Point Hebdo : Guerre Commerciale, Gaz à effet de serre

Cette semaine ressort relativement neutre en terme de performances, bien que les actualités géopolitiques ne manquent pas, et que la saison des bénéfices bat son plein.

L’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis progresse sur la semaine de 0,16 %, le CAC 40 perd lui 0,57 %. Le S&P 500 progresse lui de 0,03 %, le Topix performe de 0,86 % tandis que le MSCI Monde dividendes réinvestis exprimé en euro clôture la semaine à -0,12 %.

D’ordinaire, le président américain en fonction n’émet pas de commentaires sur la politique monétaire de la réserve fédérale américaine. C’est mal connaître Donald Trump de croire qu’il respecterait cette tradition… Il sermonne vendredi Jerome Powell, et se dit ne pas être emballé par la remontée des taux d’intérêt, jugeant que cela va à l’encontre de sa croisade commerciale.

Une croisade qui se confirme bel et bien, le président américain annonçant le même jour sur CNBC être prêt à aller jusqu’aux « 500 milliards ». Cette somme faisant référence à la totalité des 505 milliards d’importations de marchandises chinoises sur le sol américain en 2017.

Après les instaurations de nouvelles taxes douanières il y a deux semaines, cette nouvelle escalade pourrait être difficilement supportable par Pékin, le montant total des importations américaines sur le sol chinois étant bien inférieur à celui de son homologue américain. Mais la chine n’est pourtant pas totalement dénuée de pouvoir de négociation, et ce bras de fer est loin d’être terminé.

Donald Trump attaque également la Commission Européenne suite à la décision d’une amende record de 4.34 milliards d’euros envers Alphabet, maison-mère de Google. Cette décision s’applique dans le cadre d’une accusation d’abus de position dominante de la part du système d’exploitation mobile ‘Android’. À quelques jours de la visite à la maison blanche du président de la commission européenne, Jean-Clause Juncker, les déclarations du président américain sèment le doute sur le bon déroulement de ce sommet et les négociations qui devraient en découler, notamment sur le secteur de l’automobile.

L’Europe tente tout de même de répondre à ces attaques incessantes, un accord de libre-échange majeur venant d’être signé avec le Japon. Cette nouvelle alliance déboucherait sur la création d’une zone de libre-échange concernant plus de 600 millions de personnes. L’accord supprimera 1 Milliard d’euros de droits douaniers sur les exportations européennes en direction du Japon, éliminera des obstructions réglementaires sur les automobiles et ouvrira le marché japonais aux exportations agricoles européennes.

Cet accord prône également la coopération entre l’Europe et le Japon sur le domaine du développement durable, renforçant leurs engagements respectifs en faveur de l’accord de Paris sur le climat.

Sur une note environnementale et sociale maintenant : selon plusieurs études récemment menées par l’Université d’Harvard, un régime alimentaire saint peut réduire jusqu’à 80 % le risque d’être affecté par une maladie cardio-vasculaire.

Autre parution récente et lourde de sens : un rapport réalisé par l’Institut des politiques agricoles et commercial (« IATP ») et l’ONG « Grain » évalue que les cinq plus grands producteurs de viande et de produits laitiers mondiaux (Fonterra, Dairy Farmers of America, Cargill, Tyson Foods et JBS) émettent ensemble plus de gaz à effet de serre que les grands groupes pétroliers tels qu’Exxon, Shell ou BP. Et la courbe ne serait pas prête de s’inverser, la plupart de ces compagnies n’ayant pas d’objectifs concrets quant à la réduction de ces émissions.

« Si l’industrie de la viande et des produits laitiers continue d’augmenter au rythme actuel, le secteur pourrait absorber d’ici 32 ans plus de 80% du budget annuel d’émission de gaz à effet de serre » expliquent les auteurs de l’étude.

Les 20 premiers producteurs de viande émettent aujourd’hui autant de « GES » qu’un pays comme l’Allemagne.

