Point Hebdo : La colombe murmure à l’oreille des marchés…

Sur la semaine, les indices actions des pays développés ont pris des chemins divergents : le S&P 500 progresse de 1.83% alors que l’Eurostoxx 50 baisse de 1.12% et le Topix japonais cède 3.13%. L’euro progresse fortement face au dollar, passant de 1.12 à 1.14 et le pétrole (WTI) relâche 6.7% à 36.8$ le baril.

Aux États-Unis, le S&P 500 a retrouvé ses plus hauts annuels, porté par des statistiques économiques positives et un discours accommodant de Janet Yellen. Au niveau macroéconomique, les promesses de vente de logement sont en hausse de 3.5% en Février (contre -3.0% en Janvier), l’inflation core remonte à 1,7% (YoY) et les chiffres du chômage du mois de Mars sont positifs avec la création de 215k emplois supplémentaires et un salaire horaire moyen en hausse de 0.3%. Du côté de la FED, Janet Yellen a clarifié sa position lors de son discours devant l’Economic Club de New York  en déclarant : « Les développements à l’étranger signifient qu’il nous faudra certainement (…) suivre une trajectoire un peu plus basse pour les taux des fonds fédéraux que ce que nous avions anticipé en décembre » avant d’ajouter : « Étant donné les risques pesant sur les perspectives, je considère qu’il est approprié pour le Comité d’agir prudemment dans l’ajustement de sa politique ». Ces propos très dovish, en contradiction avec ceux d’autres membres de la FED (point hebdo : le marché ne croit (toujours) pas la Fed ni la BCE) ont rassuré les investisseurs et fait baisser le dollar. À la suite de ce discours, la probabilité intégrée par le marché d’une hausse de taux est passée de 6% à 0% pour Avril et de 36% à 24% pour Juin.

En Europe, malgré le Quantitative Easing de la BCE, l’inflation se fait toujours attendre: l’IPC core du mois de Mars ressort à 1.0% contre 0.8% en Février mais en en mesure annuelle, il reste négatif à -0.1%. Les indices PMI manufacturier sont ressortis légèrement plus forts qu’attendu en Allemagne et en Italie alors qu’il est stable en France et en léger repli en Espagne. Par solde, l’indice de la zone euro progresse à 51.6 contre 51.4 le mois dernier et confirme donc le scenario d’une reprise progressive.

Au Japon, la situation se dégrade avec la chute de 6.2% de la production industrielle en Février, pire chiffre depuis le Tsunami de 2011… L’indice Tankan de confiance des grandes entreprises manufacturières a également fortement chuté (passant de 12 à 8) et le pays subit la hausse du yen par rapport au dollar, ce qui est négatif pour ses exportations. Cela devrait inciter la banque du Japon à prendre de nouvelles mesures…

