Point Hebdo : Forte croissance attendue aux États-Unis

Avec le retour des anticipations d’inflation et de croissance aux États-Unis et les craintes sur l’avenir de la zone euro de l’autre, l’écart de performance entre les actifs de part et d’autre de l’Atlantique s’amplifie. L’indicateur avancé de la croissance américaine calculé par la Fed d’Atlanta, le GDP Now, remonte à 3.6% au cours de la semaine (PIB annualisé pour le 4ème trimestre) contre 2.1% estimé au début du mois. Ce contraste marqué avec l’Europe se retrouve dans les marchés obligataires où le différentiel entre les rendements obligataires US et allemands atteint des niveaux rarement observés. De même, l’indice du dollar pondéré par les échanges commerciaux renoue avec des niveaux jamais vu depuis 2003, témoin de la vigueur de la monnaie américaine face aux principales devises. Dans ce contexte, les actions américaines progressent de 1.4%, les actions européennes sont en hausse de 0.9% et les actions japonaises gagnent 2.5%.

Aux États-Unis, le dynamisme de la croissance actuelle est amplifié par la victoire de Donald Trump. En plus de bonnes données macroéconomiques, l’espoir d’une plus grande contribution de la politique budgétaire au PIB entretient l’appétit des investisseurs. Les anticipations de croissance remontent en flèche comme l’atteste le passage du GDP Now calculé par la Fed d’Atlanta de 2.1% (31 octobre) à 3.6% (PIB du 4ème trimestre annualisé au 25 novembre). Les commandes de biens durables du mois d’octobre (+4.8% contre 1.5% attendu) et l’indice de confiance des consommateurs (93.8 contre 91.6 attendu) publiés la semaine précédente militent pour ce scénario. Ce rapide rebond de la croissance ne laisse plus de doute quant à une hausse de taux en décembre, et le marché semble maintenant anticiper une à deux hausses de taux supplémentaires en 2017. Du côté des obligations, cela se traduit par l’accroissement de l’écart entre les taux souverains américains et les rendements allemands. Vendredi soir, on observait 2.21% d’écart entre le taux 5 ans US (1.84%) et le taux 5 ans allemand (-0.37%).

Cet écart de taux est également nourri par le pessimisme sur l’avenir de la zone euro à l’approche du référendum italien. Si la dynamique bénéficiaire et les indicateurs économiques se reprennent en Italie comme dans l’ensemble de la zone euro, l’incertitude politique retient les investisseurs. Depuis plusieurs semaines maintenant, les sondages donnent le « Non » aux réformes proposées par Matteo Renzi largement en tête. Cette issue étant en partie anticipée, la surprise serait que les Italiens acceptent les réformes qui leur sont proposées, ce qui serait bénéfiques à l’ensemble des actifs risqués du pays et de la zone euro.

Ce mercredi, les pays membres de l’OPEP se réuniront à Vienne à l’occasion d’une rencontre semi-annuelle en vue de coordonner leur production. La Russie sera aussi présente lors de cette réunion afin de prendre part à un accord dont l’objectif est de maîtriser les augmentations ininterrompues de la production des différents pays. Le marché penche actuellement pour un accord des membres du cartel, même si la visibilité sur l’avancement des négociations est faible.
Par ailleurs, on observe une demande marquée pour les taux courts européens en cette fin d’année et la faible liquidité des obligations commence d’ailleurs à inquiéter la BCE. Celle-ci réfléchit à des moyens de pouvoir prêter les obligations qu’elle détient afin d’améliorer la liquidité et d’atténuer les effets de pénurie qui peuvent déformer le marché. Une telle mesure pourrait être conjointe à l’annonce d’une extension du programme d’assouplissement quantitatif.

