Point Hebdo : Nouveau rebondissement sur l’inflation

 

Les marchés mondiaux prennent une nouvelle bouffée d’air frais. Après deux semaines de correction, nous clôturons vendredi sur une belle semaine de rebond, les indices retraçant la moitié de la baisse de début février.
L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne sur la période 3,05%, tout comme le CAC 40, qui performe de +3,98%. Le S&P 500 progresse lui aussi de 4,35%, tandis que le MSCI World dividendes réinvestis clôture la semaine à +2,63%.
Le chiffre clefs à l’origine de ce sentiment positif inondant les marchés est celui de l’inflation mensuelle américaine sortit mercredi. Un chiffre attendu, scruté, analysé et trituré dans tous les sens. La forte hausse des salaires de la semaine précédente ayant inquiété fortement les investisseurs, ces derniers se retrouvent finalement rassurés par une inflation, certes supérieure aux attentes, mais démontrant finalement une hausse assez limitée.

D’autres données conjoncturelles, comme la baisse des ventes au détail, semblent également écarter les probabilités d’une surchauffe, et ne feraient présager que trois hausses de taux d’intérêt par la Reserve Fédérale américaine sur 2018.
Pour ce qui est du billet vert, le plan d’investissement massif de Donald Trump concernant les infrastructures pèse sur la devise de la première économie mondiale, l’euro retrouve ainsi la barre des 1.25$/€.

De part et d’autre de l’Atlantique, les publications de résultats d’entreprises ressortent en général positives, notamment en France, où les bénéfices engrangés par Airbus, Rexel, Renault et EDF ont été vivement salués. Seules demeurent sanctionnées les entreprises démontrant un manque de précision dans leurs objectifs, à l’instar de Vivendi, Tarkett et Air France.
Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,2450$, en hausse d’environ 1,6% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 61,95 et le Brent ressort à 64,9$. L’once d’or s’échange autour des 1.352 dollars (+3%).

 

Voici un point sur chacun de nos fonds :

FONDS OBLIGATAIRES

SANSO SHORT DURATION

Malgré un net rebond du marché du crédit obligataire jeudi et vendredi, le fonds Sanso Short Duration finit la semaine sur un petit recul de -0,03%, ce qui ramène la performance depuis le début de l’année à 0,00%. La bonne orientation des indices Itraxx (CDS) ne s’est pas encore totalement répercutée dans le marché du cash mais le retournement de tendance en milieu de semaine est très net et les investisseurs ont retrouvé un certain appétit pour le risque. Ainsi, après un fort élargissement, les indices de crédit se sont rapidement resserrés : -18bps sur l’indice Crossover (signatures notées de BBB+ à BB-), -6bps sur l’indice des financières seniors, et enfin, -13bps sur l’indice des financières subordonnées. Nous avons profité du mouvement de tension des dernières semaines pour saisir quelques opportunités. Le rendement actuariel du fonds Sanso Short Duration est ainsi remonté de 1,60% à 1.71%. La maturité moyenne du portefeuille obligataire a été rallongée de 2,25 ans à 2.44 ans avec une sensibilité qui est passée de 1,82 à 1,88. Enfin, la volatilité à 1 an du fonds, à l’image du marché, est remontée de 1,14% à 1,28%, et les encours sont de 50,1 millions d’euros.

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

Sur la semaine arrêtée au 15 janvier, la performance est -0.41%, contre -0.22% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -0.45% contre -0.90% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
La semaine sous revue a été caractérisée par un contrechoc après les baisses de la semaine précédente. Le recul du dollar, concomitant à la remontée des taux d’intérêts américains depuis le début d’année a fini par déséquilibrer les marchés d’actifs. Après de fortes baisses, ces derniers se sont nettement repris cette semaine. Dans ce contexte, l’indice CDS sur la dette privée de notation « investissement » perd 0.09% à 0.51%. dans le même temps, les taux allemands rebaissent marginalement.
Ce sont souvent les marchés de devises qui déclenchent de nouvelles tendances. La pression observée sur le dollar vient de plusieurs facteurs. Tout d’abord, on observe la volonté de l’administration Trump de l’affaiblir, de façon à favoriser les exportations du pays et à relancer l’inflation salariale. Par ailleurs, le plan fiscal américain creuse le déficit budgétaire du pays. Or, le pays restant caractérisé par une consommation dynamique et une épargne faible, on peut s’attendre également à une détérioration du déficit des comptes courants. C’est ce « twin deficit » américain qui pèse sur le dollar et que les cambistes anticipent. Simultanément, la Réserve Fédérale conserve son approche de hausse des taux « graduelle », ce qui permet jusque-là de maintenir les taux à des niveaux bas, notamment en termes réels.

En synthèse, les américains ont besoin d’investisseurs étrangers pour financer leurs déficits. Or, ces derniers semblent estimer que la rémunération qui leur est proposée est insuffisante pour acheter le dollar.
Concernant le portefeuille, nous avons maintenu stable la sous-sensibilité aux taux d’intérêts vis-à-vis du benchmark. Cette dernière s’inscrivait à -2 en fin de période. Les fonds crédit qui étaient sur-exposés au marché ont sous-performé l’indice de référence (ex : Allianz € credit). A l’inverse, les fonds « prudents l’ont sur-performé (ex : Groupama € ISR).Les encours sont de 78.5 mln d’euros.

