Kim, Donald et banques centrales

Une semaine riche en actualités qui clôture finalement positivement. Les banques centrales étaient à la manœuvre, mais Donald Trump arrive tout de même à prendre le devant de la scène avec un G7 raté, un rendez-vous historique avec Kim Jong-Un et de nouvelles péripéties sur les tensions commerciales.

L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis progresse sur la semaine de 1,77 %, le CAC 40 gagne lui aussi 1,08 % et repasse la barre des 5500 points. Le S&P 500 progresse lui de 0,06 %, tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à +1,15 %.

La semaine démarrait pourtant mal, le communiqué conjoint du G7, prônant la nécessité d’un commerce libre, équitable et mutuellement bénéfique, se trouvant terni par des tweets offensifs de Donald Trump à l’encontre du premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Ces tensions se trouvent néanmoins apaisées grâce au sommet historique USA/Corée du Nord à Singapour. Donald Trump et Kim Jong-Un livrant un communiqué commun plutôt rassurant, les deux dirigeants ayant conduit des échanges complets concernant la dénucléarisation de la péninsule coréenne et la mise en place d’une paix durable et robuste entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

Les deux grands évènements de la semaine se sont déroulés mercredi et jeudi, avec les réunions respectives de la Réserve Fédérale américaine et la Banque Centrale Européenne.

La première institution remonte comme prévu ses taux directeurs d’un quart de point (la deuxième hausse depuis le début de l’année), mais surprend en annonçant quatre hausses sur l’année 2018 contre trois attendues. Jérôme Powell, le patron de la FED, rassure également sur les anticipations de croissances du PIB et sur l’évolution de taux de chômage espérée. La consommation est toujours bien soutenue grâce à la baisse du chômage, l’investissement privé profite de situations bilancielles solides et la dépense publique augmente.

À l’instar de l’institution américaine, la banque centrale européenne ne surprend pas au premier abord, les déclarations de Mario Draghi restant conformes aux attentes, du moins jusqu’à ce qu’il déclare que la BCE s’engage à garder ses taux directeurs à leurs niveaux actuels au moins jusqu’à l’été 2019. Pourquoi ? Parce que la croissance n’accélère plus et qu’aucune initiative politique ne permettra d’amélioration. L’assouplissement fiscal reste notamment un anathème à Bruxelles et à Berlin. Par ailleurs, la discorde reste de mise au sein de l’UE et le risque d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis augmente. À la suite de cette annonce, l’euro décroche de 2 %, et passe sous la barre des 1,16 $/€.

L’implication de ces surprises est claire : l’écart de taux US-Europe restera large, le dollar restera soutenu, au bénéfice du marché américain.

Pour ce qui est de la réduction du programme de rachat d’actifs, pas de surprises. Le tapering du quantitative easing se déroulera par palier, pour un arrêt fin 2018, si bien sûr les données confirment bien une progression de l’inflation en zone euro.

La hausse créée par les différentes annonces des banques centrales fut de courte durée, Donald Trump repassant vendredi à l’offensive sur le sujet des tensions commerciales avec la chine. Ce dernier annonce que les Etats-Unis imposeraient un droit de douane de 25 % sur les importations de technologies industrielles chinoises. Des représailles sont à attendre du côté de Pékin, Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois aux affaires étrangères, affirmant que « la chine répondrait rapidement et prendrait les mesures adaptées pour protéger ses droits justes et légitimes » en cas de déclarations jugée protectionnistes par les Etats-Unis.

Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,1607 $/€, en baisse de 1,4 % sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 65 $ et le Brent ressort à 73 $. L’once d’or s’échange autour des 1.280 dollars.
Voici un point sur chacun de nos fonds :

FONDS OBLIGATAIRES
SANSO SHORT DURATION

 

L’annonce par la BCE jeudi dernier de l’arrêt du programme d’achat d’actifs fin décembre et d’une remontée des taux directeurs à la fin de l’été 2019 a entrainé le marché du crédit obligataire européen nettement à la hausse. Les taux de la zone euro se sont nettement détendus (-0.09% sur le 5 ans français) après le discours de Mario Draghi jeudi dernier. L’appétit retrouvé pour le risque s’est traduit sur les spreads de crédit par un resserrement de l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi) de -19 bps.  Même mouvement très significatif sur les indices du secteur financier avec -14 bps pour les émissions seniors et -32 bps sur les émissions subordonnées. Ce contexte a permis au fonds Sanso Short Duration de progresser sur la semaine de +0,26%. Le fond affiche donc une performance de -1,09% depuis le début de l’année. La maturité moyenne et la sensibilité du fonds Sanso Short Duration sont respectivement stable à 2,31 ans et 1,81%. Le rendement actuariel moyen du fonds monte à 2,02%. Enfin, la volatilité à 1 an du fonds se tend légèrement de 1,28% à 1,31%. Les encours sont de 47,5 millions d’euros..

