Point Hebdo : Le marché ne croit pas la Fed…

Après un excès de pessimisme sur les marchés, il a suffi d’une interprétation accommodante des derniers chiffres de l’emploi aux Etats-Unis pour redonner du souffle aux actifs risqués. Cependant, cette interprétation est-elle vraiment justifiée ? A ce sujet, Stanley Fischer, le Vice-Président de la Fed, refuse de s’engager en faisant remarquer que la remontée des taux directeurs avant la fin de l’année est bien une prévision et non une promesse. Parallèlement, les conditions macroéconomiques s’améliorent avec une consommation des ménages rassurante en Chine ainsi qu’un net rebond des cours du pétrole sur la semaine (WTI: +9%). Dans ce contexte accommodant, l’euro se renforce face au dollar (EUR/USD:+1.27%) et les indices reprennent des couleurs : l’Eurostoxx 50 rebondit de 5.3%, le SP 500 signe sa meilleure semaine de l’année avec +3.3% et le Topix s’octroie 4.9%.

La volatilité sur les marchés financiers, la baisse des devises émergentes et des prix des matières premières ont récemment accru les pressions déflationnistes. Ainsi, pour remplir son mandat de stabilité des prix, la Fed a gardé un discours encore très accommodant « au cas où ». Cependant, Stanley Fischer précise que la consommation US est suffisamment solide pour compenser ces effets négatifs. De plus, les responsables des pays émergents ont surpris ce week-end à Lima lors du congrès annuel du FMI et de la Banque mondiale. Ils estiment dorénavant connaitre les conséquences d’un resserrement monétaire et préfèrent celui-ci au manque de visibilité actuel. Ainsi, alors qu’un resserrement monétaire se profile de plus en plus pour décembre 2015, le marché, perturbé par une communication confuse, ne semble pas croire à ce scénario.

Par ailleurs, le récent rebond des cours des matières premières et des devises émergentes tend à inverser ces pressions déflationnistes. En effet, l’OPEP a déclaré s’attendre à « davantage d’équilibre » à partir de 2016 avec le double effet d’une demande mondiale plus dynamique qu’attendue couplée à une baisse de la production. Ces données sont venues confirmer les évaluations récentes de l’EIA (département américain) et permettent de crédibiliser la trajectoire d’une remontée progressive des cours de l’or noir. Les indices mondiaux ont ainsi été portés par le secteur de l’énergie qui gagne, à titre d’exemple, près de 10% en Zone Euro. Le crédit obligataire qui avait souffert de craintes de défaut sur le secteur des matières premières, profite également de cet optimisme.
En Asie, la « semaine d’or » chinoise souligne la bonne tenue de la consommation privée. Au cours des 7 jours fériés liés à la fête nationale du 1er octobre, les ménages chinois ont fortement accéléré leurs achats avec une progression de 11% par rapport à la même semaine en 2014. Si cette hausse est légèrement inférieure à celle observée entre 2013 et 2014 (12.1%), elle confirme tout de même la bonne dynamique de la demande des ménages et mitige les récentes craintes d’un ralentissement brutal. Au japon, les actions rebondissent également (TOPIX : +4.9%) sur fond d’espoir d’une concrétisation de l’accord commercial transpacifique ainsi que de mesures d’assouplissement monétaire supplémentaires.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 8 octobre en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative progresse de 0.16%. La stratégie de Portage Obligataire explique l’essentiel de cette progression avec une solide performance. En-effet les spreads sur le High Yield, après des semaines de dégradation, se sont nettement resserrés. On note ainsi les très bonnes performances des obligations La Mondiale Call 2024, Abengoa 2016, Groupama, etc… La contribution de la stratégie d’Alpha Portable est, pour sa part, négative, mais largement compensée par le moteur obligataire. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable ce sont les fonds investis en actions Européennes qui ont affiché les plus fortes contributions négatives. Au cours de la semaine nous n’avons pas réalisé d’opération significative. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +2.06% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.71% sur la même période. Les encours sont de 20.3 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Au cours de la semaine, la performance est de +0.85%. Le portefeuille reste investi sur une notation moyenne proche de BBB et une sensibilité de 4.3. Le rendement réel du portefeuille reste élevé à 2.64%. Le rendement et la réduction de ce spread dans le cadre de la politique monétaire accommodante de la BCE reste le principal moteur de performance du fonds. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de +0.7% contre +1.87% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 44.4 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 1.89% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros progressent de 3.04% et que l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis gagne 5.27%. Le portefeuille profite à la fois du fort rebond des marchés actions et de la détente des spreads sur le marché obligataire. On peut citer parmi les contributions positives à la performance hebdomadaire notre position sur les actions Japonaises au travers du MW Sakura Fund ainsi que sur les actions de la zone Euro avec le FCP Schroder Euro Equity. Au cours de la semaine, nous avons profité de la forte hausse de l’Eurostoxx50 pour écrêter nos positions sur les contrats futures. L’exposition actions a donc été légèrement réduite et s’établit désormais à 52% du portefeuille. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +3.53%. Les encours sont de 31 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 8 octobre. Sur la période, la performance est de +0.12% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 5.10% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis)  de 4.10%. Cette performance est due principalement à un positionnement défensif du portefeuille. Au cours de la semaine, notre expositions aux actions de la zone Euro par les contrats futures et nos investissements sur les fonds Exane Prime Technology et Pictet Security sont  les principales contributions positives à la performance du portefeuille. Nos couvertures sur le marché des actions américaines et nos positions sur les FCP R parus et BSF America Absolute Return sont  les principales contributions négatives hebdomadaires.
L’exposition aux  actions du portefeuille s’inscrit à 28%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +4.93%. Les encours sont de 18 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex gagne 3.11 % alors qu’en même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 3.45%. Si le portefeuille a largement profité du rebond du secteur pétrolier avec les belles progressions de Norsk Hydro (+14.5%), de Total (+9.7%) ou des américains Kinder Morgan et Schlumberger, il a néanmoins été pénalisé par des reculs significatifs sur des titres ayant fortement progressé dans les dernières semaines. Il s’agit notamment d’Avago Technologies dans les semis aux États-Unis, mais aussi de Qantas Airways en Australie ou encore de Murata Manufacturing au Japon. Les valorisations atteintes sur ces titres ont suscité des prises de bénéfices importantes. Dès lundi, la forte hausse du marché nous a amené à réduire l’exposition actions du portefeuille et à la ramener autour de 115%. Au niveau des titres, nous avons renforcé Fuji Heavy Industries et Nitto Denko au Japon, zone sur laquelle nous conservons notre optimisme. La performance depuis le début de l’année s’établit à +2.15% contre +2.97% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 12.8 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima progresse de 4.62% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis gagne 5.27%. La sélection de titres vifs a évolué en ligne avec la forte progression du marché, avec notamment les très fortes progressions de Daimler et BASF en Allemagne qui gagnent respectivement 11.8 et 9.5% sur la semaine. On notera aussi la hausse du titre Total (+9.7%) qui profite du rebond du prix du baril. A l’inverse, les petites valeurs et les valeurs de croissance n’ont pas pleinement participé au mouvement de hausse, et donc les fonds présents en portefeuille et investis sur ces thématiques ont pesé sur le résultat hebdomadaire de Maxima. Au niveau des opérations, nous avons dès lundi réduit l’exposition du portefeuille pour la ramener à 115%. Sur les actions, nous avons aussi réalisé un arbitrage en sortant Schneider au profit de Safran.
La performance du FCP Maxima depuis le début de l’année est de +12.16% contre +5.58% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 5.3 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.