Point Hebdo: Emploi, Inflation & Taxes

Cette semaine riche en actualités, tant politique qu’économique, termine finalement bien avec 5 séances de hausses consécutives, ce qui n’était plus arrivé depuis mi-septembre 2017.

L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne sur la période 2,90%, tout comme le CAC 40, qui progresse de 2,68%. Le S&P 500 performe lui aussi de 3,57%, tandis que le MSCI World dividendes réinvestis clôture la semaine à +2,82%.

Ce rebond s’explique principalement par les trois points suivants :

– Jeudi, Donald Trump, qui avait laissé entendre que l’instauration de la taxe sur l’acier et l’aluminium serait globale et généralisée, a finalement su se montrer magnanime, en créant certaines exemptions pour ses alliés commerciaux les plus proches, notamment le Mexique et le Canada. Une concession obtenue suite à la mise en garde de nombreuses personnalités américaines quant au retour du protectionnisme (démission de Gary Cohn, principal conseiller économique du président). Cette nouvelle rassure les investisseurs sur les probabilités d’une guerre commerciale à grande échelle.

– Jeudi aussi, les propos de Mario Draghi, qui vient rassurer grâce à un discours plutôt accommodant faisant suite à un communiqué de la BCE considéré comme agressif. Le président de la banque centrale relève son estimation de croissance pour la zone européenne en 2018 tout en abaissant sa prévision sur l’inflation 2019, ce qui repousse la probabilité de hausse de taux avant 2019. Il annonce également renoncer à renforcer le programme de rachat d’actifs (QE), nous ramenant un peu plus vers une normalisation monétaire.

– Vendredi, les chiffres de créations d’emplois aux Etats-Unis ont bondi à leur plus haut niveau depuis juillet 2016, dépassant largement les anticipations (313.000 contre 205.000 attendu) et ce malgré un taux de chômage qui demeure stable sur la période (4.1%). Ces chiffres sont couplés à une inflation salariale relativement faible (0.15%), ce qui rassure les opérateurs de marchés, ne voyant pas la réserve fédérale remonter ses taux d’intérêt plus rapidement que prévu.

Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,233$, quasi stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 61$ et le Brent ressort à 64,5$. L’once d’or s’échange autour des 1.322 dollars (-0,1%).

 

Voici un point sur chacun de nos fonds :

SANSO SHORT DURATION

Une semaine plutôt positive pour le marché obligataire ! Si les taux après s’être détendus à l’issue de la réunion de la BCE jeudi sont repartis à la hausse après les chiffres de chômage américain vendredi pour finir sur la partie courte de la courbe quasi-inchangés sur la semaine, le mouvement le plus remarquable se situe sur les spreads de crédit. En effet, l’ambiance sur le marché du crédit a été très positive tout au long de la semaine et les marges de crédit se sont nettement resserrées : -20bps sur l’indice Crossover (signatures notées de BBB+ à BB-), -5bps sur l’indice des financières seniors, et enfin, -16bps sur l’indice des financières subordonnées. Le marché reste très acheteur et le marché primaire n’est pas suffisamment actif pour alimenter l’offre de papiers. A noter tout de même une semaine très active sur le marché primaire High Yield  avec deux grosses émissions pour PSA et Hertz. Dans cet environnement favorable, le fonds Sanso Short Duration affiche une nette progression sur la semaine (+0,22%) portant la performance annuelle 2018 à +0,27%. Nous avons au cours des derniers jours procédé à quelques arbitrages en recherchant un peu de pente dans les courbes de crédit, nous sommes ainsi sortis d’Areva 2019 pour nous positionner sur la 2021. La maturité moyenne du fonds Sanso Short Duration a été ainsi légèrement augmentée de 2,44 ans à 2,49 ans avec une sensibilité qui est passée de 1,91 à 1,92. Le rendement actuariel moyen du fonds est de 1,62%. Enfin, la volatilité à 1 an du fonds baisse légèrement de 1,28% à 1,25% et ses encours sont de 49.5 millions d’euros.

 

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

Sur la semaine arrêtée au 8 mars, la performance est de -0.28%, contre -0.06% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -0.50% contre -0.49% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
Notre exposition au fonds Sanso Short Duration et nos couvertures sur les marchés à terme italiens  sont les meilleures contributions à la valeur liquidative. Notre exposition au fonds Allianz € credit et nos couvertures sur les marchés à terme allemands sont les contributions les plus négatives.
La confusion générée par la brusque baisse des marchés début février s’est aujourd’hui largement apaisée. Le dollar s’est repris, les taux obligataires européens ont rebaissé et les principaux indices actions se sont nettement repris. C’était la brusque remontée des taux américains qui avait déclenché ce mouvement, alors que le volume d’émissions des « Treasuries » augmentait et que les données d’inflation avaient surpris négativement.
Alors que la semaine va être caractérisée par d’importantes émissions du trésor américain et la publication de l’inflation pour février, une prudence élevée paraît justifiée.

