Point Hebdo : Les banques centrales contre-attaquent

Nouvelle semaine très agitée pour les marchés internationaux marquée de nouveau par un pessimisme excessif. Il aura fallu le retour du grand froid outre-Atlantique, les commentaires de l’Arabie Saoudite sur l’irrationalité des cours du pétrole et le ton très accommodant de Mario Draghi pour déclencher un retournement des cours du pétrole. On observe ainsi un rebond spectaculaire de 18% des cours du brut entre le point bas de mercredi et la clôture de vendredi (+6% sur la semaine à 32$) illustrant une liquidation massive et forcée de positions vendeuses à découvert (phénomène de Short Squeeze). Cependant, les fondamentaux du marché pétrolier n’ont pas changé en deux jours et la surabondance de l’offre est toujours d’actualité. Cet ajustement illustre la recherche complexe d’un point d’équilibre dans une industrie en pleine mutation. A titre d’exemple, un baril coûte en moyenne 9.90$ à extraire en Arabie Saoudite, 12.60$ en Iran et 36.20$ aux États-Unis. Pour autant, ce rebond au-dessus des 30$ permet de calmer temporairement l’aversion au risque.  Ainsi, en fin de semaine, les indices se stabilisent: l’Eurostoxx 50 gagne 2.4% sur la semaine, le S&P 500 s’octroie 1.6% et le Topix japonais, qui ne profite pas pleinement du rebond de vendredi, enregistre un recul de 1.8%.

Comme attendu, la BCE n’a pas pris de décision lors de sa réunion de politique monétaire, cependant elle a fait le nécessaire pour convaincre qu’elle serait prête à agir de nouveau lors de sa réunion de mars. Comme nous l’indiquions la semaine dernière, la détermination à agir des membres est intacte, ce qui devrait prendre à revers la frange des investisseurs convaincus que la banque centrale n’agirait plus après la déception de décembre. De nouvelles mesures d’assouplissement sont très probables avec trois principaux leviers : 1/ Augmentation des achats mensuels de 10MM€ par mois 2/ Prolongation de 6 mois du programme de mars 2017 à septembre 2017 3/ Abaissement de 10 points de base du taux de rémunération des dépôts. Ces mesures additionnelles conjointes ou non replaceront les taux souverains et l’euro sous pression. Cependant, ces anticipations dépendront également du ton adopté par les autres institutions. La Fed, qui se réunit cette semaine, devrait elle aussi adopter un ton nettement plus prudent dans son communiqué. Elle ne devrait pas envisager une nouvelle hausse de taux avant le 2ème trimestre et ce, seulement si les hausses de salaire sont suffisamment fortes pour alimenter une spirale inflationniste domestique. En Angleterre, le Gouverneur de la Bank of England a tenu des propos particulièrement prudents, considérant que les tendances observées et les dernières données disponibles ne permettent pas d’envisager avec assez de certitude une prochaine accélération de l’inflation pour devoir relever les taux directeurs prochainement. Par ailleurs, au Japon, si la banque centrale devrait passer son tour la semaine prochaine, son Gouverneur Haruhiko Kuroda a réitéré son engagement à stimuler l’inflation afin d’arriver à l’objectif de 2% par an. La BoJ attendra de connaitre l’issue des négociations salariales du printemps et des élections de l’été, mais elle finira probablement par procéder à un nouvel assouplissement de sa politique monétaire pour tenter de soutenir l’inflation.

