Point Hebdo : Les fondamentaux invalident peu à peu le scénario catastrophe…

Malgré des doutes sur la dynamique de la croissance mondiale, les publications macro et microéconomiques restent rassurantes et contribuent à maintenir un niveau de performances décent sur les marchés actions depuis le début de l’année (Eurostoxx 50 +8.6%). Les récentes craintes d’un ralentissement brutal ne semblent ainsi pas justifiées et permettent un net rebond des indices actions sur le mois : (S&P500 +8.3% Eurostoxx 50 +10.2%, Topix +10.4%). Au cours de la dernière semaine d’octobre les indices sont plus calmes: le S&P 500 progresse de 0.2%, l’Eurostoxx 50 cède 0.2% et le Topix japonais s’octroie 0.7%.

Aux États-Unis, la consommation domestique est toujours robuste et tire la croissance. Comme anticipé en début d’année, les ménages profitent de l’augmentation de leur pouvoir d’achat liée à la baisse des cours du pétrole et à ses conséquences sur l’inflation. Ainsi, depuis le milieu de l’année 2014, les dépenses en volume sont sur un rythme de croissance qui évolue entre 3 et 3.5% annuel. Le contexte actuel, moins sombre qu’attendu devrait permettre à la Fed d’initier son cycle de resserrement monétaire dès le mois de décembre. Cependant, le rythme de hausse adopté par la suite devrait rester très lent afin d’éviter de briser la dynamique actuelle aux États-Unis tout en augmentant la visibilité des investisseurs et des économies émergentes.

Par ailleurs, la décision de la Fed pourrait avoir un impact sur la politique monétaire des autres zones. En effet, en cas d’action de sa part, l’appréciation du dollar devrait permettre à la BCE de ne pas accélérer ses achats mensuels. Mario Draghi pourrait alors se contenter de repousser la date prévisionnelle de fin du quantitative easing plutôt que d’augmenter la taille des rachats mensuels de 60Mds€.
Parallèlement, la zone euro publie des statistiques rassurantes. Les chiffres d’inflation pour le mois d’octobre ressortent meilleurs qu’attendu. L’inflation cœur, à savoir celle excluant les prix volatils, est estimée en légère hausse pour le mois d’octobre à 1% contre 0.9% en septembre. A noter que celle-ci est principalement tirée par la bonne tenue des prix dans le secteur des services. De plus, l’indice PMI manufacturier de l’institut Markit pour la zone euro ressort ce matin à 52.3 contre 52 attendu par les économistes, avec une meilleure dynamique en Allemagne et en Italie. Également, le taux de chômage de la zone ressort à 10.8% en septembre 2015 contre 11.5% un an auparavant. Ces publications continuent de refléter la bonne dynamique en zone euro.

En Asie, la transition économique chinoise se poursuit sans accrocs et Pékin restera présent afin d’éviter tout risque de chute trop marquée de l’activité. L’indice PMI Manufacturier Markit, qui prend en compte davantage d’entreprises privées que l’indice national, se redresse de 47.2 à 48.3, tiré notamment par les nouvelles commandes. On observe également une meilleure dynamique dans le secteur privé que dans les grandes entreprises publiques en cours de réforme.
Au Japon, à la suite de son conseil de politique monétaire du 30 octobre, la BoJ a revu à la baisse ses prévisions d’inflation pour 2015 et 2016, à respectivement +0.1% et +1.4% contre +0.7% et +1.9% précédemment. Avec ces nouvelles projections, le retour de l’inflation sur la cible fixée à 2% n’est prévu qu’au T1-2017 plutôt qu’au T3-2016. Par conséquent, la banque centrale poursuivra son programme d’assouplissement monétaire au moins jusqu’ à cette date.