Comme envisagé la semaine précédente, la baisse récente des taux allemands a été utilisée pour diminuer le risque de taux, qui s’inscrit désormais à 3.3 contre un indice ayant une sensibilité proche de 5. Les encours sont de 78.5 mln d’euros.
Cette semaine, dans la mesure où notre prudence serait validée par un mouvement de hausse de taux, de nouvelles réductions de sensibilité seront à l’ordre du jour.

 

TAUX RÉELS EUROPÉENS

Sur la semaine, la performance est de -0.31% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%.  Nos positions sur le crédit de notation investissement  sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur le crédit émergent (Oi 12/17)  et nos couvertures par les marchés à terme sur les taux  allemands sont les principales contributions négatives.
La confusion générée par la brusque baisse des marchés début février s’est aujourd’hui largement apaisée. Le dollar s’est repris, les taux obligataires européens ont rebaissé et les principaux indices actions se sont nettement repris. C’était la brusque remontée des taux américains qui avait déclenché ce mouvement, alors que le volume d’émissions des « Treasuries » augmentait et que les données d’inflation avaient surpris négativement.
Alors que la semaine va être caractérisée par d’importantes émissions du trésor américain et la publication de l’inflation pour février, une prudence élevée paraît justifiée.
Nous maintenons donc une sensibilité négative  (sensi : -0.85), avec une couverture renforcée  sur la courbe allemande.
La part investie en titres défensifs, comme les Indexées inflations (18.4%) et titres à taux variables (21.30%) reste élevée.  La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens  est de -0.73%. Les encours sont de 32.7 mln d’euros.

OPTIMUM

Sur la période, la VL est en baisse de 0,03% (performance arrêtée au 8 mars). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution neutre sur la période, une disparité se dessinant selon les zones géographiques. En effet, les fonds français surperforment sur la période face à un CAC 40 en baisse, notamment le fonds Sycomore FranceCap, tandis que les fonds européens, tels que Schroder Euro Equity, sous-performent. La stratégie de portage obligataire fournit également une contribution neutre à la performance du portefeuille. Notons tout de même la bonne performance des titres Tereos 4,13% et Generali Finance 4,6%, principaux contributeurs cette semaine. Nos couvertures de taux sur les dettes d’état français et allemand nous coûtent quelques points de base sur la période. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +0,15% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,13% sur la même période. Les encours sont de 14,1 millions d’euros.

 

SANSO PATRIMOINE

Si les investisseurs sont restés en début de semaine prudents dans l’attente de la réunion de la BCE jeudi et de la publication des chiffres de chômage américain vendredi, l’appétit pour le risque s’est brutalement accéléré en fin de semaine. Le fonds Sanso Patrimoine a nettement profité du resserrement des spreads sur le marché du crédit  (- 20bp sur l’indice Itraxx Crossover des signatures BBB+ à BB-), mais son exposition réduite (10%) sur le marché actions (couvertures optionnelles arrivant à échéance le 16 mars) ne lui a pas permis de capter suffisamment la hausse des marchés boursiers des deux derniers jours de la semaine. Le fonds Sanso Patrimoine progresse tout de même de +0,08% sur la semaine, sa performance depuis le début de l’année s’établit donc à -0,32%. Le portefeuille obligataire a très peu varié sur la semaine : son rendement actuariel est passé de 3,01% à 2,93%. Sa maturité moyenne et sa sensibilité restent quasi-inchangées à 3,87 ans et à 2,88%. La volatilité annuelle de Sanso Patrimoine baisse de 2,48% à 2,38%. Les encours du fonds sont de 31 millions d’euros.

 

SANSO OPPORTUNITÉS

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en hausse de 0,59% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne  2.90% et le MSCI World en euro dividendes réinvestis 2.82%. Dans ce contexte de marché, le fonds se redresse modérément, pénalisé par des décalages temporaires de valorisation de fonds . Coté actions, on notera des contributions positives des  fonds Altiflex et Maxima et négatives des fonds Morant Wright Sakura et Axiom Equity. Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance connaissent une performance marginalement négative (-0.07%) avec à noter une contribution positive de H2O Allegro (+0.03%). Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution légèrement négative sur la semaine (-0.07%)  pénalisée par la contreperformance locale du secteur bancaire en zone euro . La sensibilité aux marchés actions a été augmentée à 58%. La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de -0.30%. Les encours s’élèvent à  47.6 millions d’euros..

 

RÉSILENCE

Sur la semaine, arrêtée au 8 mars, la performance est de -0.08% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de  0.43% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 0.50%. Notre exposition aux fonds H2O Allegro et Varenne Sélection sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Hélium Sélection et Taux Réels Européens  sont les principales contributions négatives. L’exposition aux marchés d’actions est stable  à 26%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -0.55%. Les encours sont de 26.3 mln d’euros.