Seul Danone ressort comme bon élève, annonçant un objectif à « Zéro Émission Nette » d’ici 2050.

Sur le marché des changes, l’euro vaut désormais 1,1685 $/€, en hausse de 0,3 % sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s’affiche à environ 68 $ et le Brent ressort à 73 $. L’once d’or s’échange autour des 1.231 dollars.

Voici un point sur chacun de nos fonds :

FONDS OBLIGATAIRES

SANSO SHORT DURATION

Le marché obligataire est resté en panne de volume cette semaine. L’ambiance est restée très prudente chez les investisseurs après deux semaines positives. Les spreads de crédit se sont progressivement élargis au cours de la semaine : +3 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi), +5 bps sur les émissions financières seniors et +6 bps sur les émissions financières subordonnées. Les taux court terme se sont légèrement tendus en fin de semaine pour prendre +0,03% sur le 3 ans état français. Dans ce contexte plutôt défavorable, le fonds Sanso Short Duration a bien résisté et a progressé de +0,03% sur la semaine, la performance depuis le début de l’année s’établit donc à -1,55%. La maturité moyenne du fonds est quasi inchangée de 2,53 ans, la sensibilité passe de 1,95 à 1,93. Le rendement actuariel moyen du fonds baisse sur la semaine de 2,12% à 2,06%. Enfin, la volatilité à 1 an de Sanso Short Duration monte légèrement de 1,51% à 1,53%. Les encours sont de 38 millions d’euros.

SANSO SUSTAINABLE CREDIT

Sur la semaine arrêtée au 19 juillet, la progression du fonds Sanso Sustainable Credit est de -0,12% contre -0.10% pour son benchmark. La performance depuis le début de l’année s’établit à -1.16% contre -0.49% pour son indice de référence (90% Barclays Euro Corporate / 10% iBoxx Sterling Corporate).
Les fonds Standard Life Euro Corp et Candriam Sust Euro Corp sont les contributions les plus positives sur la semaine. Notre couverture sur le marché à terme italien est, sur la même période, la contribution la plus négative.

Dans des marchés sans volume, les mouvements ont encore une fois été déclenchés par les tensions entre les Etats-Unis et leurs principaux partenaires commerciaux. La rhétorique agressive tout azimut de Donald Trump supplante toutes les publications économiques. Toutefois l’impact des différentes déclarations semble diminuer. Dans ce contexte qui milite à conserver une certaine prudence, nous maintenons l’exposition nette du fonds inchangées.
La sensibilité globale s’inscrit à 3.60 contre un indice à 5.14 Les encours sont de 77.9 mln d’euros.

TAUX RÉELS EUROPÉENS

Sur la semaine, la performance du fonds Taux Réels est de – 0,03% alors que dans le même temps l’indice du fonds, l’Eonia capitalisé + 2.5%, progresse de 0.04%. La tension observée sur les taux souverains en fin de semaine et la tendance à l’élargissement des spreads de crédit ont pesé sur les contributions de nos positions en dette souveraine (-0,05%) et en dette privée (-0,04%). Les principales contributions positives à la valeur liquidative proviennent de nos couvertures sur les marchés à terme allemands et espagnols.
La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de -2.44%. Les encours sont de 23 mln d’euros.

 

 

FONDS DIVERSIFIÉS

OPTIMUM

Sur la période, la VL est en baisse de 0,06 % (performance arrêtée au 19 juillet). La stratégie d’alpha portable démontre une contribution neutre sur la période, la plupart des fonds se comportant comme leur indice de référence, le fonds Morgan Stanley US Advantage parvient tout de même à surperformer légèrement. La stratégie de portage obligataire est également neutre sur la période, les titres financiers corrigeant légèrement, mais cette baisse est bien compensée par les derniers titres rajoutés en portefeuille, tels qu’Altice 7,25%, Lecta 6,38% et Garfunkelux 7,5%. Notre meilleur contributeur est le titre Crédit Agricole 7,8 %. Nos couvertures de taux demeurent neutres sur la période et notre poche de performance absolue est légèrement positive. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de -2,12 % alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0,40 % sur la même période. Les encours sont de 11,6 millions d’euros.

