Point Hebdo : États-Unis/Europe: l’écart se creuse…

Alors que l’élection de Donald Trump laisse entrevoir un scénario plus reflationniste aux US, le constat est différent en zone euro où la croissance économique ralentit et l’inflation sous-jacente peine à dépasser 1%. Ce bilan laisse entrevoir un resserrement monétaire plus agressif de la Fed pour 2017 et 2018 alors que la BCE devrait continuer son travail d’assouplissement quantitatif pendant plusieurs mois si ce n’est plusieurs années. Cette différence de politique monétaire de part et d’autre de l’Atlantique pèse fortement sur la parité euro dollar qui se stabilise à 1.06 en fin de semaine (-2.46% sur la semaine). De même, le différentiel de taux d’intérêt entre le taux 2 ans américain, à 1.07%, et le taux 2 ans allemand, à -0.67%, est de 174 points de base ! Ce rebond du dollar et ce contexte reflationniste profite particulièrement au Japon, où les valeurs exportatrices bénéficient d’un affaiblissement relatif du yen. Dans ce contexte, les actions japonaises (Topix : +3.64%) et les actions américaines (SP500 : +0.81%) se comportent le mieux au détriment des actions de la zone euro (Eurostoxx 50 : -0.2%). Élément rassurant, malgré l’appréciation du dollar, le pétrole brut américain gagne 5.25% sur la semaine.

La publication des minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE et le discours de Janet Yellen ont une nouvelle fois illustré le fossé qui sépare les deux rives de l’Atlantique. Aux États-Unis, la croissance accélère entraînant avec elle les salaires. L’inflation devrait atteindre l’objectif de 2% rapidement d’autant qu’un coup de pouce budgétaire est probable. Pour la Fed, la nécessité de temporiser se réduit et la reprise du resserrement monétaire est imminente. Dans la zone euro, le tableau est moins reluisant. La croissance ralentit depuis le début de l’année et les risques demeurent baissiers. Du fait d’un chômage qui reste élevé les salaires évoluent défavorablement, ce qui empêchera l’inflation de se redresser durablement. La BCE est encore loin de pouvoir espérer se retirer et elle sera contrainte de poursuivre son programme d’achats d’actifs au-delà de mars 2017.

Par ailleurs, ce weekend le voile se lève quelque peu sur l’avenir politique en Europe. En France, François Fillon est arrivé largement en tête lors du 1er tour des primaires de la droite et du centre et est soutenu depuis par la majorité des perdants. En Allemagne, Angela Merkel se prépare pour tenter d’obtenir un 4ème mandat à la tête du pays. L’enjeu est majeur pour l’année prochaine alors que les partis euro sceptiques ne cessent de progresser et que l’avenir de l’Union européenne n’a jamais été aussi menacé. Du côté britannique, le gouvernement présentera mercredi les mesures visant à mettre en œuvre la vision de Theresa May pour tirer le meilleur parti du Brexit. Elle en exposera une partie aujourd’hui lors d’une conférence face au principal groupement des dirigeants d’entreprises (CBI), avant que son ministre des finances n’apporte la traduction chiffrée lors de la présentation d’un budget rectificatif mercredi.

Dans ce contexte politique et économique favorable aux États-Unis, on observe un fort retard des marchés européens par rapports aux autres marchés actions. Alors que les révisions bénéficiaires ne faiblissent pas en zone euro, le pessimisme des investisseurs sur la région pourrait se dissiper au grès des échéances politiques et des publications économiques.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 17 novembre d’une part en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en baisse de 0.27%. Optimum souffre principalement de la baisse du marché obligataire. L’écartement de spread se fait particulièrement sentir sur les obligations d’émetteurs italiens tels Wind Telecom, Generali et Unicredit. Côté Alpha Portable, les gérants peinent toujours à surperformer leurs indices, notamment sur nos investissements US et Eurozone, alors qu’un nouveau paradigme semble s’installer sur les marchés actions. Cependant, nos investissements Europe et France parviennent à compenser une partie la contribution négative de nos autres zones d’investissement, notamment grâce aux fonds Theam Quant Equity Europe Guru et Evolution Europe. Sur la semaine, suite au remboursement anticipé de l’emprunt But 2019, nous avons renforcé notre position sur l’obligation Akuo Energy 2021. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -0.62% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.68% sur la même période. Les encours sont de 15.9 mln d’euros.

