Point Hebdo : Après la BCE, place à la Fed et la BoJ !

Le marché étonnamment solide depuis plusieurs séances poursuit son rebond sur la semaine sans nervosité. Sans faire d’annonce particulière Mario Draghi a réussi son exercice jeudi dernier en préservant le calme des investisseurs. Malgré l’échec de l’accord pour geler le niveau de production à Doha, la remontée du baril de pétrole est un facteur rassurant pour l’objectif d’inflation des Banques centrales. Dans un contexte plutôt calme le S&P 500 gagne 0.6%, l’Eurostoxx 50 poursuit son rebond avec une performance hebdomadaire de +2.8% et le Topix japonais gagne 3.6%.

A l’issue de la réunion de politique monétaire de la BCE, Mario Draghi a rassuré quant à l’efficacité des mesures prises et a dévoilé les conditions de rachat des obligations d’entreprise. Cependant, là encore, les nouvelles mesures ne parviendront pas vraiment à l’économie réelle. Les critères choisis en sont la preuve puisqu’il s’agira uniquement de titres Investment Grade. Un émetteur de cette qualité emprunte actuellement sur une maturité 10 ans à un taux compris entre 1 et 1.3%, soit les plus bas jamais atteints. De l’autre côté, certaines PME doivent délivrer 8% d’intérêt pour trouver des financements. Par conséquent, avec cette extension du QE, la BCE ne fait qu’augmenter la dichotomie entre les blue chips européennes déjà très bien financées et le tissu économique des PME, largement dépendantes des banques et de leur aversion au risque. Cette préférence pour les obligations d’entreprise entraine des prises de profits sur les obligations souveraines, le taux 10 ans allemand passe de 0.13% à 0.23% sur la semaine. Par ailleurs, M. Draghi n’est pas vraiment parvenu à faire pression sur la monnaie unique et la parité l’euro dollar est quasi stable sur la semaine (-0.5% à 1.1250).

Le président de la BCE laisse maintenant la main à la Fed pour décider de l’avenir de la parité EUR/USD. L’institution américaine devrait pour le moment maintenir une posture prudente face à la remontée de l’inflation domestique et face à la volatilité des prix de l’énergie. Cependant, la situation s’améliore pour la Fed avec un taux d’inflation cœur quasi-stable à +2.2% en glissement annuel en mars, sur des niveaux historiquement hauts. La publication du taux d’inflation PCE (suivi par la Fed) vendredi prochain devrait apporter au marché des informations complémentaires sur ce point et militer pour un nouveau resserrement monétaire en Juin.

Du côté du Japon, Jeudi prochain aura lieu la réunion de politique monétaire de la banque centrale au cours de laquelle de nouvelles mesures devraient être annoncées. Son gouverneur H. Kuroda a précisé à plusieurs reprises ces derniers jours que l’institution était prête à en faire plus. Parallèlement, l’activité domestique ralentit, si bien que le FMI a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour le pays à 0.5% en 2016 et à -0.1% en 2017 (contre 0.6% et 0.1% précédemment).

Au Royaume-Uni, l’accumulation de mauvaises statistiques en termes d’emploi, de consommation (chute des ventes au détail sur le mois) et de déficit public en 2015 reflète déjà les impacts d’un potentiel Brexit sur la dynamique de croissance du pays. Le poids économique d’un tel changement devrait pousser les anglais à voter « Non » lors du référendum du 23 juin prochain. Un tel dénouement pourrait déclencher un rebond de l’activité au Royaume-Uni en Juillet alors que beaucoup d’entreprises marquent une pause dans leurs investissements sur la région dans l’attente de ce dénouement.

En définitive, à l’approche des différentes échéances macroéconomiques et après le rebond significatif enregistré ces dernières semaines, nous réitérons notre conseil de réduction du risque par des prises de profits.

 

