déplace de façon relativement homogène de 0.10%. Alors que l’inflation s’inscrit à 1.3% (inflation cœur 1.1%), des taux 10 ans allemands à 0.58% ne paraissent pas élevés. Pour refléter pleinement le contexte fondamental, ces derniers devraient continuer pour s’inscrire sur des niveaux compris entre 1% et 1.1%. Ce sont des niveaux envisageables à l’horizon de la fin de l’été. Toutefois, à plus court terme, nous sommes vigilants sur l’évolution des spreads de taux. En effet, la tension des taux « core » s’est accompagnée d’une tension plus marquée sur les autres compartiments obligataires. Dans un monde où le stock de dette global dépasse les 300% du PIB, même une faible dégradation des conditions de financement peut avoir d’importantes conséquences sur les rendements des obligations plus faiblement notées.
Dans le contexte décrit plus haut,  le positionnement de Taux Réels Européens paraît remarquablement bien adapté.  Ce dernier reste toujours défensif et structurellement construit pour des marchés reflationnistes. Toutefois, de façon tactique, nous rehaussons marginalement la sensibilité globale du FCP à -0.5, la hausse des taux récente commençant à générer des écartements de spreads. La partie du fonds investie en monétaire (2%) / taux flottants (19%) / indexées inflation allemandes (15%) s’inscrit à 36% de l’actif net.
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.62% contre +1.30% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 40 mln d’euros.

Sanso Short Duration (ex. Hixance Oblig 1-3)

Le retournement de tendance sur le marché du crédit en fin de semaine a pesé sur la performance hebdomadaire du FCP Sanso Short Duration. Le fonds affiche ainsi un retrait de -0.04% sur la semaine. De par son positionnement sur la partie courte de la courbe, le fonds n’a pas été particulièrement affecté par la hausse des taux souverains en fin de semaine. Mais c’est bien l’écartement des spreads de crédit qui a entrainé le léger recul de la performance du fonds, en particulier sur les secteurs de la distribution et du pétrole. On notera toutefois la bonne résistance du secteur financier à la fois sur les souches seniors et subordonnées dans un contexte de hausse des taux. La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Short Duration est de + 3.53%. Les encours sont de 29.2 millions d’euros.

Sanso Patrimoine (ex. Hixance Patrimoine)

Dans des marchés devenus incertains à la fois sur les indices boursiers européens et sur le crédit obligataire, le fonds Sanso Patrimoine résiste bien sur la semaine et affiche même une très légère progression de +0.01%. Avec la baisse des indices boursiers, les couvertures optionnelles ont réduit mécaniquement l’exposition actions du fonds à un niveau inférieur à 18%. Si les investisseurs restent fondamentalement à la recherche de rendement, le marché du crédit s’est nettement tendu en fin de semaine dans le sillage de la hausse des taux souverains. Reflet de ce mouvement d’écartement des marges de crédit qui est venu pénaliser la performance hebdomadaire du fonds, l’indice Itraxx Crossover 5 ans s’est élargi de 10bps sur la semaine. La performance du FCP Sanso Patrimoine depuis le début de l’année est de + 3.33%. Les encours sont de 35.9 millions d’euros.

Sanso Opportunités (ex. Amaïka 60)