ALTIFLEX

Sur la semaine, Altiflex bondit de 3.45% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros est en hausse de 2.82%. Une très belle semaine sur ces marchés qui terminent la semaine tout proches de leur niveau de début d’année. Un certain nombre d’évènements sont venus rassurer les investisseurs parmi lesquels l’accueil réservé y compris en interne des mesures protectionnistes de D. Trump, un discours assez « Dovish » de la part de la Banque Centrale Européenne » et un rapport sur l’emploi aux Etats-Unis très rassurant quant aux implications en termes d’inflation.
Dans ce contexte, Altiflex progresse assez vivement grâce à une sélection de titres performants avec par exemple, trois titres progressant de plus de 10% sur la semaine (E-Trade, Andeavor & DS Smith). Et si notre sélection de fonds s’avère décevante en moyenne, celle-ci est rattrapée par une forte contribution de notre gestion de l’exposition. En effet, déjà surinvestis en début de semaine, nous avons augmenté à 124% cette exposition en milieu de semaine pour revenir lors la dernière séance à un niveau plus neutre après l’envolée des marchés. Ces mouvements ont été très profitables au fonds. Nous n’avons pas réalisé d’autres opérations en portefeuille, ainsi l’exposition actuelle se situe très légèrement sous les 100%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -0.11% contre –0.08% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 19.2 mln d’euros.

 

MAXIMA

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima progresse de 3.55% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis monte de 2.90%. Les marchés européens ont été portés cette semaine par le discours plus « Dovish » qu’attendu de Mario Draghi mais aussi par la relativisation des mesures protectionnistes annoncées la semaine dernière par le président américain Donald Trump.
Dans ce contexte Maxima progresse fortement grâce au très bon comportement du portefeuille de titres qui profite notamment de la forte surperformance des valeurs de croissance, parmi lesquelles les technologiques Wirecard, STMicro et Grifols. Les fonds quant à eux déçoivent en raison principalement d’un décalage de valorisation. Mais cette contreperformance aura été largement contrebalancée par la forte contribution de notre gestion de l’exposition très profitable dans ce contexte de marché haussier.
Au cours de la semaine, nous avons arbitré la foncière espagnole Merlin Property au profit de Klépierre qui nous semble aujourd’hui, beaucoup plus attractive dans ce secteur.
L’exposition du portefeuille reste inchangée à 117%, marquant toujours un certain optimisme quant à la situation actuelle, même si nous nous rapprochons de niveaux qui nous inciteront certainement à réduire l’exposition.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +1.14% contre -2.17% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis) .Les encours sont de 14.9 mln d’euros.

 

SANSO MEGATRENDS

Les Objectifs de Développement Durable des Nations-Unies (ODD) sont en train de s’imposer en tant que nouvelle grille de lecture ISR chez les investisseurs. Ainsi le broker Morgan Stanley note des réorganisations des équipes de recherche ESG chez plusieurs asset managers pour répondre à des problématiques thématiques plutôt que sectorielles. Ce broker a développé sa propre recherche sur ces sujets, ayant analysé l’exposition aux ODD en termes de chiffre d’affaires et d’EBITDA de 3000 sociétés dans le monde. Les sociétés de gestion ne sont pas en reste avec de nombreux lancements de produits axés sur l’impact ces derniers mois, notamment chez UBS GAM, NN IP, Aberdeen Standard Life ou encore RobecoSAM et Union Investments. Des fonds comme Echiquier Positive Impact ou OFI RS Euro Positive Economy peuvent également être considérés comme s’inscrivant dans cette dynamique.

Le recul sur ces stratégies est encore limité c’est pourquoi nous n’avons pour l’instant investi que dans le fonds Positive Economy d’OFI AM dans la mesure où il capitalise sur une expérience significative dans le domaine des petites et moyennes valeurs. Nous surveillons cependant avec intérêt cette dynamique qui nous semble être la conséquence logique d’attentes plus marquées des investisseurs et des régulateurs en termes d’impact.

Sur la semaine du 1er au 8 mars la performance de Sanso Megatrends est de 0.72% contre 0.50% pour l’indice de référence, le MSCI World dividendes réinvestis. Depuis le début de l’année la performance est de -0.63% contre -1.30% pour ce même indice.

L’encours du fonds est de 65.8 ME au 8 mars 2018.

 

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

Sur la semaine du 1er au 8 mars la performance est de 0.49% contre 0.70% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI world. Depuis le début de l’année la performance est de -0.59% contre -1.16% pour ce même indice.

Les fonds thématiques qui représentent 15% du portefeuille ont été les principaux contributeurs positifs à la performance relative avec des surperformances de 2% pour les ETF iShares Health Innovation et iShares S&P Global Timber & Forestry et de 1% pour le fonds Quest Clean Tech et l’ETF iShares Automation & Robotics. Un contexte macro-économique toujours solide a favorisé ces segments de marché. A contrario le discours toujours accommodant de la Banque Centrale Européenne et des données montrant que l’inflation demeure modérée ont pénalisé nos diversifications sur les valeurs bancaires, l’Espagne et le style Value.

L’encours du fonds est de 19.5 ME au 8 mars 2018.