Point Hebdo : Banques centrales : une collaboration qui se veut rassurante

Les pays du G7 cherchent à éviter une nouvelle guerre monétaire et semblent pour le moment arriver à s’entendre sur un calendrier commun. Ainsi, malgré une hausse de 10% du yen face au dollar depuis le début de l’année, la Banque du Japon temporise. Implicitement, celle-ci attend une hausse du dollar à court terme induite par un resserrement monétaire aux États-Unis. Si ce point peine à venir, la peur de la récession pourrait raviver les rivalités monétaires et les tensions sur le change qui en découlent. Dans l’attente du prochain mouvement de la Fed, l’attentisme domine sur les marchés. Effectivement, même si plusieurs membres du FOMC indiquent que tout est au vert pour une hausse de taux aux US, le marché montre son scepticisme quant au timing. La prochaine réunion du comité se tenant 5 jours avant le référendum sur le « Brexit », une majorité des opérateurs estiment que la Fed ne prendra pas un tel risque une semaine seulement avant une échéance binaire. Sur la semaine, le S&P gagne 0.3%, l’Eurostoxx 50 s’octroie 0.4% et le Topix japonais, favorisé par le rebond du dollar, rebondit de 1.75%.

En Europe, la reprise progressive de l’investissement est encourageante mais reste trop faible pour prendre le relais des deux facteurs de soutient (euro faible et pétrole bon marché) qui s’estompent depuis le début de l’année. Dans ce contexte, l’accélération de la croissance en 2016 sera moindre, notamment au T2, et le retour durable du taux d’inflation en zone euro vers 2% est toujours une perspective lointaine. Par ailleurs, les risques politiques restent nombreux, au regard de la difficulté à constituer des gouvernements politiques ayant une assise forte au Portugal, en Irlande mais aussi en Espagne où se tiendront de nouvelles élections le 26 juin. Sans compter à court terme les incertitudes autour du Brexit. Conscients de la menace, les membres du G7 ont multiplié les mises en garde tout en affichant leur impuissance. En cas de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il n’y a pas de plan de secours qui permettrait de limiter les perturbations. Pour l’Europe, ce serait le saut dans l’inconnu. La BCE ne peut donc que rester extrêmement prudente dans les trimestres à venir, en poursuivant son programme quantitatif, et en assurant qu’il lui reste de nombreux outils à disposition en cas de nécessité. Par cette posture, en accentuant la divergence de politique monétaire avec les États-Unis, la zone euro devrait pouvoir profiter d’un recul de la parité euro/dollar d’ici la fin de l’année, qui viendra temporairement soutenir la croissance et l’inflation.

