Point Hebdo : La Chine inquiète de nouveau…

En ce début d’année 2016, le contexte économique mondial rappelle fortement celui de l’été 2015. Cependant, comme à la fin du mois d’Août, la défiance sur la vigueur de l’économie mondiale paraît à nouveau excessive. Face à ce retour des craintes d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise, les flux sortants du pays entrainent un recul des indices actions (-10% pour le Shanghai composite) ainsi qu’une dépréciation du yuan. Par ailleurs, la Chine reste le plus gros consommateur de matières premières au monde et les anticipations de baisse de la demande impactent les cours alors que certains marchés comme le pétrole se situent déjà dans une situation d’offre excédentaire. Par conséquent, sur la semaine, le pétrole perd plus de 10% à 32.50$ le baril et le yuan se déprécie de 1.5% par rapport au dollar. Ces deux facteurs ne sont pas sans conséquence pour le reste du monde et impliquent que la Chine continuera d’exporter de la déflation vers les pays développés en 2016. Dans ce contexte peu propice aux actifs risqués, les indices mondiaux corrigent : le S&P 500 recule de 5.6%, le Topix japonais perd 6.2% et l’Eurostoxx 50 cède 7.2% sur la semaine.

Au cœur des préoccupations des investisseurs se retrouve la capacité des autorités chinoises à éviter un ralentissement brutal de l’activité. Les indices PMI pour le mois de décembre ont une nouvelle fois reculé avec comme facteur aggravant le déclin de celui des services qui résistait plutôt bien jusqu’à présent. Par ailleurs, un haut responsable du pays a déclaré que l’objectif de 6.5% d’augmentation du PIB chaque année entre 2016-2020 serait difficile à tenir et le Premier ministre, Li Keqiang, a annoncé que la Chine ne lancerait pas de plan de relance budgétaire via des investissements. De plus, comme les interventions massives de l’été 2015 n’ont eu un impact que très limité, la volonté de mettre en place des mesures additionnelles devrait être réduite en ce début d’année.
Les turbulences en Chine ne se limitent pas aux marchés financiers, elles se diffusent progressivement à l’ensemble de la planète en augmentant les pressions déflationnistes à travers plusieurs leviers : baisse du yuan, baisse des matières premières et plus généralement baisse des devises émergentes.

Ce renforcement des pressions déflationnistes à l’échelle mondiale devrait contraindre les banques centrales des pays développés à revoir leur stratégie alors qu’elles ont toutes les difficultés à tenir leurs objectifs d’inflation. Au mois de janvier, les différents conseils vont se réunir, la Banque d’Angleterre (le 14), la BCE (le 21), la Fed (le 27) et la Banque du Japon (le 29). Celles-ci devraient adopter un discours plus accommodant qu’attendu, ce qui profitera aux actifs risqués. En effet, à titre d’exemple pour la BCE, alors que les attentes sont désormais nulles vis-à-vis de l’institution, celle-ci devrait progressivement ouvrir la porte à des mesures additionnelles. De même pour la Fed, le membre influant Charles Evans (non-votant), se montre moins optimiste que ses collègues concernant l’inflation et souligne qu’un retour de celle-ci vers la cible de 2% pourrait prendre 2 à 3 ans. Dans ce contexte, C. Evans se dit favorable à une normalisation de la politique monétaire plus lente que prévu (moins de 4 hausses de taux en 2016). Outre la faiblesse continue de l’inflation on observe toujours des statistiques de l’emploi très robustes aux États-Unis ainsi qu’une baisse du chômage et une amélioration des indices d’activité en zone euro.

