Point Hebdo : Un été mouvementé en perspective

Une nouvelle semaine de baisse qui vient clôturer un premier semestre 2018 riche en émotions et actualités géopolitiques.

L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis baisse sur la semaine de 1,34 %, le CAC 40 perd lui aussi 1,19 %. Le S&P 500 cède lui 1,31 %, tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à -1,49 %.

Malgré un net rebond vendredi, l’ensemble des indices mondiaux clôturent dans le rouge cette semaine. Les places boursières fluctuent toujours au gré des différentes péripéties de la guerre commerciale entre Donald Trump et ses partenaires commerciaux. Les secteurs les plus exposés à ces tensions commerciales, comme les valeurs technologiques, automobiles et pétrolières, continuent de subir ces aléas, bien que le secteur pétrolier résiste davantage grâce à la remontée du baril sur les 80 $ suite à l’accord trouvé par l’OPEP la semaine précédente.

Après avoir menacé d’installer des restrictions sur les investissements étrangers, notamment venant de la Chine, dans les entreprises américaines au nom de la sécurité nationale, la maison blanche fait finalement marche arrière.

Cette mauvaise nouvelle qui s’efface, associé à un accord entre les différentes parties de l’Union européenne concernant le sujet de l’immigration vendredi, permet à la bourse mondiale de reprendre des couleurs après un mois de juin compliqué.

Le semestre s’achève sur des performances globalement décevantes alors que les conditions financières restent très accommodantes partout, qu’est ce qui explique cette déception ?

Le dernier rapport annuel de la BRI revient en détail sur ces évolutions récentes et offre des éléments d’explication. Tout d’abord, on peut noter la très bonne donne fondamentale globale. La croissance est soutenue par une consommation et des investissements en hausse et un chômage en baisse. Seul nuage, l’accumulation générale de dette. Ensuite, les six derniers mois ont été favorables aux mouvements « nationalistes/populistes », ce qui ne permet pas d’espérer les réformes structurelles bénéfiques aux grandes sociétés. Enfin, les conditions monétaires restent tellement accommodantes que des assouplissements monétaires semblent impossibles.

On le voit notamment en Europe, où la BCE influence quotidiennement l’évolution des taux par ses déclarations, avec un succès limité. En effet, proposer des taux toujours plus bas plus durablement finit par avoir un effet de dégradation très important sur le secteur bancaire, l’un des grands perdants de l’année en cours.

Pour la BRI, les zones de fragilité globales sont aujourd’hui bien identifiées ; dette émergente en dollars, dont les encours ont fortement augmenté en 10 ans ; dette des ménages, notamment liée aux emprunts immobiliers ; dette liée à l’immobilier commercial. A mots couverts, la BRI s’inquiète ainsi d’une bulle obligataire.

Alors que la BCE lutte farouchement pour faire à nouveau baisser les taux italiens et allemands, notamment les parties les plus longues des courbes des taux, le retour à la moyenne des taux réels semble plus que jamais élusif.

Le mois de juillet ne devrait pas être de tout repos non plus, l’administration américaine devant appliquer le 6 juillet les droits de douane sur 34 milliards de dollars d’importations de produits chinois.

Nous pourrions donc une nouvelle fois connaître un été qui focaliserait son attention et ses craintes sur le marché chinois. Depuis son point haut de fin janvier, le Shanghai Composite Index est en baisse de près de 20 %, avec une baisse de 9 % sur le mois de juin. En parallèle, le Yuan a fortement été dévalué face au dollar depuis le début de ces péripéties commerciales, avec une hausse de près de 4 % depuis la fin du mois de mai pour la parité USD/CNY. Un mouvement étant considéré comme un moyen pour la Banque Populaire de Chine d’équilibrer sa balance commerciale et d’absorber le choc du protectionnisme américain.

Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,1683 $/€, relativement stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 74 $ et le Brent ressort à 79 $. L’once d’or s’échange autour des 1.252 dollars.

Voici un point sur chacun de nos fonds :
FONDS OBLIGATAIRES

SANSO SHORT DURATION

Les ajustements de fin de semestre ont aussi pesé sur le marché du crédit, certains investisseurs voulant sortir à tout prix certains risques. Si l’accord européen a permis une nette détente des taux des pays périphériques, les taux à court terme (1/3 ans) des pays « cœurs » finissent en hausse. Sur le marché du crédit, la tension sur les spreads s’est encore accrue cette semaine et l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi) s’est écarté de 15 bps. De façon similaire, les indices du secteur financier se sont écartés de +8 bps pour les émissions seniors et de +13 bps sur les émissions subordonnées. Dans ce contexte, la performance du fonds Sanso Short Duration accuse un net recul de -0,65% sur la semaine. Le fond affiche ainsi une performance de -2,01% depuis le début de l’année. Nous avons allongé cette semaine la maturité moyenne du fonds de 2,27 ans à 2,59 ans, la sensibilité est ainsi passé de 1,76% à 2,01%. Le rendement actuariel moyen du fonds est remonté fortement de 2,07% à 2,35%. Enfin, la volatilité à 1 an du fonds se tend légèrement de 1,33% à 1,34%. Les encours sont de 39 millions d’euros.