 

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

 

Sur la semaine arrêtée au 14 juin, la performance du fonds est de +0.09%, contre +0.47% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -0.93% contre -0.73% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
Les fonds Kempen € Sustainable Credit et Robeco € Sustainable Credit sont les meilleures contributions à la valeur liquidative. Nos couvertures sur le marché à terme italien et allemand sont les contributions les plus négatives. Cependant, Le contexte actuel nous amène pour le moins, à maintenir  nos couvertures sur le marché italien. Nous étudions une levée partielle des couvertures sur l’Allemagne et une réduction de l’exposition crédit.  La sensibilité globale reste à 3.05 contre un indice ayant une sensibilité légèrement supérieure à 5. Les encours sont de 77.9 mln d’euros.

TAUX RÉELS EUROPÉENS

 

Sur la semaine, la performance est de -0.76% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%. Nos positions sur les obligations privées de très bonne qualité (Banque de Rhénanie-Westphalie du Nord , Municipality Finance) sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos couvertures sur les taux italiens et allemands dans une moindre mesure  sont les principales contributions négatives.

Après la « synchronisation », la divergence !

La semaine sous revue a été marquée par plusieurs surprises. A l’occasion de sa réunion du 13 juin, la Réserve Fédérale a surpris les marchés en étant moins accommodante que le consensus par l’annonce d’une hausse de taux de plus que prévue cette année. Pourquoi ? Parce que la consommation est toujours bien soutenue grâce à la baisse du chômage, l’investissement privé profite de situations bilancielles solides et la dépense publique augmente.

La deuxième surprise est venue de la BCE. Alors qu’elle laissait entendre une potentielle diminution de son accommodation, elle a au contraire surpris les marchés en ancrant ses taux courts à -0.4% pour une période plus longue qu’attendu, c’est-à-dire au moins jusqu’à l’été 2019. Pourquoi ? parce que la croissance n’accélère plus et qu’aucune initiative politique ne permettra d’amélioration. L’assouplissement fiscal reste notamment un anathème à Bruxelles et à Berlin. Par ailleurs, la discorde reste de mise au sein de l’UE et le risque d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis augmente.

L’implication de ces surprises est claire : l’écart de taux US-Europe restera large, le dollar restera soutenu, au bénéfice du marché américain.

Dans ce contexte, nous allons réduire les couvertures sur l’Allemagne et les augmenter sur l’Italie. La sensibilité globale du portefeuille est de -1.85.
La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens  est de -1.80%. Les encours sont de 25mln d’euros.

 

FONDS DIVERSIFIÉS
OPTIMUM

 

Sur la période, la VL est en hausse de 0,13 % (performance arrêtée au 14 juin). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution négative sur la période, la plupart des fonds peinant à surperformer leur indice, à l’exception du fonds américain Morgan Stanley US Advantage. La stratégie de portage obligataire est positive sur la période, les titres financiers corrigeant le repli des dernières semaines. Nos couvertures de taux nous coûtent quelques points de performances, notamment sur les dettes italienne et allemande. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de -1,34 % alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,33 % sur la même période. Les encours sont de 12,1 millions d’euros.

 

SANSO PATRIMOINE

 

L’évolution de la semaine a été largement dominée par les réunions de politique monétaire de la FED, puis de la BCE. Si la Fed a accéléré son processus de normalisation comme prévu, la BCE a adopté une position plus prudente qu’anticipée. Les marchés européens ont réagi positivement et ont fini la semaine avec des taux en net recul, un resserrement significatif des spreads et une progression des indices boursiers (l’Eurostoxx50 et le CAC40 progressent respectivement de +1,67% et de +0,95%).  Plus spécifiquement sur le marché du crédit, l’appétit pour le risque s’est traduit par un resserrement de 19 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi).  Les indices du secteur financier finissent aussi la semaine sur une nette contraction : -14 bps pour les émissions seniors et de -32 bps sur les émissions subordonnées. Dans cet environnement beaucoup plus favorable, le fonds progresse de +0,24% sur la semaine. La performance de Sanso Patrimoine depuis le début de l’année s’établit donc à -0,87%. Le rendement actuariel du portefeuille obligataire est stable à 2,65%. La maturité moyenne et la sensibilité sont aussi très stables à 3,73 ans et 2,79%. La volatilité annuelle de Sanso Patrimoine reste sur la semaine à 1,96% . Les encours du fonds sont de 28,8 millions d’euros.

 

SANSO OPPORTUNITÉS

 

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en hausse de 0,72% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne  1.77% et le MSCI World en euro dividendes réinvestis  gagne 1.15%. Coté actions, on remarquera  des contributions positives des fonds actions euro Amilton Premium Europe, Memnon European et Eleva Euroland Selection et des contributions négatives des fonds émergents Fast Asia et Gemequity.  Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance absolue connaissent une contribution  positive de 0.21% générée presque intégralement  par le retour de performance du fonds H2O Allegro . Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution  négative sur la semaine (-0.09%) impactée en fin de semaine par la dégradation de nos stratégies de couverture sur les taux, suite à la posture dovish de la BCE.  La sensibilité aux marchés action a été réduite  vendredi à 53% .  La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de +0.14%. Les encours s’élèvent à  45.6 millions d’euros.