TAUX RÉELS EUROPÉENS

Sur la semaine, la performance est de -0.24% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%. Nos positions sur les indexées inflation sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos positions de couverture sur les marchés à terme et nos positions sur le crédit émergent sont les principales contributions négatives. L’événement le plus attendu de la semaine était l’inflation américaine. Cette dernière étant sortie à des niveaux plus élevés que prévu, les taux ont commencé par monter. Ensuite, la dégradation des spreads a conduit à des investissements vers les emprunts d’Etats. En progressant, ces derniers ont permis au marché du crédit de se redresser nettement en fin de semaine.
Alors que les fondamentaux restent très solides, nous maintenons la sensibilité taux vers son minimum de -2. La part investie en titres défensifs, comme les Indexées inflations (17.5%) et titres à taux variables (20.30%) reste élevée. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de -0.18%. Les encours sont de 33.7 mln d’euros.

 

FONDS DIVERSIFIÉS

OPTIMUM

Sur la période, la VL est en baisse de 0,25% (performance arrêtée au 15 février). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution neutre sur la période, les fonds américains tardant un peu sur le rebond suivant la correction des dernières semaines. La stratégie de portage obligataire fournit une contribution légèrement négative à la performance du portefeuille, cette dernière étant impactée par les titres financiers tels que Credit Agricole 7,8% et Cofinoga Funding 2,08%. Nos couvertures de taux sur les dettes d’état français et allemand demeurent neutres sur la période. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +0,22% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,09% sur la même période. Les encours sont de 14,3 millions d’euros.

SANSO PATRIMOINE

Malgré un net rebond des marchés boursiers et du marché du crédit, le fonds Sanso Patrimoine a reculé de -0,26% sur la semaine, ramenant la performance depuis le début de l’année à -0,05%. Le fonds, bien protégé à la baisse par ses stratégies optionnelles, a été fortement pénalisé par la baisse rapide de la volatilité. Avec cette baisse de la volatilité, notre exposition actions est restée trop faible pour profiter suffisamment de la forte hausse des indices boursiers européens en fin de semaine. Nous avons donc rééquilibré nos couvertures mais notre exposition nette actions à 15% reste toutefois sur des bornes basses. Côté crédit, la bonne nouvelle est venue vendredi de Nordea qui a remboursé à 100% un emprunt à taux variable qui cotait 91,00%, entrainant ainsi toutes les émissions de même nature. L’indice Itraxx Crossover (signatures notées de BBB+ à BB-), après un fort élargissement, s’est rapidement resserré en fin de semaine pour finir la semaine à -18bps. La tension sur les spreads de crédit permet au rendement actuariel du portefeuille obligataire de remonter à 3,03%. La maturité moyenne et la sensibilité sont par contre restées inchangées à respectivement 3,93 ans et 2.96%. La volatilité annuelle de Sanso Patrimoine remonte légèrement à 2,46% et les encours du fonds sont de 31,1 millions d’euros.

SANSO OPPORTUNITÉS

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en hausse de 1.04% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne 3.05% et le MSCI World dividendes réinvestis 2.63%. Le fonds tire profit du redressement des marchés actions mondiaux. Coté actions, les fonds internationaux (Altiflex) et asiatiques (Fast Asia) sont les principaux contributeurs à la performance. Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance absolue ont une contribution négative marginale (-0.06%). Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution positive sur la semaine (+0.19%). La sensibilité aux marchés action a été sur la période relevée à 55% via l’acquisition d’un certificat ISR Low Carbon (+3%) et des stratégies optionnelles haussières ont été initiées sur le T-Note 10 ans (sensibilité +0.47). La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de -0.33%. Les encours sont de 32.8 millions d’euros.

CEDRUS SUSTAINABLE OPPORTUNITIES

Sur la semaine arrêtée au 15 février, la performance est +0.88 contre +1.20% pour l’indice de référence. La performance depuis le début de l’année s’établit également à -0.33% contre -1.18% pour son indice de référence (50% MSCI World / 50% Eonia Capitalisé).
Nous avons relevé notre exposition actions proche du benchmark à 53% et gardons un biais positif sur la zone euro (+2% versus benchmark) et les pays émergents (+6% versus benchmark) et négatif sur les US (-5% versus benchmark). Les encours sont de 25 mln d’euros.

RÉSILENCE

Sur la semaine, arrêtée au 15 février, la performance est de +0.26% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.39% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 2.42%. Notre exposition aux fonds Varenne sélection et Black-Rock World Gold sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds H2O Allegro et Helium Sélection sont les principales contributions négatives. L’exposition aux marchés d’actions est stable à 25%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -0.35%. Les encours sont de 25.9 mln d’euros.

