Guerre commerciale, OPEP et euroscepticisme

Malgré un rebond sur la journée de vendredi, les bourses mondiales corrigent nettement sur la semaine. La remontée des tensions commerciales par la faute du protectionnisme américain et l’euroscepticisme grandissant en Italie pèsent sur les indices.

L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis baisse sur la semaine de 1,81 %, le CAC 40 perd lui aussi 2,03 %. Le S&P 500 cède lui 0,88 %, tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à -1,06 %.

Les banques centrales l’ont annoncé les unes après les autres : les péripéties concernant la guerre commerciale de Donald Trump inquiètent.

Après la mise en place de droits de douane à hauteur de 25 % sur l’acier et l’aluminium chinois, de 20 % sur les importations aux Etats-Unis d’automobiles européennes, une nouvelle taxe de 10 % vient s’ajouter sur 200 milliards de dollars de produit chinois.

Ces mesures ne restent pas sans réactions de la part des principaux concernés, et les représailles de la part de l’Union européenne et pékin ne se sont pas fait attendre. L’Europe annonce ainsi de nouvelles taxes sur les vêtements, les véhicules et les cigarettes en provenance des États-Unis, et la chine, qui accuse Washington de « chantage » se dit prête à prendre toutes les mesures « quantitatives et qualitative » nécessaires.

La question centrale est de mesurer l’impact de l’imposition de tarifs douaniers sur un grand nombre de produits européens ou mondiaux mais aussi l’impact en cascade sur toute la chaine de production mondialisée. Jusque là, le consensus était qu’il y aurait un impact minime sur la croissance et l’inflation, mais personne ne sait réellement faire l’hypothèse que la mondialisation a vécu…

Cette escalade de tensions douanières pèse sur les indices mondiaux, et les premières victimes d’une longue série se font déjà connaître : le producteur automobile Daimler (Mercedes-Benz) annonce en début de semaine un « profit-warning » et une baisse de ses prévisions de bénéfices pour l’année en cours des suites de ces nouvelles taxations.

Inconnues politiques ensuite. Il apparaît clairement qu’Angela Merkel est la cible numéro 1 des partis populistes et de leurs leaders, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Pourra t’elle survivre politiquement au sommet européen de cette semaine ? Et en cas de réponse négative, quel avenir pour l’UE telle que nous la connaissons ?

L’Italie fait à également de nouveau parler d’elle cette semaine. L’inquiétude vient cette fois-ci de l’élection d’eurosceptiques à la présidence des commissions du budget et des finances, ce qui a eu pour incidence de peser sur l’euro et entraîne une hausse du rendement de la dette italienne.

Inconnue monétaire enfin. Jusqu’à quelles limites la politique ultra-accommodante des banques centrales et notamment de la BCE osera t’elle aller ? Chaque semaine, chaque jour qui passe est accompagné de déclarations toujours plus accommodantes en provenance de Francfort, en opposition de plus en plus flagrante avec le contexte politique actuel !

Ce que l’on peut anticiper à ce stade, c’est que ces « frottements » alimenteront les hausses de prix, ce qui nous amène à privilégier la prudence, les indexées inflation et le cash.

En fin de semaine, tout de même, des bonnes nouvelles viennent soutenir un peu les marchés. Les PMI de la zone européenne ressortent positifs, et l’OPEP signe un accord pour une remontée de la production de pétrole moins importantes que prévu, ce qui vient soutenir le prix du baril.

Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,1657 $/€, en hausse de 0,4 % sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 68 $ et le Brent ressort à 75 $. L’once d’or s’échange autour des 1.269 dollars.

 

Voici un point sur chacun de nos fonds :

 

SANSO SHORT DURATION

L’aversion aux risques a fait un rapide retour la semaine dernière chez les investisseurs dans le sillage de l’annonce de nouvelles mesures protectionnistes aux Etats-Unis et en Chine. La nomination en Italie d’eurosceptiques à des postes clés pour le budget italien a entrainé une nouvelle baisse des taux avec un nouveau « flight-to-quality » sur les pays cœurs de la zone euro (la baisse des taux souverains français a atteint -0.04% sur les 2 et 3 ans français et -0.06% sur le 5 ans). L’aversion pour le risque s’est traduit par un écartement de spreads de 11 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi).  Les indices du secteur financier finissent aussi la semaine sur un mouvement similaire : +6 bps pour les émissions seniors et de +10 bps sur les émissions subordonnées. Certains secteurs directement concernés par les mesures protectionnistes comme l’automobile ont été plus particulièrement attaqués.  Dans ce contexte, la performance du fonds Sanso Short Duration recule sur la semaine de -0,28%. Le fond affiche donc une performance de -1,37% depuis le début de l’année. La maturité moyenne et la sensibilité du fonds Sanso Short Duration sont respectivement stable à 2,27 ans et 1,76%. Le rendement actuariel moyen du fonds monte à 2,07%. Enfin, la volatilité à 1 an du fonds se tend légèrement de 1,31% à 1,33%. Les encours sont de 49,5 millions d’euros.