 

RÉSILENCE

Sur la semaine, arrêtée au 14 juin, la performance est de +0.79% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de  2.05% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 1.75%. Notre exposition au fonds Guardcap Global Equities et au Nasdaq par les marchés à terme sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Memnon Market Neutre et Taux Réels Européens sont  les principales contributions négatives. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit  à 78%.

La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de 1.03%. Les encours sont de 34.5 mln d’euros.

 

FONDS ACTIONS
ALTIFLEX

 

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 0.69% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 1.15%. Une semaine marquée par une certaine désynchronisation entre les banques centrales avec d’un côté la Réserve Fédérale Américaine qui ne parle plus de maintenir ses taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l’économie et de l’autre, une BCE qui reste sur un ton très accommodant en ne prévoyant pas de relever ses taux directeurs avant l’été 2019.
Les marchés ont progressé vigoureusement sur cette annonce et l’Euro s’est aussi replié. Dans ce contexte, Altiflex progresse sensiblement, porté par les valeurs de croissance américaine qui forment les meilleures contributions de la semaine. Les fonds détenus en portefeuille affichent en moyenne des progressions inférieures, avec notamment GemEquity et Active Solar qui souffrent de leur thématique respective. Mais la progression générale fut freinée par notre excès de prudence qui nous a amené dans cette tendance très forte à couvrir partiellement le portefeuille dont l’exposition se situe aujourd’hui légèrement supérieure à 72% afin de se protéger d’une potentielle prise de bénéfices à court terme.
Melco Resort a été renforcé au cours de la semaine qui aura vu aussi l’introduction du titre John Wood Group au Royaume-Uni, une société qui conçoit et fabrique notamment des systèmes de pompage submersibles pour les sociétés pétrolières et qui possède par ailleurs des activités liées à l’efficacité énergétique.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à 4.37% contre 2.93% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 20.0 mln d’euros.

MAXIMA

 

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 1% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 1.77%. Une semaine marquée par une certaine désynchronisation entre les banques centrales avec d’un côté la Réserve Fédérale Américaine qui ne parle plus de maintenir ses taux à un niveau suffisamment bas pour stimuler l’économie et de l’autre, une BCE qui reste sur un ton très accommodant en ne prévoyant pas de relever ses taux directeurs avant l’été 2019.
Les marchés européens ont progressé vigoureusement sur cette annonce et l’Euro s’est aussi replié mais la dernière séance de la semaine aura vu quelques prises de profits. La performance de Maxima aura été freinée par la sous performance des valeurs financières qui voient dans cette annonce une amélioration de leur rentabilité à nouveau repoussée dans le temps. Les fonds quant à eux sont en moyenne en ligne avec le marché, la prime revenant à Amilton Premium qui gagne plus de 2% sur la semaine.
L’exposition du portefeuille a été ramenée à 78% au cours de la forte hausse de Jeudi.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à 5,46% contre 2.21% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis) .Les encours sont de 18.3 mln d’euros.

SANSO MEGATRENDS

Les sociétés pouvant être rattachées à la thématique de la sécurité ont enregistré ces 10 dernières années une croissance annuelle de leur chiffre d’affaires supérieure de 3 points à celle du PIB mondial selon les spécialistes de Pictet Asset Management. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines années sous l’impulsion de règlementations toujours plus nombreuses et strictes sur la protection des données personnelles ou la qualité et la traçabilité des produits mais, surtout, du fait de l’émergence de nouvelles technologies au contenu en sécurité nettement plus important comme la voiture autonome. Le triplement  du nombre d’objets connectés dans les 7 prochaines années soutiendra également la croissance du secteur.

Nous sommes exposés à cette thématique via le fonds Pictet Security dont la performance dépasse les 12% depuis le début de l’année. Nous apprécions le fait que l’équipe de gestion ait, ces derniers mois, renforcé sa démarche d’intégration des critères ESG en formalisant un score ESG pour l’ensemble des valeurs détenues en portefeuille, score qui vient impacter positivement ou négativement le poids de chaque ligne.

Sur la semaine du 07 au 14 juin la performance du fonds est de 1.43% contre 1.75% pour l’indice de référence, le MSCI World dividendes réinvestis. Depuis le début de l’année la performance est de 5.45% contre 6.07% pour ce même indice.

L’encours du fonds est de 69.7 ME au 14 juin 2018.

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

 

Sur la semaine du 07 au 14 juin la performance est de 1.03% contre 1.81% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI World. Depuis le début de l’année la performance est de 2.78% contre 4.52% pour ce même indice.

La Banque Centrale Européenne a surpris les marché avec un discours plus accommodant que prévu, indiquant que la première hausse des taux directeurs n’aurait pas lieu avant l’été 2019. Cela a pesé sur les valeurs bancaires et entrainé une hausse du dollar face à l’euro qui a pénalisé la performance relative. Notre diversification sur les pays émergents a également souffert du regain des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. En outre les fonds en portefeuille ont globalement sous-performé, en particulier Roche-Brune Zone Euro Actions et HSBC Sustainable Euroland Equity  qui perdent respectivement  1.2% et 0.7% relativement à l’indice de référence.

L’encours du fonds est de 20.1 ME au 14 juin 2018.

 

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

L’équipe de gestion reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.