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités progresse de 0.13% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis cède 0.2%. Parmi les plus fortes contributions positives à la performance, on trouve nos positions sur les fonds actions européennes par l’intermédiaire du fonds MEMNON Fund European, ainsi que notre exposition au secteur bancaire via le fonds Axiom Equity et le tracker Lyxor ETF Euro Stoxx Banks. Nos couvertures sur la dette française permettent également de gagner quelques points de base, à l’instar de la poche obligataire qui performe notamment grâce au fonds obligataire : Taux Réels Européens. La sensibilité aux marchés actions reste inchangée à 53.9%. La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de +3.66%. Les encours sont de 34.1 millions d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au Jeudi 6 juillet. Sur la semaine, la performance est de +0.01% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de  0.64% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) baissent  de 0.36%. Nos positions sur le fonds Echiquier Value et Exane Overdrive sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Stock Picking France et Varenne Sélection sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions a été augmentée pour atteindre  60%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +3.89%. Les encours sont de 17.4 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 0.60% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros est inchangé. Alors que les indicateurs avancés sont au plus haut depuis la crise financière, les investisseurs ont semblé anticiper une réduction de la liquidité de la part des banques centrales et ont annulé sur la séance de Jeudi, l’avancée acquise les autres jours.
Dans ce contexte, Altiflex parvient à progresser grâce à une sélection d’actions performantes sur l’ensemble des zones couvertes. On  notera par exemple le constructeur automobile Subaru au Japon, l’assureur Aegon en Europe, la technologique américaine Applied Materials et la minière australienne BHP Steel comme étant les 4 principales contributions à la performance hebdomadaire. Les fonds sont restés davantage en retrait, la plupart s’inscrivant en recul cette semaine.
La correction de Jeudi nous a amené à partiellement réduire notre couverture qui depuis plusieurs mois portait sur 30% du portefeuille. Ainsi, après ce mouvement le portefeuille est investi à hauteur de 85% ce qui marque toujours une certaine prudence vis-à-vis de l’évolution à court terme des marchés d’actions. Nous n’avons, par ailleurs, pas réalisé d’autres opérations.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +3.49% contre +1.09% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.9 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 0.52% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis gagne 0.69%. Petit regain de volatilité cette semaine en Europe avec une forte hausse Lundi, suivie de 4 séances de prises de profits effaçant plus de la moitié des gains initiaux. L’incertitude gagne le moral des investisseurs quant à la politique à venir des banques centrales. Dans ce contexte, Maxima progresse grâce aux bons comportements des valeurs financières notamment et des industrielles dans une moindre mesure. A noter aussi la bonne contribution de Wirecard en Allemagne qui poursuit avec succès sa stratégie de développement en Europe. Du côté des fonds, les stratégies Value de l’Echiquier et de Mandarine ont été plutôt bien orientée alors qu’à l’inverse, la stratégie SmallCap d’Amilton s’inscrit en recul cette semaine.
Nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille cette semaine, et par conséquent, notre politique d’investissement marque toujours une certaine prudence avec un niveau d’exposition autour de 72%. Nous continuons à penser que les investisseurs font preuve d’une trop grande complaisance et nous conservons cette prudence pour se prémunir d’un mouvement de prises de bénéfices. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +4.48% contre +7.45% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 10.7 mln d’euros.

Sanso Megatrends (ex. Cedrus Sustainable Megatrends)

Les performances sont arrêtées au Jeudi 6 juillet en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.25%. La performance de l’indice de référence, le MSCI World dividendes réinvestis, est, elle, de -0.34%.
Les meilleures performances sont venues de Pictet Security qui progresse de 0.1% et de l’ETF Source Morningstar US Energy Infrastructure MLP qui gagne 0.8%. La stratégie axée sur la sécurité de Pictet a profité de son exposition au secteur des paiements en ligne, notamment à la société Worldpay qui a fait l’objet d’une offre de rachat par l’américain Vantiv. Notre exposition aux infrastructures énergétiques américaines a, elle, profité d’une relative stabilisation des prix du pétrole. A  contrario le thème de la santé a sous-performé le MSCI World, marquant une pause après son excellente performance du mois de juin. Le Lyxor ETF MSCI World Healthcare enregistre ainsi une baisse de 1.1%. Le fonds est exposé à hauteur de 88% au marché actions, une partie de notre position sur les actions américaines étant couverte.
La performance depuis le début de l’année de Sanso Megatrends s’établit à +2.0% en ligne avec celle de son indice de référence. Les encours sont de 64.3 ME.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.