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 24 novembre en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en hausse de 0.17%. L’essentiel de cette performance provient de notre stratégie d’Alpha Portable. Après deux semaines de sous-performance liée à la violente rotation sectorielle qui a suivi l’élection de Donald Trump, les gérants que nous avons sélectionnés reprennent le dessus ! Parmi les plus forts contributeurs, on peut noter les FCP JPM Europe Equity, Schroder Euro Equity et Moneta Multi Caps. Côté Portage Obligataire, le portefeuille bénéficie d’un rétrécissement des spreads sur les titres Unicredit 2049, Touax 2020 et CMA CGM 2018, qui permet à la stratégie d’afficher une contribution légèrement positive. Nous n’avons pas effectué d’opérations significatives sur la période. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de -0.46% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est en progression de 0.69% sur la même période. Les encours sont de 15.9 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de +0.02%. A un mois de la fin d’année, le dollar reste extrêmement soutenu. Cela souligne un manque de liquidités qui pourrait s’aggraver. Cela reflète également la nette hausse des taux américains des dernières semaines. Les rendements plus attractifs attirent à leur tour des acheteurs sur la devise, puisque le consensus à ce stade est que la BCE et la BOJ vont continuer leur accommodation monétaire au même rythme pour les trimestres à venir. Dans ce contexte, l’écart des taux US vs Allemagne s’est rapidement creusé, pour atteindre des niveaux que nous n’avions pas vu depuis 1989. Ce renouveau d’engouement pour la dette allemande s’explique par d’importants flux de capitaux quittant l’Italie. Toutefois, alors que l’inflation allemande sera publiée cette semaine (consensus: 0,8% yoy), les taux allemands semblent à nouveau beaucoup trop bas (2 ans à -0,76%).
Dans ce contexte, la prudence est plus que jamais de mise sur les taux européens. A une semaine de l’échéance électorale italienne, les marchés tardent encore à prendre ce risque en compte. La « Lega Nord » et le mouvement « 5 étoiles » pourraient faire chuter Matteo Renzi et ces deux partis partagent l’aversion à l ’euro et le penchant pour des solutions « nationales ». De plus, dans le cas d’un « No » au referendum, le leader italien le plus à même de gouverner pourrait être Beppe Grillo, l’avocat d’un défaut sur la dette italienne. Dans ce contexte, et alors que les taux européens ont nettement rebaissé, cela renforce notre engagement de prudence.
Nous maintenons une stratégie très défensive, alors que les taux réels et nominaux semblent toujours nettement trop bas. La partie du fonds investie en monétaire / taux flottants / indexées inflation courtes s’inscrit à 20% de l’actif net. La sensibilité au risque de taux reste faible (-0.46). La position à la pentification des courbes de taux est maintenue.
La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.96% contre +2.04% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 37 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.36%, alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) exprimées en euros grimpent de 1.11% et que l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) gagne 0.91%. Sur la période, nos trois axes d’allocation contribuent positivement. Côté Actions, les fonds Altiflex, Maxima et Amilton Small Caps se hissent en tête des meilleurs contributeurs, et la quasi-totalité de nos fonds en portefeuille affichent une performance positive dans cette semaine de hausse des marchés Actions. Côté Taux et Fonds Diversifiés, la performance vient essentiellement de nos fonds de Performance Absolue, notamment grâce au fonds H2O Allegro. En revanche, peu de mouvement sur nos Fonds Obligataires dans une semaine globalement atone pour le crédit corporate. En début de semaine, nous avons renforcé notre position sur le S&P 500, qui vient de nouveau soutenir la performance de façon significative. Nous avons également ouvert une position vendeuse sur les obligations d’état allemandes à 2 ans dont le rendement s’inscrit à -0.75% alors que l’inflation est à +0.8%, illustrant des taux réels qui nous semblent insoutenables à moyen terme. A l’approche du referendum italien, nous avons débouclé nos positions vendeuses de volatilité. L’exposition actions du portefeuille reste stable à 50%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de -0.84%. Les encours sont de 33.2 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 24 novembre. Sur la semaine, la performance est de +0.53% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis baisse de  0.04% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) progressent de 1.44%. Nos positions sur les fonds Stock Picking France, Mandarine Valeurs et Sycomore Sélection PME sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. La position sur le fonds Exane Overdrive et nos couvertures sur les marchés à terme sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 61%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de -1.59%. Les encours sont de 15 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex progresse de 1.08% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros gagne 1.11%. Les marchés restent globalement bien orientés, toujours soutenus par de fortes anticipations de hausse de l’inflation et d’une croissance dynamique notamment du côté américain. En Europe, les craintes à l’approche d’échéances politiques importantes ne pèsent pas fortement sur les indices qui progressent de façon similaire à leurs homologues américains. Malgré un bon choix de valeurs et une sélection de fonds plutôt efficace, Altiflex reste en ligne avec le marché. L’explication se trouve dans l’excès de prudence mis en œuvre dans le portefeuille au regard des progressions récentes et qui nous amènent à sous exposer le portefeuille d’un peu plus de 25%.
Au niveau des titres vifs on retiendra la forte progression du canadien Teck Resources (+13%) mais aussi de Broadcom aux États-Unis et de Fuji Heavy Industries, maison mère des véhicules Subaru, au Japon. Du côté des fonds, on note la belle reprise du fonds GemEquity (+2.5%) sur les marchés émergents après les forts replis des semaines passées mais globalement tous les fonds détenus en portefeuille sont parvenus à surperformer le marché mondial.
Nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille cette semaine. Par conséquent, l’exposition marque toujours la même prudence en se situant autour de 75%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à -1.26% contre 3.94% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.8 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est en hausse de 0.97% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.91%. Le marché européen reste globalement bien orienté même si les secteurs les plus favorisés après les élections américaines comme la finance ont pu subir quelques prises de bénéfices alors qu’à l’inverse, les valeurs technologiques se sont reprises. Malgré un faible niveau d’exposition, Maxima participe pleinement à ce mouvement haussier grâce aux bons comportements moyens des titres et des fonds détenus en portefeuille. Le raffineur Finlandais Neste Oil et les français Valeo et Thales sont les meilleures contributions au niveau des actions grâce à des performances supérieures à 3% pour chacun d’entre eux. Du côté des fonds,  c’est encore Echiquier Value qui génère la plus forte contribution malgré un comportement relativement neutre des valeurs de rendement sur la semaine écoulée. Les opérations de la semaine ont consisté à prendre quelques bénéfices sur des valeurs ayant fortement progressé au cours des dernières semaines et à réduire légèrement l’exposition au secteur bancaire italien qui risque d’être chahuté à l’approche du référendum de M. Renzi. Pas d’opération par contre au niveau de l’exposition qui reste par conséquent légèrement inférieure à à 90%.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à -3.76% contre -4.00% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 9.8 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.



    


Tags:  ,