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

Sur la semaine arrêtée au 27 juin, la performance du fonds est de -0.32%, contre -0.30% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -1.09% contre -0.68% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
Nos couvertures sur les marchés à terme italiens et allemands sont les meilleures contributions à la valeur liquidative. Les fonds Kempen € Sustainable Credit et Robeco € Sustainable Credit sont les contributions les plus négatives.

Dans un environnement crédit volatil, nous avons augmenté cette semaine notre exposition au fonds Sanso Short Duration. Alors que les spreads se sont nettement élargis au premier semestre, ce fonds permet une exposition associée à une duration crédit modérée. La force de rappel des taux courts se manifestera plus vite sur ce fonds que sur ceux benchmarkés à 5 ans. Puisque le « loup » italien semble installé dans la « bergerie européenne », nous maintenons une part importante de nos couvertures sur le marché transalpin. Le fonds est ainsi positionné de façon prudente à l’horizon de l’été.
La sensibilité globale s’inscrit à 3.29 contre un indice ayant une de 5.15 Les encours sont de 78 mln d’euros.

TAUX RÉELS EUROPÉENS

Sur la semaine, la performance est de -0.39% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%. Nos positions sur les indexées inflation allemandes sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos couvertures sur les taux allemands, italiens et nos positions sur les obligations indexées CMS sont les principales contributions négatives.

La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de -2.07%. Les encours sont de 23 mln d’euros.

 

 

FONDS DIVERSIFIÉS

OPTIMUM

Sur la période, la VL est en baisse de 0,76 % (performance arrêtée au 28 juin). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution négative sur la période, la plupart des fonds peinant à surperformer leur indice, seul le fonds Morant Wright Sakura parvient à faire mieux que son indice de référence. La stratégie de portage obligataire est également négative sur la période, l’ensemble des titres financiers étant neutre ou en repli cette semaine. Le titre Tereos 2023 subit toujours les faibles cours du sucre, et devient le principal détracteur cette semaine. Nos couvertures de taux demeurent neutres sur la période. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de -2,31 % alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,36 % sur la même période. Les encours sont de 11,4 millions d’euros.

SANSO PATRIMOINE

La baisse des marchés boursiers européens, la légère tension sur les taux, mais surtout la poursuite du mouvement d’écartement des spreads ont pesé négativement sur le comportement du fonds. Pour illustrer l’évolution du marché du crédit sur la semaine, l’écartement des spreads de a été de 15 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi). De façon similaire, les indices Itraxx du secteur financier s’écartent de +8 bps pour les émissions seniors et de +13 bps sur les émissions subordonnées. Le fonds enregistre un recul de 0,77% sur la semaine. La performance de Sanso Patrimoine depuis le début de l’année s’établit donc à -2,22%. Le rendement actuariel du portefeuille obligataire est nettement en hausse à 3,02%. La maturité moyenne et la sensibilité augmentent légèrement à 3,79 ans et 2,81%. La volatilité à un an de Sanso Patrimoine remonte légèrement sur la semaine et passe de 1,95% à 2,04% . Les encours du fonds sont de 28 millions d’euros.

SANSO OPPORTUNITÉS

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en baisse de 1.03% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis perd 1.34% et le MSCI World en euro dividendes réinvestis 1.49%. Coté actions, on remarquera des contributions négatives des fonds actions globaux Altiflex, certificat Low Carbon et certificat Sustainable Development Goals. Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance absolue connaissent une contribution négative avec à noter une performance positive performance du fonds H2O Allegro . Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution positive sur la semaine. La sensibilité aux marchés action a été augmentée à 59% jeudi et vendredi et nous avons vendredi réinitié des couvertures sur les marchés de taux gouvernementaux. La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de -2.06%. Les encours s’élèvent à 44.9 millions d’euros.

RÉSILIENCE

Sur la semaine, arrêtée au 28 juin, la performance est de -1.19% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 1.12% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 0.97%. Nos positions sur les fonds MST Velox et Union Cash sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Notre exposition au Nasdaq par les marchés à termes et notre position sur le fonds Tikehau 2022 sont les principales contributions négatives. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 48%.

La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -1.29%. Les encours sont de 34.3 mln d’euros.