 

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 29 Octobre en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en hausse de 0.20%. Alors que l’Alpha Portable n’a apporté qu’une très légère contribution positive, ce résultat s’explique par le solide rebond de la stratégie de Portage Obligataire. Au sein de cette stratégie, on peut citer la progression de l’obligation perpétuelle Crédit Agricole 7.875%. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable, le recul enregistré sur les fonds investis en actions US, France et Japon par rapport à leurs indices respectifs est compensé par les solides surperformances des fonds investis en actions Eurozone, Europe et Italie. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative cette semaine. La performance depuis le début de l’année du FCP Optimum est de +1.92% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.77% sur la même période. Les encours sont de 20.7 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la VL du FCP Taux Réels Européens est en hausse de 0.32%. Alors qu’en début de semaine, la sensibilité était de l’ordre de 3.4, et pour protéger le portefeuille après l’annonce de la Fed, nous avons réduit à 0 la sensibilité jeudi matin. Cette décision a permis de conserver les gains acquis au cours de la baisse des taux récente. Par ailleurs, après les fortes progressions d’octobre, nous avons réduit l’exposition aux émetteurs fragilisés par la crise de liquidité de l’été (Glencore, Anglo American, Areva) pour augmenter les investissements sur les indexées inflation (France 2024), dont les « break-even » semblent attractifs. L’exposition à la dette émergente est restée stable. Après ces modifications, le portefeuille reste investi sur une notation moyenne proche de BBB. Le rendement réel du portefeuille reste élevé à 2.1%. La sensibilité du portefeuille a été remonté à 2.04 vendredi soir. Le rendement et la réduction du spread vis-à-vis de la courbe allemande dans le cadre de la politique monétaire accommodante de la BCE reste le principal moteur de performance du fonds. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de +1.57% contre +2% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 44.3 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.50% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros reculent de 0.16% et l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis de 0.20%. Le portefeuille bénéficie de la forte progression de ses investissements obligataires ainsi que de la bonne tenue de ses investissements actions. Parmi les plus fortes contributions positives à la performance hebdomadaire, on peut citer les fonds Allianz Europe Equity Growth et Equi-Actions Suisse. Côté obligataire, le fonds H2O Allegro contribue, cette semaine encore, positivement à la progression du portefeuille. Nous avons profité de la hausse du marché pour mettre en place de nouvelles couvertures optionnelles à échéance Décembre 2015. A la suite de ces couvertures, l’exposition du portefeuille est réduite à 45%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +5.53%. Les encours sont de 32 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 29 octobre. Au cours de la semaine, la performance est de +0.16% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 1.82% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis)  de 2,88%. Nos expositions aux fonds BBM V Flex, Taux Réels Européens et Philéas L/S  sont  les principales contributions positives à la performance hebdomadaire. Notre couverture sur l’euro et sur les actions américaines par les  marchés à terme ainsi que notre investissement sur le FCP IPAM Balanced sont les principales contributions négatives. Au cours de la semaine, nous avons repris position sur le FCP H2O Allegro. Nous avons également remonté l’exposition action du portefeuille qui s’inscrit désormais à 34.5%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +5.31%. Les encours sont de 18.5 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex gagne 1.23 % alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros baisse de 0.16%. Cet excellent résultat permet au portefeuille de réaliser d’ailleurs son meilleur mois depuis sa création, puisque sa progression mensuelle dépasse les 10%. La performance hebdomadaire a été tirée à la hausse à la fois par le choix des titres individuels et par la sélection de fonds. En effet, le portefeuille a bénéficié des annonces très positives de résultats sur plusieurs valeurs, parmi lesquelles Allergan, Abbvie, Hanesbrand aux États-Unis ou Shire au Royaume Uni. Les fonds au travers de CPR Global Silver Age contribuent également très positivement au résultat. Par contre, dans ce contexte de marché relativement stable, la gestion de l’exposition du portefeuille n’a pas généré de contribution significative. Seule opération de la semaine, la constitution d’une paire entre deux indices sectoriels américains (Utilities vs Finance) afin de jouer un retour à la moyenne sur leur écart de performance. L’exposition du portefeuille est donc toujours de 80%. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +8.62% contre +5.51% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 13.6 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima cède de 0.05% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis recule de 0.20%. Les belles performances de Bayer, SAP et Axa ont été annulée par les reculs de Total, BBVA et BASF.  Les fonds se sont mieux comportés, notamment le fonds Allianz Euroland Equity Growth et BG Long Term Value qui surperforment le marché. Par contre, dans ce contexte de marché relativement stable, la gestion de l’exposition du portefeuille n’a pas généré de contribution significative. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative cette semaine. L’exposition de Maxima est donc toujours de 91%. La performance du FCP Maxima depuis le début de l’année est de +16.69% contre +11.11% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 5.6 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.