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

Sur la semaine arrêtée au 21 juin, la performance du fonds est de +0.16%, contre +0.33% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -0.77% contre -0.39% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
Les fonds Kempen € Sustainable Credit et Standard Life € Sustainable Corp sont les meilleures contributions à la valeur liquidative. Nos couvertures sur les marchés à terme allemands sont les contributions les plus négatives.

Dans un environnement crédit volatil, nous avons réduit cette semaine notre exposition au fonds Allianz € Credit SRI. Par ailleurs, alors qu’un été incertain se profile, nous avons réduit les couvertures sur l’Allemagne. Le fonds est ainsi positionné de façon plus prudente. Nous pensons augmenter l’exposition au fonds Sanso Short Duration, de façon à rester exposer aux spreads de crédit alors qu’ils se sont élargis, sans pour autant augmenter de manière significative la duration crédit du fonds.
La sensibilité globale s’inscrit à 3.17 contre un indice ayant une sensibilité légèrement supérieure à 5. Les encours sont de 78 mln d’euros.

TAUX RÉELS EUROPÉENS

Sur la semaine, la performance est de +0.12% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%. Nos positions sur les obligations privées de très bonne qualité (Banque de Rhénanie-Westphalie du Nord , Municipality Finance) et nos couvertures sur l’Italie sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos couvertures sur les taux allemands sont les principales contributions négatives.

Après les annonces il y a deux semaines par la Fed et la BCE d’une importante divergence dans leurs perspectives, la semaine sous revue a été caractérisée par les craintes d’une guerre commerciale plus profonde et généralisée qu’attendu. Alors que l’été débute, ce ne sont plus les incertitudes mais les inconnues qui s’imposent : fondamentales avec les inquiétudes sur l’impact du protectionisme, politiques avec la situation en Allemagne, monétaires avec le changement de régime des banques centrales.

Ce que l’on peut anticiper à ce stade, c’est que ces « frottements » alimenteront les hausses de prix, ce qui nous amène à privilégier la prudence, les indexées inflation et le cash.

Dans ce contexte, les couvertures ont été réduites sur l’Allemagne et augmentées sur l’Italie. La sensibilité globale du portefeuille est de -1.70.
La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens  est de -1.69%. Les encours sont de 25mln d’euros.

 

 

OPTIMUM

Sur la période, la VL est en baisse de 0,23 % (performance arrêtée au 21 juin). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution négative sur la période, la plupart des fonds peinant à surperformer leur indice, à l’exception des fonds français Moneta Multi-Caps et Sycomore France Cap, ainsi que les fonds de la zone européenne tel que le fonds Schroder Euro Equity. La stratégie de portage obligataire est négative sur la période, l’ensemble des titres financiers étant neutre ou en repli cette semaine. Nos couvertures de taux nous coûtent quelques points de performances, notamment sur la dette d’état allemande. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de -1,57 % alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,34 % sur la même période. Les encours sont de 11,5 millions d’euros

SANSO PATRIMOINE

Le mouvement d’optimisme des investisseurs après la dernière réunion de la BCE s’est vite évanoui la semaine dernière. Les craintes d’une inflation de mesures protectionnistes et la gesticulation populiste en Italie ont vite provoqué un retour de l’aversion aux risques. Il s’en est suivi une baisse des taux des pays cœurs de la zone euro, un recul des bourses européennes et une tension sur les spreads de crédit. Pour illustrer ce dernier mouvement sur le marché du crédit, l’aversion pour le risque s’est traduit par un écartement de spreads de 11 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi).  Les indices du secteur financier finissent aussi la semaine sur un mouvement similaire : +6 bps pour les émissions seniors et de +10 bps sur les émissions subordonnées. Dans cet environnement très peu favorable, le fonds recule de 0,60% sur la semaine. La performance de Sanso Patrimoine depuis le début de l’année s’établit donc à -1,46%. Le rendement actuariel du portefeuille obligataire est stable à 2,65%. La maturité moyenne et la sensibilité sont aussi très stables à 3,72 ans et 2,78%. La volatilité à un an de Sanso Patrimoine recule légèrement sur la semaine à 1,95% . Les encours du fonds sont de 28,5 millions d’euros.

SANSO OPPORTUNITÉS

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en baisse de 1.17% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis perd  1.81% et le MSCI World en euro dividendes réinvestis 1.06%. Coté actions, on remarquera  des contributions négatives des fonds actions euro Amilton Premium Europe, Memnon European et Eleva Euroland Selection et des fonds émergents Fast Asia et Gemequity.  Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance absolue connaissent une contribution  légèrement négative avec à noter une performance positive du fonds H2O Allegro. Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution positive sur la semaine.  La sensibilité aux marchés action a été réduite à 42% et nous avons sur les devises, initié une position longue de Yen contre Dollar US pour 5% du portefeuille.  La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de -1.04%. Les encours s’élèvent à  45.2 millions d’euros.