SANSO PATRIMOINE

Ambiance estivale chez les investisseurs cette semaine avec des volumes en très net recul. L’animation des marchés a été une nouvelle fois alimentée par les diverses déclarations péremptoires de Donald Trump. Au final, les mouvements restent très limités sur les bourses européennes, on notera toutefois vendredi dernier une nette tension sur les taux à long terme (+0,06% sur le 10 ans français). Sur le marché du crédit, le mouvement de resserrement des spreads s’est inversé en fin de semaine avec des indices Itraxx qui s’écartent de: +3 bps sur l’indice Itraxx Crossover (signatures BBB+ à BB- sur lesquelles le fonds est majoritairement investi), +5 bps sur les émissions financières seniors et +6 bps sur les émissions financières subordonnées. Malgré la bonne tenue de sa poche action (16% du fonds), le fonds recule sur la semaine de -0,17%. La performance de Sanso Patrimoine depuis le début de l’année s’établit ainsi à -1,79%. Dans le portefeuille actions, on notera la belle progression d’Air France et la contre-performance de Plastic Omnium. Le rendement actuariel du portefeuille obligataire monte légèrement sur la semaine de 2,74% à 2,79%. La maturité moyenne et la sensibilité restent stables à 3,79 ans et 2,78. La volatilité à un an de Sanso Patrimoine reste inchangée à 2,15% . Les encours du fonds sont de 28 millions d’euros.

SANSO OPPORTUNITÉS

Sur la semaine, la VL du FCP Sanso Opportunités est en hausse de 0.13% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx 50 dividendes réinvestis gagne 0.16% et le MSCI World en euro dividendes réinvestis cède 0.12%. Coté actions, on remarquera des contributions positives de nos fonds globaux comme les certificat SG Low Carbon et BNPP SDG et des contributions négatives des fonds Axiom Equity et OFI Precious Metal. Les titres vifs obligataires, fonds obligataires et fonds de performance absolue connaissent une contribution quasi nulle (+0.01%) sans performance ou contreperformance notable . Nos couvertures et expositions de marché ont une contribution positive sur la semaine (+0.13%). La sensibilité aux marchés action est stable à 57%. La performance depuis le début de l’année du FCP Sanso Opportunités est de -0.96%. Les encours s’élèvent à 45.1 millions d’euros.

RÉSILIENCE

Sur la semaine, arrêtée au 19 juillet, la performance du fonds Resilience est de +0.06% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de +0,50% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) montent de 0.48%. Nos positions sur les fonds Altiflex et Varenne Selection sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Notre position sur le fonds Memnon Market Neutral est la principale contribution négative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 58%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -0.29%. Les encours sont de 34.2 mln d’euros.

 

 

FONDS ACTIONS

ALTIFLEX

Sur la semaine, Altiflex est stable en cédant 0.01% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros recule de 0.12%. Les marchés internationaux restent soumis aux annonces à l’emporte-pièce du président américain même s’il faut reconnaitre que l’impact en termes de performance reste limité comparé à la tonalité des propos.
Dans ce contexte, la valeur liquidative d’Altiflex n’a que très peu évolué cette semaine et termine très proche de là où elle avait démarré. Au niveau des titres, les bonnes performances ont compensé les mauvaises. On notera Cimic, société australienne qui offre des services d’ingénierie et d’infrastructure dans l’extraction du minerai dont la recommandation a été revue en hausse chez certain brokers et dont le titre a gagné plus de 10% sur la semaine. A l’inverse, le géant de la santé américain, AbbVie dont le médicament phare Humira risque de faire face à la concurrence des génériques, est en recul de 8%. Les fonds quant à eux ont mieux résisté sous l’impact notamment de la stratégie sur l’eau de la BNP. Aucun impact significatif par ailleurs de l’exposition dans ce contexte de variation très faible sur les marchés.
Nous n’avons pas réalisé d’opération en portefeuille cette semaine, par conséquent l’exposition reste assez prudentielle à un niveau aux environs de 85%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à 2.44% contre 2.69% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 20.1 mln d’euros.