 

 

FONDS ACTIONS

ALTIFLEX

Sur la semaine, Altiflex est en baisse de 2.09% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros recule de 1.49%. Les investisseurs restent prudents quant à l’évolution des tensions commerciales et ont privilégié sur les marchés, les secteurs défensifs aux cycliques. Le secteur pétrolier a aussi été favorisé par l’accord de l’OPEP sur une hausse moins forte que prévu de la production.
Le recul sensible d’Altiflex sur la semaine s’explique par des résultats décevants à la fois sur les titres vifs et les fonds. Au niveau des titres par exemple, le portefeuille a souffert du recul de Constellation Brands aux Etats-Unis dont les ventes de bière ont été annoncées moins fortes que prévues. Pour les fonds, l’exposition aux marchés émergents a aussi pénalisé la performance hebdomadaire au travers du recul sensible de GemEquity. La gestion de l’exposition par contre a contribué positivement au résultat puisqu’après avoir abordé la semaine relativement sous investis, nous sommes revenus à une position plus neutre en milieu de semaine avant que le marché ne réduise ses pertes.
L’exposition actions du portefeuille se situe donc aujourd’hui à un niveau très légèrement supérieur à 100%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à 1.23% contre 1.58% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 19.6 mln d’euros.

MAXIMA

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en baisse de 1.30% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis recule de 1.34%. Les marchés européens sont restés nerveux sur fond de tensions commerciales persistantes et d’incertitudes politiques en Italie.
Entre les prises de profits sur les titres ayant bien fonctionné dans la première partie de l’année, notamment dans la technologie ou dans l’industrie et la toute relative résistance des valeurs plus défensives ou financières, le portefeuille de Maxima recule dans la même amplitude que le marché.
Cette semaine, nous avons procédé à deux arbitrages. Le premier dans le secteur technologique avec la vente de Atos au profit de Ubisoft, qui hormis sur un aspect de pure valorisation, nous semble beaucoup plus attractive sur des critères de croissance, de profitabilité ou de momentum.
Le second concerne des fonds avec la vente d’Echiquier Value qui souffre clairement de la restructuration de la société de gestion au profit de Eleva Euroland Selection, un fonds de stock picking jouissant une belle régularité de performance.
Pas de changement au niveau de l’exposition qui reste par conséquent relativement constructive autour de 110%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à 3.15% contre -0.98% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis). Les encours sont de 18.4 mln d’euros.

SANSO MEGATRENDS

Comme nous le présentions la semaine passée, l’accentuation des tensions protectionnistes a pesé sur les thématiques liées au développement durable, la Chine constituant un marché de croissance important pour beaucoup de sociétés américaines ou européennes axées sur les matériaux, l’eau ou l’efficacité énergétique. De plus, ces conflits commerciaux conduisent les investisseurs à revoir leurs perspectives de croissance à la baisse ce qui pèse également sur certaines thématiques.

De ce fait Sanso Megatrends recule de 2.33% sur la semaine contre 0.97% pour le MSCI World, la quasi-totalité de nos fonds comme de notre poche de titres enregistrant une sous-performance.

Néanmoins nous percevons cette situation davantage comme une opportunité de renforcement sur certaines thématiques que comme un retournement de tendance. Les thématiques sur lesquelles nous sommes positionnés demeurent incontournables et leurs perspectives de croissance restent nettement supérieures à celles de l’économie mondiale. Nous étudions actuellement plusieurs possibilités de renforcement sur des stratégies multithématiques ou des thèmes précis comme la transition énergétique, notre degré d’exposition aux thématiques étant de 78% aujourd’hui.

Depuis le début de l’année la performance de Sanso Megatrends est de 1.82% contre 3.67% pour le MSCI World.

L’encours du fonds est de 67.3 ME au 28 juin 2018.

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

Sur la semaine du 21 au 28 juin la performance est de -1.50% contre -1.29% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI World. Depuis le début de l’année la performance est de -1.03% contre +0.32% pour ce même indice.

Nos positions de gestion des risques ont créé de la valeur, notamment notre couverture d’une partie de l’exposition actions via des Futures et des Options. Les fonds actions zone Euro ont enregistré performances satisfaisantes, notamment Sycomore Shared Growth et UBS ETF MSCI EMU SRI qui surperforment l’Euro Stoxx de 0.7% et 0.6% respectivement. En revanche les stratégies actions internationales axées sur les thématiques durables ont souffert de la montée des tensions protectionnistes. Ainsi Janus Henderson Global Sustainable Equities recule de 3.6% sur la semaine alors que le MSCI World enregistre une baisse de 1%. La contribution de la sélection de fonds est ainsi négative sur la semaine.

Nous avons profité de la correction pour relever notre exposition actions de 88% à 100%.

L’encours du fonds est de 19.4 ME au 28 juin 2018.

 

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

L’équipe de gestion reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.