RÉSILENCE

Sur la semaine, arrêtée au 21juin, la performance est de -1.11% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de  3.50% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 1.30%. positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Memnon Market Neutre et Sanso Short Duration sont  les principales contributions positives à la valeur liquidative. Notre exposition à l’EuroStoxx50, au Nasdaq par les marchés à termes sont les principales contributions négatives. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit  à 72%.

La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -0.09%. Les encours sont de 34.6 mln d’euros.

 

 

ALTIFLEX

Sur la semaine, Altiflex est en baisse de 0.94% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros recule de 1.06%. Une semaine marquée par une certaine escalade dans les tensions commerciales entre les Etats-Unis, l’Europe et la Chine.
Avec une exposition relativement prudente, Altiflex amortit très légèrement la baisse. Mais les secteurs les plus exposés   au commerce international ont été affecté par ces tensions et ont pesé sur la performance hebdomadaire. A l’inverse, les titres plus domestiques ont mieux résisté et on note également une belle reprise du côté de l’énergie renouvelable qui se reprend après quelques semaines plus difficiles. Du côté des fonds, l’exposition aux marchés émergents continue de peser sur le résultat général avec l’accélération récente de la sous-performance du segment.
Cette semaine, nous avons arbitré Sherwin Williams aux Etats-Unis au profit d’une position sur Schnitzer Steel, société spécialisée dans le recyclage de déchets et de chutes d’acier et dans la distribution de ferraille aux producteurs d’acier.
L’exposition est restée à un niveau toujours prudent, très légèrement supérieur à 70%
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à 3.39% contre 2.37% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 20.1 mln d’euros

MAXIMA

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en baisse de 0.91% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis recule de 1.81%. Les marchés européens ont terminé la semaine en baisse sur fond de tensions commerciales persistantes entre les Etats-Unis, la Chine et l’Union Européenne. Dans ce contexte, les titres les plus exposés au commerce international ont été massivement vendus et ce mouvement s’est propagé aux valeurs cycliques, signe d’une remontée de l’aversion au risque partagée. La séance de Vendredi, sur fonds de publications macro meilleures qu’attendues, aura permis de réduire les pertes.
Dans ce contexte, Maxima résiste remarquablement grâce à un choix de titres plutôt résilient (Recordati, Kingspan +4%) mais c’est essentiellement la gestion de l’exposition qui contribue à la surperformance hebdomadaire. En effet, à partir de Jeudi, le recul nous est apparu excessif et nous a incité à reprendre une position acheteuse, nous permettant ainsi de participer au rebond de vendredi.
L’exposition est désormais positionnée sur un niveau légèrement inférieur à 110%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à 4.51% contre 0.36% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis) .Les encours sont de 18.7 mln d’euros.

SANSO MEGATRENDS

L’impact de la crainte d’une guerre commerciale ouverte entre la Chine et les Etats-Unis est resté limité sur Sanso Megatrends puisque sur la semaine du 14 au 21 juin la performance du fonds est de -1.14% contre -1.30% pour l’indice de référence, le MSCI World dividendes réinvestis.

Néanmoins, force est de constater que certaines de nos thématiques ont souffert, notamment celles ayant une dimension industrielle et exportatrice importante. Ainsi, la Chine est un marché de croissance important pour les sociétés américaines actives dans le domaine de l’eau ou dans celui des automatismes industriels qui permettent de consommer moins d’énergie et de matériaux. De ce fait, des stratégies comme BNP Paribas Aqua et RobecoSAM Smart Materials sous-performent le MSCI World de respectivement 1.6% et 2.1% . Les perspectives à long-terme de ces thématiques d’une part, et la probable exagération des craintes protectionnistes d’autre part, nous incitent pour l’instant à conserver nos positions. Nous pourrions même procéder à des renforcements si la situation devait s’éclaircir à court-terme.

Depuis le début de l’année la performance de Sanso Megatrends est de 4.25% contre 4.69% pour le MSCI World.

L’encours du fonds est de 68.9 ME au 21 juin 2018.

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

Sur la semaine du 14 au 21 juin la performance est de -2.24% contre -2.77% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI World. Depuis le début de l’année la performance est de 0.47% contre 1.63% pour ce même indice.

La crainte d’une guerre commerciale ouverte entre la Chine et les Etats-Unis a pesé sur les marchés cette semaine. Les actions émergentes ainsi que celles liées à des activités exportatrices comme la robotique sous-performent le MSCI World. Cependant nos positions sur des thèmes de croissance séculaire comme la santé créent de la valeur, Sycomore Shared Growth surperformant l’Euro Stoxx de 1.5%. HSBC Sustainable Euroland Equity regagne, quant à lui, le terrain perdu sur l’indice la semaine passée. La contribution de la sélection de fonds à la performance relative est, au global, positive sur la semaine. Il en va de même pour la gestion des risques, notamment grâce à une réduction progressive de l’exposition actions à un niveau de l’ordre de 88%.

L’encours du fonds est de 19.7 ME au 21 juin 2018.