En Chine, les données macroéconomiques sont positives, très soutenues par le crédit, conséquences des politiques très accommodantes. Cependant, le crédit est en surchauffe (+718 milliards USD de crédit bancaires au T1 2016) et la question de la stabilité financière pourrait resurgir. On observe de nouvelles bulles sur le marché de l’immobilier avec, à Shenzhen par exemple, des prix en hausse de 63% sur un an ! Néanmoins, une reprise trop forte ou trop déséquilibrée n’est pas souhaitable pour les autorités chinoises. Ainsi, dans les mois à venir, les mesures devraient être moins accommodantes et la reprise moins vigoureuse.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 19 Mai en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en hausse de 0.05%. Cette semaine, les deux moteurs de performance affichent une performance positive. Les fonds investis en actions japonaises récupèrent le recul enregistré la semaine dernière et sont, cette semaine, les contributeurs les plus positifs à la performance. Côté portage obligataire, la stratégie profite d’un rebond des titres Crédit Agricole 2049 et Unicredit 2049. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -0.77% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.30% sur la même période. Les encours sont de 20.7 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de -0.06%. La stratégie principale du fonds reste un investissement en dette privée de haute qualité partiellement couverte. Le niveau de cash reste élevé (11%). La sensibilité au risque de taux a été réduite (-0.6), et une position à l’aplatissement de la courbe allemande est progressivement initiée. En effet, le soutien que la hausse des taux courts donne au dollar se transmet sur les taux courts zone euro. Par ailleurs, un dollar très soutenu pourrait peser sur les marchés de matières premières et sur les émergents, ce qui permettrait de conserver un certain potentiel de baisse sur les taux longs. La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de -0.61% contre +0.85% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 37.2 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 affiche une hausse de 0.30%, les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros gagnent 1.09% et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) progresse de 0.35%. Nos investissements sur les FCP Morant Wright Sakua (actions japonaises), Shroder Euro Equity (actions zone euro) et Axiom Equity (actions du secteur bancaire) sont les principaux contributeurs à la performance hebdomadaire. Les fonds de performance absolue que nous détenons contribuent également fortement à la progression de la valeur liquidative avec les fonds FCP H20 Allegro et Exane Overdrive qui enregistrent les meilleures performances dans cette catégorie. Nos positions sur le dollar américain, initiées il y a quelques semaines sur un niveau de 1.15 améliorent également la progression du portefeuille. Notre exposition actions se situe à 55%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de -5.30%. Les encours sont de 32.7 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au 19 mai. Sur la semaine, la performance est de 0.05% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de 0.31% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) progressent de 0.50%. Nos expositions aux fonds Exane Overdrive et Mandarine Valeurs sont les principales contributions positives à la valeur liquidative. Notre exposition au fonds Valeur intrinsèque et nos couvertures sur les marchés à terme sont les principales contributions négatives à la baisse de la valeur du portefeuille. L’exposition aux marchés d’actions a été réduite à 22%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -5.89%. Les encours sont de 16 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex gagne 0.75% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros progresse de 1.09%. Les marchés ont alterné cette semaine les hausses et les baisses traduisant la position d’attente des investisseurs à l’approche du référendum britannique sur le « Brexit » et des prochaines réunions des banquiers centraux. Au niveau des titres, le portefeuille a été impacté par les replis marqués de Bayer après l’annonce d’une offre non sollicitée sur Monsanto et du producteur de vins et spiritueux Constellation Brands aux États-Unis qui, en abaissant ses perspectives pour les prochains trimestres, a vu son cours reculé de plus de 4% en raison d’une valorisation déjà riche. Les fonds sélectionnés en portefeuille ont aussi eu un comportement moyen alors que notre sous exposition au marché nous coûte également quelques points de performance. Nous avons profité de cette phase de transition pour réaliser quelques arbitrages en portefeuille sur le marché américain ainsi qu’au Royaume Uni. T-Mobile par exemple a été cédé au profit de AT&T, le réassureur Renaissance Ré au profit de Willis Towers Watson et Prudential en Angleterre au profit de 3I Group. Pas de changement par contre au niveau de l’exposition qui marque toujours une certaine prudence avec un niveau d’investissement de 88%. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -8.34% contre -1.78% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.2 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est stable à 0.03% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis gagne 0.35%. Une semaine d’incertitude où les séances de hausses et de baisses se sont succédé sans afficher de véritable tendance. Au niveau des titres, Maxima a bénéficié de la bonne tenue du secteur financier au travers d’Axa, de KBC et d’Intesa SanPaolo mais l’annonce de Bayer à propos d’une offre sur le géant américain Monsanto et qui a fait reculer le titre de près de 7% sur la semaine a pesé sur la performance du portefeuille. Aucun des fonds détenu en portefeuille n’a eu de performance significativement supérieure au marché et notre position légèrement sous investie n’a pas eu non plus un impact très fort sur le résultat hebdomadaire. Cette semaine, nous avons renforcé le laboratoire français spécialisé dans la sécurité alimentaire Eurofins Sciences qui poursuit sa stratégie de développement international avec l’acquisition de petits laboratoires spécialisés sur différentes zones. L’exposition du portefeuille est restée inchangée à 90%. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à -9.34% contre -7.78% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 8.4 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.