Taux Réels Européens

La semaine sous revue a été marquée par un fort élargissement des spreads. Ce mouvement s’observe en premier lieu sur le différentiel « treasuries vs Bunds ». Depuis l’élection de Donald Trump, la hausse des taux est moitié moindre sur le marché allemand que sur le marché américain. L’écart de taux atteint des records historiques sur les taux longs (210 bp à 30 ans). Par ailleurs, les incertitudes politiques conduisent à une nette sousperformance de la  dette périphérique, mais également de la dette privée, toujours par rapport à la dette allemande. On peut y voir également l’impact de l’action de la BCE. Toutefois, comme la croissance outre-Rhin sera à coup sûr bénéficiaire de la baisse de l’euro, et que la Bundesbank prévoit une inflation supérieure à 1% début 2017, les taux allemands paraissent aujourd’hui nettement trop bas.
En Europe, les inquiétudes politiques et force du dollar ont nettement pesé sur l’euro cette semaine. Ce dernier baisse de 2.5%. Paradoxalement, ce contexte profite énormément à l’Allemagne, qui sert de refuge aux investisseurs. Par ailleurs, le marché italien sous-performe nettement, à deux semaines d’une échéance électorale qui s’annonce difficile pour le gouvernement de Matteo Renzi. Le risque de sortie de l’euro par Rome risque de continuer de peser nettement sur le marché italien ainsi que sur l’ensemble des spreads. Enfin, les marchés ont trouvé un certain support côté BCE, après que Mario Draghi ait fait taire les propos « hawkish » de Mersch et de Weidmann. L’institution de Francfort arrivera t’elle à un consensus à sa réunion du 8 décembre ?
Le fonds a été pénalisé cette semaine par le fort élargissement des spreads entre l’Allemagne et tous les autres compartiments obligataires européens. Nous maintenons une stratégie très défensive, alors que les taux réels et nominaux semblent toujours nettement trop bas. La partie du fonds investie en monétaire / taux flottants / indexées inflation courtes s’inscrit à 19% de l’actif net. La sensibilité au risque de taux reste faible (-1.6). La position à la pentification des courbes de taux est maintenue.
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.93% contre +1.99% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 36.3 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.38%, alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros grimpent de 2.70% et que l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) perd 0.74%. Cette semaine, le portefeuille bénéficie pleinement de sa diversification à l’international, notamment grâce à la bonne performance de nos positions sur le S&P 500 et sur les fonds Morant Wright Sakura et Altiflex. Une très bonne semaine également pour nos stratégies sur Produits Dérivés, qui voit notre position acheteuse sur le dollar américain se hisser en tête des contributions. Côté Obligataire et Performance Absolue, on observe une situation plus mitigée avec une contribution négative de nos fonds obligataires, compensée en grande partie par nos investissements en Titres Vifs et Performance Absolue grâce au FCP H2O Allegro. Sur la semaine, l’obligation Akuo Participations 2016 a été remboursé à l’échéance, But 2019 a été remboursée par anticipation par l’émetteur, et nous avons effectué une prise de profits partielle sur notre position sur le dollar américain. L’exposition actions du portefeuille reste stable à 47%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de -1.19%. Les encours sont de 33.2 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 17 novembre. Sur la semaine, la performance est de 0.23% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de  0.05% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) progressent de  2.31%. Nos positions sur les fonds EDR Fund US Value & Yield H2O Allegro et Altiflex sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Les positions sur les fonds Stock Picking France et BDL Convictions sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 54.75%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -2.11%. Les encours sont de 14.7 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex progresse de 1.94% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros gagne 2.70%. La dynamique favorable consécutive aux élections américaines se poursuit et profite assez largement au dollar qui s’adjuge près de 3% sur la semaine. Les analystes tablent désormais sur une accélération de la croissance américaine, sentiment confirmé par de très bonnes publications macroéconomiques.  Dans ce contexte, très favorable aux actifs américains mais aussi aux actions japonaises qui profitent de l’affaiblissement du Yen, Altiflex progresse sensiblement sur la semaine. Les titres vifs en provenance de ces deux régions contribuent fortement à la performance hebdomadaire avec notamment Fuji Heavy Industries et Kajima. Les fonds thématiques se reprennent également après plusieurs semaines difficiles mais notre exposition sur les pays émergents a constitué un frein dans la progression. Enfin, la gestion de l’exposition a aussi été défavorable car nous avions abordé cette semaine avec une position sous investie. Cette position a d’ailleurs été accentuée au cours de la semaine écoulée devant la poursuite de la hausse. Simultanément nous avons aussi réduit notre position sur Amazon pour des raisons de valorisation. La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -2.32% contre 3.34% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.7 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en baisse de 0.49% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis recule de 0.74 %. Clairement, les marchés européens ne jouissent pas de la même dynamique que leurs homologues américains. Les incertitudes politiques dominent de ce côté de l’Atlantique alors qu’elles ont désormais pratiquement disparu de l’autre côté. Maxima amortit la baisse grâce à sa sélection de titres et de fonds ainsi qu’à une certaine prudence au niveau de l’exposition du portefeuille. Au niveau des titres, Valeo et Wirecard sont les deux principales contributions à la performance dans un contexte de marché assez nerveux se traduisant par des rotations sectorielles et de style assez brutales d’un jour à l’autre. Du côté des fonds, on notera la bonne résistance de Amilton Small Caps sur la semaine ainsi que des fonds « Value » qui amortissent aussi significativement la baisse. La légère sous exposition du portefeuille contribue aussi à la moindre participation du fonds au recul du marché. Nous n’avons pas réalisé d’opération significative sur la semaine. L’exposition du fonds reste donc légèrement inférieure à 90%. La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à -4.69% contre -4.86% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 9.8 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.

L’équipe de gestion reste à votre entière disposition pour toute information complémentaire.