Point hebdo : Vers un retour aux fondamentaux ?

Pour les marchés européens, c’est la première grosse alerte depuis décembre 2014, la première aussi depuis l’annonce, fin janvier, du lancement du programme de rachat d’actifs de la Banque Centrale Européenne. L’Eurostoxx 50 cède 2.6 % sur la semaine, reculant même de plus de 4% sur les séances de mardi  et mercredi. Le S&P 500, qui a connu un début d’année plus calme, ne perd que 0.4 % à 2108 points.
Le premier élément déclencheur de ces prises de profits a été la publication mercredi d’une croissance décevante aux États-Unis pour le premier trimestre (+0.2% en rythme annuel, contre 1% attendu par les économistes), un scénario qui n’est pas sans rappeler celui de l’an dernier. La météo et les grèves dans les ports de la côte Ouest ont clairement pesé sur la croissance du premier trimestre, mais c’est surtout la frilosité des consommateurs américains qui interpelle alors que ceux-ci n’ont pas dépensé les gains de pouvoir d’achat offerts par la baisse du prix du pétrole.
De plus, ces chiffres ont également eu pour effet de réduire la visibilité de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine et par la même occasion celle des investisseurs qui observent les mêmes données macroéconomiques. Même si la Fed s’est montrée rassurante mercredi soir, à l’issue de son comité de politique monétaire, en évoquant des «facteurs temporaires» pour expliquer le ralentissement de l’activité, celle-ci maintient son agenda pour une hausse des taux au deuxième semestre. Les marchés doivent ainsi passer d’un soutien « monétaire », à un soutien « fondamental » plus incertain.
Ces interrogations sur la vigueur de l’économie américaine ont provoqué l’affaiblissement du dollar, et ceci, couplé à un débouclement de positions vendeuses d’euros, thématique très largement jouée depuis le début de l’année, a fait rebondir la monnaie unique de 3% sur la semaine à 1.12 dollars. Ce mouvement a également impacté les actions européennes, dont l’un des principaux moteurs était la baisse de l’EUR/USD; les indices se sont ainsi ajustés: l’Eurostoxx 50 cèdent 2.6% et le Dax perd 3% sur la semaine. Néanmoins c’est bien sur les taux que les mouvements ont été les plus impressionnants. Le rendement 10 ans allemand a plus que doublé en passant de 18 points de base à 37 points de base en 2 séances pour se stabiliser sur ces niveaux. Même constat pour la dette périphérique (sauf la Grèce), les taux montent. Derrière ce mouvement : un ajustement de la vision des investisseurs sur les rendements futurs après que l’inflation annualisée de la zone euro soit sortie à 0% contre -0.1% attendu par les économistes. Même si celle-ci reste portée par l’Allemagne et son inflation positive ressortie à 0.3% contre +0.2% attendu, ces données macroéconomiques indiquent une baisse du risque de déflation et laisse même présager une inflation en territoire positif pour l’union monétaire. De plus, le pétrole, source d’inflation à court terme, enregistre conjointement sa plus forte hausse mensuelle en 6 ans avec +25% au mois d’avril et +3.5% sur la semaine sous revue. Parallèlement, le dossier grec a pesé sur l’appétit du risque des investisseurs. Le pays devait présenter jeudi au FMI et à ses partenaires européens son projet de réformes économiques pour enfin débloquer la tranche d’aide supplémentaire de 7.2Mds d’euros, mais les rumeurs indiquant qu’Athènes ne serait pas en mesure de soumettre sa liste de réformes cette semaine ont été avérées. De même, le taux de chômage de la zone euro sortie à 11.3% contre 11.2% attendu, indique que malgré des éclaircis encourageantes, le chemin est encore long pour les pays du vieux continent.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Mercredi 29 avril en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et du jour férié. Sur la période, la VL est en hausse de 0.07%. Cette semaine encore, c’est la stratégie d’Alpha Portable qui contribue positivement à la performance du portefeuille, le Portage Obligataire étant pour sa part stable. La stratégie de Portage Obligataire a été pénalisée par les tensions sur les subordonnées financières. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable, on peut noter la bonne contribution des FCP investis en actions françaises, parmi lesquels le FCP Moneta Multicaps et le FCP Sycomore FranceCaps. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative sur la semaine. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +2.67% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.31% sur la même période. Les encours sont de 20.5 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Au cours de  la semaine, la VL du FCP Taux Réels Européens progresse de 0.14% et ce malgré la violente remontée des taux enregistrée sur la semaine. Le portefeuille reste positionné avec une sensibilité faible aux taux d’intérêts (proche de 0, voire négative). L’exposition à la dette périphérique est essentiellement couverte par vente de contrats sur le BTP italien. Déjà défensif en début de semaine, ce positionnement immunise largement le portefeuille contre les potentielles dégradations des marchés obligataires « risqués ». Par ailleurs, la couverture sur la courbe allemande est maintenue, les marchés obligataires semblant généralement moins porteurs. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de +2.53% contre +0.81% pour son indice de référence. L’encours s’établit à 35 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en baisse de 1.06% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros sont en baisse de 4.15% et l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis perd 2.57%. Dans ce contexte de forte correction des marchés actions, on trouve parmi les principales contributeurs au recul de la valeur liquidative du fonds nos positions en OPCVM actions comme le fonds Allianz Europe Equity Growth ou le Schroder Euro Equity ainsi que nos positions sur le dollar américain. Parmi les plus fortes contributions positives à la performance, on trouve les couvertures mises en place depuis quelques temps sur le SP500 et l’Eurostoxx50. On peut noter également la très bonne tenue de nos positions sur le segment des Small Caps françaises au travers des FCP Pluvalca Small Caps France et Amilton Small Caps. L’exposition action du portefeuille est restée stable autour de 45%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +7.91%. Les encours sont de 30 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 29 avril du fait du jour férié. Au cours de la semaine, la performance est de -0.60% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 2.11% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 2.9%. Au cours de la semaine, notre exposition par les marchés à terme à la baisse du dollar est la contribution la plus positive. L’exposition à l’Eurostoxx50 par les marchés à terme, et aux fonds Pictet Generics, Comgest Growth Greater China, H2O Multiequities et BG Long term Value  sont les principales contributions à la baisse de la valeur liquidative du portefeuille. L’exposition action du portefeuille s’inscrit à 66%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +9.85%. Les encours sont de 14 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, la VL est en baisse de 3.15%, alors qu’en même temps, la performance des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en Euros s’établit à -4.15%. Clairement, notre politique de couverture a permis d’amortir le recul généralisé des marchés. Néanmoins, la sélection de titres a pesé sur la performance avec le recul marqué de deux des plus grosses positions du fond, Apple et Kroger, recul amplifié par la faiblesse du dollar contre euro. Seul le secteur pétrolier surnage dans cette correction et nos positions sur Total et Schlumberger contribuent positivement à la performance du portefeuille. Les fonds sélectionnés ont globalement mieux résisté que le marché, notamment le fond MW Sakura Fund spécialisé sur le marché Japonais. Nous n’avons pas réalisé d’opération en portefeuille cette semaine. L’exposition aux marchés actions reste donc stable à 75%. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +8.37% contre +6.53% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 13.6 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la VL du FCP Maxima affiche une baisse de 1.10% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis perd 2.57%.  Ce résultat s’explique essentiellement par la sous exposition du portefeuille dans ce contexte de prise de profit et qui permet au portefeuille d’amortir plus de la moitié de la baisse du marché. La sélection des titres et des fonds en portefeuille contribuent aussi à ce résultat avec notamment Generali et Total du côté des actions et le Fonds Amilton SmallCaps qui ont tous remarquablement bien résisté dans le repli. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative cette semaine. Par conséquent, l’exposition du portefeuille est restée stable, légèrement au-dessus de 70%. La performance du FCP Maxima depuis le début de l’année est de +12.33% contre +15.63% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 5 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.