Point Hebdo : La situation s’améliore, les obligations souffrent…

La semaine sous revue a été marquée par une forte volatilité des marchés actions et obligations. Alors qu’elle est restée modérée du côté US,  celle-ci a été beaucoup plus marquée eu Europe, même si les marchés arrivent à progresser de 0.9% sur la semaine. L’Eurostoxx 50 ne cotait que 3485 (soit -3.6% sur la semaine) au plus bas jeudi. C’est au cours de la journée de vendredi, fériée en France, que l’on enregistre de fortes variations sur les marchés qui permettent de compenser les baisses de début de semaine. Ce décalage pourrait fausser temporairement la comparaison des performances entre certains fonds non valorisés le 8 mai et leur indice de référence.

Les catalyseurs de la semaine étaient purement macroéconomiques, entre bonnes nouvelles et prises de bénéfices, le marché peine à accepter la transition d’un soutien monétaire des banques centrales à un soutien fondamental plus incertain. En effet, même si les PMI des services de la Zone Euro sont dans l’ensemble ressorties largement au-dessus des attentes, (60.3 contre 57.4 attendu en Espagne, 51.4 contre 50.8 prévu en France), il a fallu attendre les données de l’emploi en provenance des Etats-Unis, publiées le vendredi, pour restaurer la confiance des investisseurs.  Les chiffres de l’emploi, bien qu’en ligne avec les attentes, rassurent sur l’état de l’économie US. En effet, après le ralentissement de ce début d’année ils suggèrent un rebond rapide de l’activité dès le deuxième trimestre. La dépréciation du dollar qui avait suivi la publication décevante de la croissance américaine cet hiver a incité les investisseurs détenteurs de positions vendeuses d’euros et par conséquent acheteuse de dollars à clôturer ces positions. Ce large mouvement de la monnaie unique depuis 2 semaines a pesé sur les valorisations européennes, qui rebondissent fortement sur la séance de vendredi (+2.6% pour l’Eurostoxx 50) grâce à l’appréciation du dollar. Ainsi, bien que très volatile la parité l’EUR/USD clôture inchangée à 1.12 en fin de semaine.

Cependant, c’est bien du côté des marchés obligataires que les regards sont tournés. Pour l’instant seul le compartiment de la dette « high yield » a échappé aux vagues de ventes. Les mouvements sur les taux allemands continuent d’impressionner par leur ampleur.  Le rendement à 10 ans augmente de 18 points de base (de 0.37% à 0.55%) sur la semaine. Le taux 30 ans passe de 0.9% en début de semaine à 1.4% jeudi en milieu de séance ! Derrière ces grands mouvements : la baisse du risque de déflation de part et d’autre de l’Atlantique. En effet, un taux 30 ans à 0.9% pour les obligations allemandes correspond à une vision extrêmement pessimiste de l’avenir. Et pour cause, ces niveaux illustraient une absence de remonté des taux de la part de la Fed et de la BCE durant les prochaines décennies alors que l’on s’attend à un resserrement monétaire cette année aux Etats-Unis ! Les niveaux de valorisation des actions et des obligations peuvent ainsi apparaître incohérents. Alors que la valorisation des premières semble optimiste quant à la santé future de l’économie, la valorisation des secondes paraît pessimiste quant à la capacité de cette économie à générer de l’inflation. Même si les niveaux de rendement des obligations d’Etats actuels ont l’air plus soutenable alors que le risque de déflation s’éloigne, un équilibre entre ces deux visions restera encore complexe à trouver et favorisa la volatilité.

Voici un point sur chacun des fonds de notre gamme :