D’un point de vue plus fondamental, même si les données macroéconomiques (PMI notamment) montrent un léger fléchissement, la tendance générale reste à une accélération de la croissance européenne au cours de l’année. Les difficultés de la Chine pour gérer la transition de son modèle économique et leurs répercussions sur les autres pays émergents alimentent les craintes de voir la croissance mondiale ralentir sensiblement en 2016. Dans cet océan d’incertitude, la zone euro est apparue comme un îlot de stabilité avec une accélération continue du rythme d’expansion de l’activité depuis plusieurs trimestres. Du fait de la chute brutale des cours des matières premières mais également grâce à la baisse du chômage et aux hausses de salaires dans certains pays, la demande des ménages a fortement rebondi depuis plus d’un an. Par ailleurs, les États-Unis ne sont pas encore à la veille d’une récession brutale et la croissance devrait rester entre 2 et 2.5% en 2016.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 21 janvier en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.78%. Ce recul est dû au violent écartement de spread enregistré sur la période. La Stratégie d’Alpha Portable enregistre également un léger recul et ne compensent donc pas les pertes enregistrées sur les obligations en portefeuille. Au sein de la stratégie de Portage Obligataire, ce sont nos positions sur les subordonnées financières qui ont eu les contributions les plus négatives sur la performance hebdomadaire. Au sein de la stratégie d’Alpha Portable, c’est le FCP Schroder Euro Equity qui a réalisé la meilleure performances relative. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative au cours de la semaine. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -1.46% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.04% sur la même période. Les encours sont de 20.7 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance est de -0.44%. Nous avons maintenu stable l’exposition au marché de la dette privée, ce qui a permis au portefeuille de profiter de la reprise de fin de semaine. Le niveau de liquidité/quasi-liquidités du fonds a toutefois été augmenté à 15% de l’actif, par vente d’indexées inflation Allemagne et France. Après la réunion de la BCE, nous avons également procédé à la vente de notre exposition sur le 5 ans espagnol (2.5%).  Les investissements restent concentrés sur des maturités allant jusqu’au 5 ans, toujours protégées par l’action de la BCE. La position d’achat de volatilité sur les taux longs allemands est maintenue. La performance depuis le début de l’année du FCP Taux Réels Européens est de -1.3% contre +0.15% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 39.3 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en baisse de 1.44% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros progressent de 2.24% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) gagne 2.4%. La progression de la valeur liquidative est pénalisée par les fonds qui n’intègrent pas encore la forte progression des marchés de vendredi. Parmi les plus fortes contributions négatives nos positions sur le FCP H2O Allegro et sur le FCP Momentum. Nos investissements en actions Européennes au travers des FCP Schroder Euro Equity et JPM Euro Equity Plus sont parmi les plus fortes contributions positives à la performance hebdomadaire. Au cours de la semaine, nous avons mis en place deux stratégies d’arbitrage sectoriels sur le marché Européen. L’exposition action du portefeuille reste stable à 50%. La performance du FCP Amaïka 60 depuis le début de l’année est de -6.32%. Les encours sont de 32.8 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 21 janvier. Sur la semaine, la performance est de -1.44% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 2.65% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis)  de 3.15%. Nos expositions par les marchés à terme à l’Eurostoxx50 et au Nasdaq sont les principales contributions à la baisse de la valeur liquidative du portefeuille. Nos expositions aux fonds Philéas L/S Europe et Hélium Performance sont les principales contributions positives. Après la réunion de la BCE, dans un contexte de volatilité toujours élevée, l’exposition aux marchés d’actions a été relevée pour s’inscrire à 49.6%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -5,57%. Les encours sont de 17.2 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex gagne 3.01% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 2.24%. Forte reprise donc sur les marchés internationaux après un début d’année très difficile. Après avoir augmenté l’exposition du portefeuille en début de semaine et alors que le marché baissait de façon exagérée à nos yeux, nous avons réduit à 115% cette exposition après les deux séances de fort rebond Jeudi et Vendredi. Cette gestion dynamique de l’exposition permet à Altiflex d’amplifier la reprise, malgré un choix de valeur et surtout une sélection de fonds plutôt défavorable cette semaine. Au niveau des titres, Kroger aux États-Unis a souffert d’une baisse de recommandation d’un broker et recule de 3.5% sur la semaine alors qu’en même temps, de nombreux titres se reprenaient vigoureusement. Les fonds quant à eux impactent négativement le résultat, souvent en raison de décalages de valorisation qui seront rattrapés dès les prochaines séances.
Outre les opérations visant à ajuster l’exposition du portefeuille, quelques arbitrages ont été effectués cette semaine. Nous avons notamment vendu Home Depot au profit d’Amazon aux États-Unis et arbitré KDDI au Japon au profit de NTT dans le secteur des télécommunications. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -8.37% contre -3.61% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 12.1 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima progresse de 2.75% alors que dans le même temps, l’indice Eurostoxx50 dividendes réinvestis gagne 2.40%. Les marchés européens se reprennent donc après deux semaines de forts replis même s’ils n’ont pas refait tout le chemin perdu depuis le début de l’année. Le FCP Maxima réussit à amplifier  la hausse du marché grâce à la surexposition au marché qu’il a accumulé au cours de la baisse. Pourtant, les titres et les fonds sélectionnés en portefeuille ont globalement sous performé le marché européen. Du côté des titres, les financières ont pesé sur le résultat et du côté des fonds, ceux qui avaient bien résisté les semaines passées, à savoir Amilton SmallCaps et BG Long Term Value, se sont retrouvés cette fois un peu en retard.
Cette semaine, les opérations ont concerné des ajustements d’exposition avec notamment Vendredi, une réduction de notre surexposition pour la ramener vers 115% après le fort rebond des marchés sur les deux dernières séances de la semaine. Nous avons aussi initié deux positions d’arbitrages, l’une en faveur des banques et contre le secteur de la chimie en Europe et l’autre en faveur du MIB Italien au détriment du CAC40 français. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à -8.99% contre -7.43% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 7.8 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.



    


Tags:  , ,