 

FONDS ACTIONS

ALTIFLEX

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 3.83% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse 2.63%. Les marchés internationaux rebondissent vigoureusement cette semaine sur fonds de détente de la volatilité et malgré des données macro-économiques concernant l’inflation qui avaient dans un premier temps inquiété les investisseurs mais qui, après une lecture plus fine ont plutôt redonné de l’apétit pour le risque et permis ainsi au marché américain notamment d’effacer quasiment 70% de ses pertes depuis début Février. Altiflex amplifie assez largement le mouvement avec une contribution positive de tous les moteurs de performance. Le portefeuille profite en effet du rebond marqué des valeurs de croissance en particulier des semi-conducteurs, de la santé, et des énergies alternatives. Ce dernier thème participe aussi à la belle contribution hebdomadaire des fonds au travers d’Active Solar qui progresse de plus de 7% sur la semaine. Enfin, notre exposition au marché contribue aussi très positivement au résultat. Une seule opération en portefeuille cette semaine, elle concerne le canadien Brookfield Asset Management dont les fondamentaux se sont récemment dégradés et que nous avons donc vendu.
Par contre, le niveau d’exposition du portefeuille est resté inchangé au cours de la semaine et marque toujours un positionnement offensif avec un niveau très légèrement supérieur à 116%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -2.22% contre -0.92% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 18.3 mln d’euros.

MAXIMA

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima bondit de 3.19% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 3.05%. Les marchés européens terminent la semaine en forte hausse soutenus par de solides données macroéconomiques, des résultats d’entreprises positifs et le tout, sur fond de détente des rendements obligataires. La surexposition aux marchés actions implémentée dans Maxima récemment a permis au portefeuille de participer pleinement au mouvement de hausse et ce malgré une contribution plutôt décevante des fonds détenus en portefeuille. Au niveau des titres, on retiendra cette semaine Ipsen en France et Wirecard en Allemagne, deux valeurs de croissance dont la performance hebdomadaire a dépassé les 10%. Mais ces hausses ont été compensées par quelques déceptions du côté des valeurs financières notamment parmi lesquelles Cdt agricole ou Raiffeisen Bank qui restent dans le rouge sur la semaine.
Un arbitrage a été réalisé cette semaine avec la vente du fonds Amilton SmallCaps au profit de son cousin Amilton Premium Europe dont la couverture géographique nous semble plus adaptée à l’heure actuelle. Même si le potentiel est plus faible, nous pensons que le rebond peut se poursuivre et conservons donc une exposition dans ce sens à un niveau au-delà de 115%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit +1.01% contre -2.01% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis) .Les encours sont de 14.8 mln d’euros.

SANSO MEGATRENDS

Le secteur automobile connait de profondes transformations. Alors que plusieurs constructeurs automobiles « traditionnels » dont Volkswagen ou encore Daimler sont impliqués dans des scandales liés aux règlementations sur les émissions polluantes des véhicules essences, de nouveaux acteurs émergent à l’image de Tesla ou encore des chinois BYD et BAIC qui sont désormais les numéros un et deux mondiaux sur le segment des voitures électriques.
Des bouleversements sont également à l’œuvre dans la chaine de valeur du secteur. Ainsi, selon Goldman Sachs, la demande mondiale en lithium devrait quadrupler dans les 10 prochaines années, une opportunité pour les sociétés exploitant et transformant ce minerai comme l’américain Albemarle ou le chinois Ganfeng Lithium. Par ailleurs les composants des véhicules électriques diffèrent de ceux des véhicules traditionnels et le contenu informatique de tous les modèles de voiture augmente de façon considérable.

Dans le cadre de Sanso Megatrends nous faisons confiance à des gérants spécialisés sur ces thématiques comme ceux du Wheb Sustainability Fund ou du Janus Henderson Global Sustainable Equity pour choisir les bonnes valeurs au sein de cet univers en transformation.
Sur la semaine du 08 au 15 février la performance de Sanso Megatrends est de 1.52% contre 2.42% pour l’indice de référence, le MSCI World dividendes réinvestis. Depuis le début de l’année la performance est de -1.61% contre -2.36% pour ce même indice.

L’encours du fonds est de 65.1 mln au 15 février 2018.

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

Sur la semaine du 08 au 15 février la performance est de 0.91% contre 1.32% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI world. Depuis le début de l’année la performance est de -1.12% contre -2.05% pour ce même indice.

Les fonds axés sur les petites et moyennes valeurs se sont à nouveau démarqués à l’image de Quest Clean Tech et de RocheBrune Zone Euro Actions qui surperforment l’Euro Stoxx de 1.2% et 0.5% respectivement. A contrario les valeurs bancaires et le marché espagnol ont sous-performé l’Euro Stoxx, les investisseurs privilégiant les valeurs de croissance et de qualité en ce début de rebond des marchés. Enfin, certains fonds du portefeuille qui calculent leur VL en utilisant les cours arrêtés à 13h ou 17h30 n’ont pas bénéficié de la progression des marchés du jeudi 15 après-midi et enregistrent une sous-performance technique sur la semaine. Nous avons légèrement augmenté notre exposition actions qui est de l’ordre de 97%.

L’encours du fonds est de 19.4 mln au 15 février 2018.

 

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

L’équipe de gestion reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.