MAXIMA

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 0.21% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0,16%. A l’instar des marchés internationaux, les marchés européens restent soumis aux annonces à l’emporte-pièce du président américain même s’il faut reconnaitre que l’impact en termes de performance reste limité, comparé à la tonalité des propos.
La performance hebdomadaire de Maxima a été tirée par la bonne tenue des valeurs allemandes (ThyssenKrupp & Covestro) ainsi que du secteur technologique. Les fonds contribuent également positivement au résultat hebdomadaire, grâce notamment au beau parcours de Sycomore Sélection Responsable qui s’adjuge plus de 1% sur la semaine. A noter la réduction d’exposition en cours de semaine alors qu’il nous semblait que les investisseurs réagissaient avec trop d’optimisme à la perspective de négociations entre les américains et les chinois. L’exposition est donc depuis le milieu de semaine positionnée autour de 88%, ce qui a d’ailleurs permis d’amortir légèrement le recul des deux dernières séances.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à 4,88% contre 0.94% pour l’indice EuroStoxx50 (Dividendes réinvestis) .Les encours sont de 19,4 mln d’euros.

SANSO MEGATRENDS

Aux Etats-Unis près d’un décès sur quatre est lié à des problèmes cardio-vasculaires qui résultent eux-mêmes fréquemment d’une alimentation déséquilibrée. Un régime alimentaire sain peut réduire jusqu’à 80% le risque d’être affecté par une maladie de ce type selon des études menées par l’Université d’Harvard. La prise de conscience de ces risques par les consommateurs est de plus en plus forte, le segment des aliments biologiques connaissant une croissance à deux chiffres depuis plus d’une décennie aux Etats-Unis et de nombreuses sociétés agro-alimentaires revoient leur gamme de produits pour diminuer le contenu en graisse et en sucre ou proposer des alternatives plus saines.

Sanso Megatrends est positionné pour profiter de ces tendances au travers de sociétés comme Danone qui a revu sa gamme de produits ces dernières années et a acquis en 2017 l’américain WhiteWave Food, spécialiste des produits laitiers bio, ou de fonds comme Pictet Global Megatrends qui a une exposition au secteur de la nutrition de l’ordre de 10% du portefeuille.

Sur la semaine du 12 au 19 juillet Sanso Megatrends progresse de 1.26% tandis que le MSCI World enregistre une hausse de 0.82%.Depuis le début de l’année la performance de Sanso Megatrends est de 4.80% contre 6.16% pour le MSCI World.

L’encours du fonds est de 69.3 ME au 19 juillet 2018.

SANSO SUSTAINABLE EQUITIES

Sur la semaine du 12 au 19 juillet la performance est de 0.71% contre 0.77% pour l’indice de référence, le composite 70% Euro Stoxx, 30% MSCI World. Depuis le début de l’année la performance est de 1.35% contre 3.33% pour ce même indice.

Sur la semaine les thématiques liées au développement durable ont enregistré un bon parcours profitant de signes d’apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et d’un début de saison des résultats très encourageants aux Etats-Unis. Janus Henderson Global Sustainable Equity surperforme ainsi le MSCI World de 1% et l’ETF iShares Automation & Robotics enregistre également une surperformance de 1%. En revanche certains fonds actifs de la zone Euro ont enregistré des performances en demi-teinte à l’image d’Eleva Euroland Selection qui sous-performe l’Euro Stoxx de 1%. Les valeurs bancaires ont également continué à enregistrer des performances en demi-teinte ce qui pénalise nos positions de gestion des risques.

L’encours du fonds est de 19.8 ME au 19 juillet 2018.

 

 

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

L’équipe de gestion reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.