Le recul marqué de cette première semaine a fortement réduit les niveaux de valorisation des entreprises dans le monde, notamment en Zone euro et au Japon. Cette baisse des valorisations nous conforte dans notre vue constructive de l’évolution des marchés pour les prochaines semaines.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 7 janvier en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.14%, essentiellement du fait de la stratégie de Portage Obligataire, la stratégie d’Alpha Portable, bien que positive, ne permettant pas de compenser totalement les tensions sur le marché obligataire. Au sein de la stratégie de Portage Obligataire, ce sont nos positions sur les lignes Cofinoga 2049 et CMA CGM 2018 qui ont eu les contributions les plus négatives sur la performance cette semaine. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable, ce sont les fonds investis sur les actions Européennes qui ont réalisés les meilleures performances relatives. Parmi ceux-ci on peut citer le FCP Evolution Europe qui affiche la plus forte surperformance de la semaine. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative au cours de cette période. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -0.14% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.01% sur la même période. Les encours sont de 21.2 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Au cours de la semaine, la performance est de -0.31%. Nous continuons de faire baisser le niveau de risque du portefeuille dans un marché peu liquide et volatil. Le niveau de liquidité du fonds augmente de 3% à 10.5% (en incluant les Btan 02/16). L’exposition aux « High Yield » a été réduite par vente de Portugal, de Brésil et de Vallourec. Elle s’inscrit en baisse de 3% à 25%.  Malgré ces mesures, la hausse de la volatilité sur les marchés obligataires maintient la V@R un jour 95% du fonds à 0.25%. Notre objectif est de la faire baisser au dessous de 0.2% au cours des prochains jours. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de -0.31% contre +0.05% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 41 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en baisse de 3.13% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros chutent de 6.43% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) recule de 7.16%. Si ce sont les fonds actions qui ont eu la plus forte contribution négative à la performance de la semaine, le portefeuille a également souffert des tensions sur les marchés obligataires. Seule à tirer son épingle du jeu, notre position sur le fonds de performance absolue Exane Overdrive enregistre une performance positive sur la semaine… Nous avons profité de la faiblesse du marché cette semaine pour remonter légèrement l’exposition action du portefeuille qui s’établit à la clôture de vendredi à 52%. La performance du FCP Amaïka 60 depuis le début de l’année est de -3.13%. Les encours sont de 34 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 7 janvier. Au cours de la semaine, la performance est de -2.98% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 5.6% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis)  de 4.91%.
Au cours de la semaine, nos expositions aux fonds Exane Overdrive et Argonaute Absolute Return sont les principales contributions positives. Notre exposition par les marchés à terme à l’Eurostoxx50 et au Nasdaq  sont les principales contributions à la baisse de la valeur liquidative du portefeuille. Au cours de la semaine, dans un contexte de forte volatilité, l’exposition aux marchés d’actions a été nettement réduite. Elle s’inscrit à 34%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -2.98%. Les encours sont de 17.8 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex perd 7.33% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros recule de 6.43%. Difficile démarrage de l’année donc pour les actions internationales et dans ce contexte Altiflex amplifie légèrement le mouvement du fait d’une exposition élevée. Clairement dans une phase de stress, nous considérons le recul sur ce début d’année comme exagéré et positionnons le portefeuille pour profiter d’un rebond dans les jours ou semaines à venir. Nous avons d’ailleurs profité du repli pour renforcer notre niveau d’exposition qui se situe désormais légèrement au-dessus de 120%. Au cours de la semaine, les actions en portefeuille ont plutôt mieux résisté que le marché à la débâcle générale. On notera tout particulièrement les excellents résultats annoncés par le leader américain des vins et spiritueux Constellation Brands et qui ont permis au titre de progresser de plus de 3% sur la semaine. Les fonds détenus en portefeuille résistent mieux aussi même s’ils restent tous dans le rouge, avec notamment CPR Global Silver Age investi sur une thématique défensive. Nous n’avons pas réalisé d’opération hormis cette légère augmentation de l’exposition actions. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -7.33% contre -3.25% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 12.1 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima recule de 8.04% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis cède 7.16%. Un démarrage difficile aussi pour les actions européennes et pour Maxima qui aborde cette année avec un niveau d’exposition élevé. En effet, ce repli nous semble exagéré et constitue à nos yeux davantage une opportunité d’investissement que le signal annonciateur d’un marché durablement baissier. Cette semaine, toutes les actions s’inscrivent en recul avec naturellement, une meilleure résistance des valeurs défensives (Orange, Iberdrola) comparativement aux secteurs Cycliques (Daimler) ou pétrolier (Total). Les fonds détenus en portefeuille ont généralement mieux résisté avec encore une fois le fonds spécialisé en petites valeurs de chez Amilton (Amilton SmallCaps) qui illustre par là même, la remarquable résilience des petites et moyennes valeurs, y compris dans les phases de stress. Les opérations de la semaine ont consisté à réduire la part investie en fonds au sein du portefeuille. En-effet dans la mesure où au 1er Janvier 2016, le FCP Maxima a abandonné son statut de fonds de fonds, son actif ne sera désormais investi qu’au maximum à 10% en OPC externes. Par ailleurs, l’exposition a été portée à près de 125% en toute fin de semaine sur un nouveau repli des indices. La performance  depuis le début de l’année du FCP Maxima  s’établit à -8.04% contre -7.16% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 7.4 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.



    


Tags:  , ,