Point Hebdo : Les marchés marquent le pas…

Après 7 semaines de hausse consécutives, les marchés européens sont en baisse sur la semaine. L’Euro Stoxx 50 cède 1.3% sur les 5 jours, pénalisé notamment par des prises de bénéfices avant la fin du trimestre. Seuls le secteur financier et le secteur des télécoms surperforment le marché. Outre-Atlantique, les marchés américains se replient, dans un contexte d’inquiétudes sur la croissance économique, de remontée des taux et de rebond des prix du pétrole. L’indice S&P 500 perd 2.1% sur la semaine. Côté Asie les performances sont mitigées sur la semaine : le Nikkei termine la semaine en baisse de 1.4% alors que les indices chinois progressent de plus de 2%.

Un mois après le lancement de l’assouplissement quantitatif de la BCE, un premier bilan s’impose. L’impact sur la courbe allemande a été impressionnant, notamment sur les taux 30 ans, qui passent de 1% à 0.60%. Les autres marchés obligataires européens ont sous-performé l’Allemagne, les taux italiens à 7 ans étant stables sur la période. Les incertitudes sur la Grèce expliquent une partie de la sous-performance. Sur la semaine, le taux 10 ans allemand augmente de 3 points de base et se stabilise à 0.21%.
Paradoxalement, alors que les investisseurs ont cherché cette semaine des points de sortie, les signaux de reprise semblent se confirmer en Europe, avec la publication de statistiques macroéconomiques favorables. En effet, l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne est ressorti à 107.9, son meilleur niveau depuis juillet 2014 (contre 107.3 attendu) et l’indice PMI composite a agréablement surpris le marché à 54.1 (contre 53.6 attendu). Cependant, après la forte hausse des indices depuis le début de l’année et avec l’approche de la fin du trimestre, la tentation a été grande de verrouiller des profits.

Du côté des États-Unis, la croissance du PIB au 4ème trimestre, publiée vendredi (3ème estimation), est ressortie en-dessous des attentes à +2.2% en rythme annualisé contre +2.4% attendu, bien en-dessous du niveau d’activité au 3ème trimestre qui était de +2.8%. Cette dernière a permis de confirmer les inquiétudes des investisseurs quant au ralentissement de la croissance US. Les commandes de biens durables ont également largement déçu mercredi dernier en ressortant en baisse de 1.4% pour le mois de février (contre +0.4% attendu). Le dollar s’est tout naturellement affaibli contre l’Euro sur la semaine (-0.65%). Cette détente, ajoutée aux tensions géopolitiques au Yémen, a favorisé un rebond des prix du pétrole (+7.5% sur la semaine).

En Asie, les mauvaises publications macroéconomiques au Japon et en Chine ont eu des effets divergents. Au Japon, l’indice PMI est ressorti nettement en recul par rapport au mois de février à 50.4 (contre 52 attendu), traduisant la baisse des nouvelles commandes. Le chiffre de l’inflation sous-jacente en février, publié vendredi, est ressorti inchangé, ravivant les craintes d’un retour de la déflation, malgré tous les efforts de la banque centrale… Le Nikkei perd ainsi 1.4% sur la semaine. En Chine, l’indice HSBC PMI pour le mois de mars est repassé sous le seuil de contraction des 50 points à 49.2, son plus bas niveau en 11 mois, illustrant la faiblesse de la demande domestique du pays. Ce point négatif a paradoxalement stimulé l’indice de Shanghai (+2%) avec l’anticipation d’une réponse vive de la part de la banque centrale via une baisse des taux directeurs, mesure qui pourrait arriver dès le mois d’avril.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 26 mars en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la VL est en baisse de 0.19%. Cette baisse est essentiellement due à la stratégie d’Alpha Portable, le Portage Obligataire étant stable sur la période. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable, les surperformances des FCP MW Sakura et Fidelity Italy ne compensent pas les contreperformances des fonds investis en actions de la zone Euro et en actions européennes. Au cours de la semaine nous avons participé à l’émission de la société PAPREC, spécialiste du recyclage, en souscrivant la souche hybride pour un rendement à l’échéance de 7.375%. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +2.03% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.22% sur la même période. Les encours sont de 21 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Pendant  la semaine, la VL du FCP Taux Réels Européens baisse de 0.07%. Le portefeuille est aujourd’hui positionné avec une sensibilité faible aux taux d’intérêts (proche de 0), une exposition à la dette périphérique sur des maturités inférieures à 10 ans et un spread moyen au-dessus de la courbe allemande de 1.2% pour un rating moyen de notation investissement. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de +2.08% contre +0.57% pour son indice de référence (l’EONIA Capitalisé+2.5%). Les encours sont de 34.8 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 recule de 0.79% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros sont en baisse de 2.45% et l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis perd 1.21%. Parmi les plus fortes contributions positives à la performance, on trouve nos couvertures sur le S&P500 et nos positions sur les futures Eurostoxx50. En revanche, le portefeuille a été pénalisé par son exposition aux actions internationales au travers des FCP Altiflex et Shanti IndiAsean.  Au cours de la semaine, nous avons légèrement réduit notre exposition en actions qui est désormais à 45%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +7.65%. Les encours sont de 28.5 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 19 mars. Au cours de la semaine, la performance est de -0.98% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.03% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) baissent de 3.03%. Au cours de la semaine, nos expositions aux fonds Lyxor S&P Consumer Discretionary, Allianz Europe Equity Growth et H2O Multiequities sont les contributions les plus négatives. Par effet miroir, l’exposition à l’euro sur les marchés à terme freine la baisse de la valeur liquidative du portefeuille. L’exposition action du portefeuille s’inscrit à 60%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +8.32%. Les encours sont de 14.1 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, la VL est en baisse de 2.30%, alors qu’en même temps, la performance des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en Euros s’établit à -2.45%. Cette légère sur performance s’explique par la meilleure résistance des titres détenus en portefeuille avec notamment sur la partie asiatique les performances positives des titres BOC à Hong Kong, DBS Group à Singapour ou Mazda et Toshiba au Japon. Les fonds détenus en portefeuille n’ont quant à eux pas mieux résisté que le marché. Nous avons réalisé plusieurs arbitrages sur les marchés nord-américains, dans les secteurs des télécoms avec l’achat de Level3 contre Telus, dans les financières avec l’achat de CBRE Group contre Power Financial et dans  la technologie avec l’achat de Avago Technology pour une vente de Seagate. L’exposition du portefeuille aux marchés actions a été ramenée à 88%. La performance depuis le début de l’année s’établit à +9.56% contre +6.96% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 12.8 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la VL du FCP Maxima affiche une baisse de 0.61% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis recule de 1.21%. Toujours assez largement sous-exposé, le fonds a grandement amorti le recul des indices. Ce résultat s’explique aussi par la très bonne tenue des valeurs financières présentes en portefeuille, notamment les banques françaises Société Générale et BNP Paribas qui s’inscrivent chacune en hausse de plus de 3% sur la semaine. Nous avons réalisé quelques arbitrages, d’abord dans le secteur automobile allemand avec la vente de Volkswagen pour le renforcement de Daimler et dans le secteur des Télécommunications avec une vente de Deutsche Tel pour un achat d’Orange. L’exposition du portefeuille est restée stable, légèrement au-dessus de 70%. La performance du FCP Maxima depuis le début de l’année est de +12.94% contre +17.21% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 5.1 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.