Optimum

Les performances sont arrêtées au mercredi 6 avril en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et des jours fériés. Sur la période, la VL est en baisse de 0.21%. Cette semaine, les deux moteurs de performance contribuent négativement. En premier lieu, le portage obligataire qui subit les reculs marqués des emprunts perpétuels de La Mondiale et du Crédit Agricole mais qui globalement résiste plutôt bien considérant les énormes tensions sur les marchés de taux d’intérêts. La stratégie d’Alpha Portable affiche également une légère contribution négative en raison principalement des sous performances des fonds investis en actions européennes de chez JP Morgan et Schroders. Cette semaine, nous avons allégé notre position sur le fonds T Rowe Price Europe et ajusté la couverture en conséquence. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +2.46% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.33% sur la même période. Les encours sont de 20.4 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Au cours de  la semaine, la VL du FCP Taux Réels Européens baisse de 0.10%. Le portefeuille reste positionné avec une sensibilité faible aux taux d’intérêts (proche de 0, voire négative). L’exposition à la dette périphérique est essentiellement couverte par vente de contrats sur le BTP italien. Déjà défensif en début de semaine, ce positionnement immunise largement le portefeuille contre les potentielles dégradations des marchés obligataires « risqués ». Dans le cas où ce mouvement de remontée des taux se poursuivrait, un positionnement encore plus défensif pourrait être mis en œuvre. En 2015, la performance du fonds est de 2.43% contre 0.86% pour son indice de référence. L’encours s’établit à 36.4 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine arrêtée au 7 mai 2015, la VL du FCP Amaïka 60 est en baisse de 0.66% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros sont en baisse de 0.93% et l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis perd 1.32%. Dans ce contexte de forte correction des marchés actions, on trouve parmi les principales contributeurs au recul de la valeur liquidative du fonds nos positions en OPCVM actions comme le fonds Allianz Europe Equity Growth ou le Schroder Euro Equity. Parmi les plus fortes contributions positives à la performance, on trouve les couvertures mises en place depuis quelques temps sur le SP500 et l’Eurostoxx50. Au cours de la semaine, nous avons profité de la faiblesse des marchés pour remonter légèrement l’exposition action du portefeuille qui est maintenant à 47%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +7.2%. Les encours sont de 30.4 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 6 mai. Au cours de la semaine, la performance est de -0.94% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 1.38% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) chutent de 2.99%.
Au cours de la semaine, notre exposition par les marchés à terme à la baisse du dollar est la contribution la plus positive. L’exposition à l’Eurostoxx50 par les marchés à terme,  et aux fonds Comgest Growth Greater China, H2O Multiequities et Allianz Europe Equity Growth  sont les principales contributions négatives de la valeur liquidative du portefeuille. L’exposition action du portefeuille s’inscrit à 57%. La performance du FCP Résilience en 2015 est de +8.82%. Les encours sont de 13.75 mln d’euros.

Altiflex

La performance hebdomadaire d’Altiflex calculée du 30 Avril au 7 Mai en raison des jours fériés est de -0.53%, alors qu’en même temps, la performance du marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en Euros s’établit à -0.93%. Clairement, notre politique de couverture a permis d’amortir le recul généralisé des marchés. Néanmoins, la sélection de titres a aussi contribué à cette meilleure résistance et ce, malgré le recul notable de Fujitsu, dont l’avertissement sur les résultats a été lourdement sanctionné par le marché (-18%). On notera par exemple les bonnes contributions de Nitto Denko au Japon et d’Avago Technologie aux Etats-Unis qui progressent toutes les deux de plus de 4% sur la semaine. Une seule opération cette semaine avec la mise en place d’une position Longue sur Russell 2000 et courte sur Russell 1000 pour jouer le retournement d’un excès récent de performance des LargeCaps US contre les SmallCaps. L’exposition aux marchés actions reste donc stable à 75%. La performance depuis le début de l’année s’établit à +7.8% contre +6.01% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 13.2 mln d’euros.

Maxima

La performance hebdomadaire de Maxima calculée du 30 Avril au 7 Mai en raison des jours fériés est de -0.13% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis cède 1.32%. Naturellement, ce résultat s’explique principalement par la sous exposition du portefeuille au marchés actions qui nous a permis d’amortir la majeure partie du recul hebdomadaire du marché. Les fonds sélectionnés en portefeuille ont eux aussi plutôt mieux résisté alors que les titres ont quant à eux, évolué en moyenne en ligne avec le mouvement de marché. L’excellente performance relative des assureurs détenus en portefeuille (Axa, ING & Generali) a été annulée par un recul plus marqué des pétrolières et des bancaires. Jeudi, le recul intraday du marché nous a incité à reprendre une position plus positive sur le marché en rachetant notre couverture. Par ailleurs, nous avons aussi réalisé quelques arbitrages de titres et allégé le fonds spécialisé en valeurs de croissance chez Allianz. La performance du FCP Maxima depuis le début de l’année est de 12.18% contre +14.11% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 5 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.