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au Jeudi 21 Avril en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.25%. Une nouvelle semaine difficile pour les gérants actions qui sous performent globalement leur indice de référence. La stratégie d’Alpha Portable impacte négativement la performance du portefeuille à l’exception des gestions actions américaines qui sont en ligne avec leurs indices de référence. La stratégie de Portage Obligataire a une forte contribution positive, mais insuffisante pour équilibrer la performance du portefeuille sur la semaine. Dans cette stratégie, les obligations Portugal Telecom 2016, Bombardier 2021 et La Mondiale Call 2025 figurent parmi les plus fortes contributions positives. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative cette semaine. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -1.24% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.24% sur la même période. Les encours sont de 21 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de +0.19%. La stratégie principale du fonds profite du resserrement des spreads sur les obligations de notation investissement par rapport à l’Allemagne qui s’est accentué après l’intervention de Mario Draghi. Dans ce contexte, nous maintenons une sensibilité comprise entre 0 et 4. Le niveau de cash reste élevé, de façon à profiter d’opportunités sur le marché primaire « investment grade ». Une rechute des marchés d’actifs « risqués » après leur belle reprise récente nous incitera à augmenter tactiquement la sensibilité du fonds, sans toutefois dépasser 4. La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de -0.44% contre +0.70% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 37.9 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.66% alors que dans le même temps, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros gagnent 1.48% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) progresse de 2.89 %. Le rebond des marchés actions se poursuit. Cette semaine, on note les contributions positives des fonds Schroder Euro Equity, investi en actions de la zone Euro et Axiom Equity qui bénéficie du rebond des valeurs bancaires. Les investissements obligataires contribuent eux aussi positivement avec les solides performances enregistrées par les FCP LFP Delff Euro High Return et Axiom Capital Contingent. Bilan plus contrasté du côté des stratégies de performance absolue sur lesquels nous sommes investis avec la poursuite du rebond du FCP H2O Allegro, compensé par les performances décevante du Allianz Discovery Euro Strategy et du JPM Global Macro Opportunités. L’exposition action a été réduite et s’inscrit à la clôture de vendredi autour de 40%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de -4.32%. Les encours sont de 33 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 21 avril. Sur la semaine, la performance est de +1.74% lorsque l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de 3.01% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 0.89%. Les fonds Mandarine Valeur et R Conviction, ainsi que nos positions sur les futures Eurostoxx50 sont les principaux contributeurs à la hausse de la valeur liquidative. Nos couvertures optionnelles sur l’indice Eurostoxx50 ont une contribution négative à la performance hebdomadaire qui est largement compensé par les gains enregistrés par nos investissements actions. A la clôture de jeudi, l’exposition action est stable à près de 80%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -3.77%. Les encours sont de 16.6 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex est en hausse de 0.23% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 0.73%. Les bonnes nouvelles en provenance de Chine ont contrebalancé l’échec des négociations sur le pétrole. Ainsi, les secteurs liés au pétrole et aux matières premières ont fortement progressé, entrainant à la baisse les compagnies aériennes et notamment Qantas et Delta Airlines que nous détenons en portefeuille. Altiflex a aussi été pénalisé par les performances décevantes de titres comme Starbucks, Kroger ou même Apple aux États-Unis. Mais notre diversification, notamment sur le Japon nous a permis de profiter du rebond des titres Murata Manufacturing et Fuji Heavy qui progressent tous les deux de plus de 7% sur la semaine. Les fonds détenus en portefeuille ont quant à eux légèrement sous performé en moyenne, même si le fonds Trusteam ROC parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu. Notre sous exposition au marché nous pénalise également dans ce marché haussier. Nous continuons à penser d’ailleurs que les indices ont progressé trop rapidement dans les dernières semaines et qu’ils devraient marquer une pause à court terme. C’est en ce sens que nous avons à nouveau réduit cette exposition en fin de semaine pour la situer aujourd’hui autour de 75%. Nous avons aussi ré-initié une position acheteuse sur la volatilité, estimant que celle-ci se trouve actuellement sur des niveaux exagérément faibles. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -7.60% contre -0.70% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.4 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima progresse de 1.25% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis gagne 2.89%. Un fort rebond sur les marchés européens, largement tirés par les secteurs liés aux matières premières et par les financières qui ont été rassurées par les précisions sur le programme d’achat de la Banque Centrale Européenne. Ainsi, Axa, Total et Allianz font parties des meilleures contributions à la performance de Maxima mais par ailleurs, le fonds a été pénalisé par les reculs des distributeurs Ahold et Delhaize ainsi que par des prises de profits sur l’immobilière Deutsche Wohnen. Les fonds détenus en portefeuille ont aussi eu un comportement globalement décevant, ne parvenant pas à surperformer leur indice de référence. Enfin, notre sous exposition au marché nous pénalise également dans ce rebond. Nous continuons à penser d’ailleurs que les indices ont progressé trop rapidement dans les dernières semaines et qu’ils devraient marquer une pause à court terme. C’est en ce sens que nous avons à nouveau réduit cette exposition en fin de semaine pour la situer aujourd’hui autour de 78%. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à -7.46% contre -3.41% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 8.4 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.