En Chine, la conjoncture semble beaucoup plus favorable avec une nette amélioration des PMI (officiels et officieux) et une devise (liée au dollar) plus faible, ce qui favorise ses exportations. L’indice action Shanghai Composite est en hausse de 1.75% sur la semaine.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 31 Mars en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en hausse de 0.17%. Comme la semaine passée, c’est la stratégie d’Alpha Portable qui a la plus forte contribution à la performance. On peut citer en particulier le FCP Theam Quant Guru qui surperforme significativement le Stoxx50 et le MS US Advantage qui bat largement l’indice SP500. La stratégie de Portage Obligataire est également positive sur la période avec la progression des obligations Portugal Telecom 2016 et Touax 2020. Nous avons souscrit cette semaine à l’emprunt Rabot Dutilleult 5.5% 2021, entreprise de construction française. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -0.81% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.20% sur la même période. Les encours sont de 21.4 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance est de +0.14%. La stratégie principale du fonds profite du resserrement des spreads sur les obligations de notation investissement par rapport à l’Allemagne. Dans ce contexte, nous maintenons une sensibilité comprise entre 2 et 4. Le niveau de cash reste élevé (10.4%), de façon à profiter d’opportunités sur le marché primaire « investment grade ». A noter la surperformance des titres longs de belle qualité (ex : Anheuser Busch 2.75% 2036).
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de -1.01% contre +0.60% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 36.8 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en baisse de 0.66% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros perdent 0.41% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) cède 1.12%. Sur la semaine, ce sont les fonds actions qui représentent la plus forte contribution à la baisse de la valeur liquidative. Les fonds actions européens Finaltis Efficient Beta (+2.1%) et le fonds de performance absolue Allianz Discovery Euro ont bien résisté (+0.6%) alors que le fonds investi en actions japonaises, Morant Wright Sakura (-3.4%) subit la baisse du marché japonais. Néanmoins, nos couvertures optionnelles sur l’Eurostoxx 50 et notre position vendeuse sur le Topix japonais ont permis d’amortir significativement l’impact du recul de ces indices. Du côté obligataire, la semaine a été assez stable avec une contribution positive des obligations en direct et une légère baisse des fonds obligataires. L’exposition action du portefeuille s’établit à vendredi soir autour de 46%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de -5.95%. Les encours sont de 32.3 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 31 mars. Sur la semaine, la performance est de +0.39% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.61% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) baissent de 0.38%. Nos expositions à l’Eurostoxx50 par les marchés à terme mais aussi au fonds Mandarine Valeurs sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Nos expositions aux fonds Stock Picking France et JPM Global Macro Opportunités sont les principales contributions négatives à la valeur du portefeuille. L’exposition aux marchés d’actions a été maintenue stable à 79%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -7.32%. Les encours sont de 16.2 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex recule de 0.21% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros baisse de 0.41%. Après un premier trimestre chahuté, on sent le calme revenir sur les marchés, les indices de volatilité sont là pour en témoigner. Altiflex amortit légèrement la baisse cette semaine grâce notamment à un timing judicieux en termes d’exposition du portefeuille. En effet, nous sommes parvenus à réduire cette exposition non loin des plus hauts du milieu de semaine, ce qui a permis d’amortir assez nettement le recul qui s’en est suivi. Du coté des titres, ce sont les valeurs américaines qui sont les plus en vue avec T-Mobile, Starbucks et Mastercard qui font partie des meilleures contributions. A l’inverse, le raffineur Tesoro souffre de la remontée des prix du pétrole et recule de plus de 10% sur la semaine. Les autres moteurs de performance n’ont eu qu’une influence marginale sur la performance hebdomadaire. En termes d’opérations et mises à part celles qui ont consisté à ajuster l’exposition actions du portefeuille, nous avons réalisé quelques allègements et un arbitrage en vendant General Dynamics au profit de Equifax, société fournisseur de services aux entreprises.
En fin de semaine, l’exposition actions était de 80%. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -9.06% contre -2.54% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.7 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima recule de 0.79% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis perd de 1.12%. Les marchés européens ont souffert davantage que leurs homologues américains cette semaine, pénalisés notamment par la hausse de l’Euro. Maxima a bénéficié de l’excellente résistance des titres défensifs en portefeuille avec notamment Fresenius, Sanofi et l’immobilière allemande Deutsche Wohnen qui progressent toutes sensiblement cette semaine. Les fonds ont aussi plutôt mieux résisté que le marché avec en tête, à nouveau, le fonds spécialisé en petites et moyennes valeurs, Amilton SmallCaps. Maxima a aussi profité de sa sous exposition au marché tout au long de la semaine. Cette sous exposition a d’ailleurs été annulée au cours de la séance de Vendredi lorsque le marché accentuait sa baisse dans des proportions qui nous semblaient exagérées. En dehors de ces opérations d’ajustement d’exposition, nous n’avons pas réalisé d’autres transactions. En fin de semaine donc, l’exposition du portefeuille se situe légèrement au-dessus de 100%. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit  à -11.28% contre -9.37% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 8.1 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.