Point Hebdo : États-Unis : les mesures négatives avant les positives

Sur la semaine, les taux souverains poursuivent leur remontée avec un 10 ans allemand proche de 0.5% en fin de semaine. Les bonnes statistiques d’activité en zone euro et le rebond de l’inflation accompagnent cette hausse. Aux États-Unis, le discours d’investiture de D. Trump et les nombreux décrets et prises de parole du président entretiennent l’idée que son programme pourrait rapidement être mis en œuvre. Dans ce contexte, si les actions européennes restent pratiquement inchangée (+0.14%) les actions américaines et japonaises gagnent plus de 1% sur la semaine. Par ailleurs, le dollar reste relativement stable alors que le sterling reprend un peu de vigueur face au dollar et à l’euro.

Malgré les points positifs évoqués en introduction, il faut noter que la dynamique d’inflation sous-jacente est encore fragile en zone euro et que le Congrès américain n’ira pas forcement au rythme souhaité par M. Trump. Par conséquent, si l’environnement mondial justifie pleinement une remontée des taux souverains au cours de l’année, le rythme pourrait être moins rapide que le récent mouvement ne pourrait le laisser croire.

Aux États-Unis, la publication des chiffres du PIB pour le 4ème trimestre 2016 a confirmé l’accélération progressive de la croissance avec la consommation comme principal contributeur. Pour les entreprises, la vigueur de la demande domestique est une source de confiance qui les a incitées à accroître leurs dépenses d’investissements. Pour le commerce extérieur, le bilan est moins positif. La différence de dynamique entre les États-Unis et le reste du monde joue en la défaveur de la 1ère puissance mondiale. Les exportations ont reculé tandis que les importations ont augmenté du fait d’une demande américaine solide. Par ailleurs, le timing de l’application du programme de Donald Trump pourrait entrainer un décalage entre la mise en place des mesures protectionnistes négatives pour la croissance et les mesures visant à soutenir celle-ci. En-effet, si les points du programme économique du nouveau président qui sont nuisibles à l’activité (protectionnisme et lutte contre les flux migratoires) sont mis en œuvre très rapidement, les mesures de relance économiques (baisses d’impôts et investissements dans les infrastructures) risquent de mettre plus de temps à être mises en œuvre. Pour le moment, seulement 4 membres de la nouvelle équipe gouvernementale américaine sont en poste, pour le reste de l’équipe (15 nominations), il faudra compter encore au minimum deux semaines. La nomination la plus cruciale, celle à la tête de la Cour Suprême, devrait cependant avoir lieu au cours de la semaine et pourrait être très controversée même au sein de la majorité républicaine.

Du côté des matières premières, avec la dérégulation des normes environnementales et la stabilisation en cours des prix de l’or noir au-dessus de 50$ le baril, le réinvestissement des acteurs du pétrole non conventionnel se confirme, la publication du nombre de stations de forage en activité est toujours en progression aux États-Unis.

D’un point de vue plus international, sur la semaine les meilleures performances proviennent des pays émergents et notamment du Mexique (+5.4% en euros) et de la Russie (+4.8% en euros). Au regard des dynamiques bénéficiaires et des valorisations de l’ensemble des pays émergents, la thématique apparait toujours très attractive. Sur les marchés obligataires, si les spreads de crédit sont restés jusque-là relativement stable, la récente remontée des taux souverains pourrait finir par peser négativement…

Voici un point sur la gestion de nos fonds :

Optimum

Les performances sont arrêtées au jeudi 26 janvier en raison du calcul de VL à J+2 nécessaire pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents. Sur la période, la valeur liquidative est en hausse de 0.38%. Cette semaine, si les deux moteurs de performance contribuent positivement à la progression de la valeur liquidative, c’est la stratégie de Portage Obligataire qui explique l’essentiel de la progression hebdomadaire. La stratégie d’Alpha Portable profite principalement de la surperformance des fonds investis en actions françaises parmi lesquels on peut citer les FCP Moneta Multicaps et Sycomore France Cap. De l’autre côté, la stratégie de Portage Obligataire profite de la bonne tenue des obligations du secteur banque et assurance, parmi lesquelles on note l’obligation La Mondiale 5.05% 12/2049 (+2.15%). De même, les couvertures sur les taux à 10 ans allemands et italiens contribuent positivement à la progression du portefeuille. La performance du FCP Optimum depuis le début de l’année est de +1.04% alors que son objectif de gestion, l’EONIA+1% est stable (+0.05%) sur la même période. Les encours sont de 14.8 mln d’euros.

Taux Réels Européens

Sur la semaine, la performance du FCP Taux Réels Européens est de 0.13%. Le nouvel environnement mondial se caractérise par une croissance nominale plus élevée, des politiques monétaires trop accommodantes et l’émergence de leaders politiques décidés à changer en profondeur le fonctionnement des modèles existants.
Du point de vue fondamental, les taux de croissance des grands pays sont proches de leur potentiel. L’accélération observée au dernier trimestre 2016 s’accompagne donc d’une hausse de l’inflation mondiale, qui repasse au-dessus de 2% et devrait accélérer vers 2,5% au cours du premier trimestre 2017.
Dans ce contexte, les politiques monétaires apparaissent trop accommodantes dans tous les grands pays. Toutefois, alors que toutes les grandes banques centrales se réunissent cette semaine, on ne devrait observer aucun changement de politique monétaire, tant les banquiers centraux considèrent la nouvelle donne politique comme une source d’incertitude. Concernant cette dernière, dans un monde sous influence populiste croissante, il semble que l’agenda soit principalement de faire table rase du système international en place depuis la chute du mur de Berlin.
En Europe, les données macroéconomiques ont poursuivi leur tendance générale à l’amélioration. Alors que la croissance nominale en Allemagne dépasse maintenant les 3,5%, il semblerait qu’elle s’inscrive dans la zone euro au-dessus de 3%. Une exception toutefois, l’Italie, dont l’économie n’a pas du tout profité de la reprise actuelle. Alors que la plupart des pays fondateurs de l’euro vont voter cette année, Monsieur Draghi a répondu en fin de semaine à une demande de députés européens appartenant au mouvement cinq étoiles sur le coût pour la banque d’Italie d’une sortie de l’Euro. A cette occasion, il a indiqué que Rome devrait s’acquitter entièrement des 300 milliards d’euros prêtés par la Bundesbank au cours des opération de QE des deux dernières années. L’inquiétude monte donc sur les pays périphériques européens, alors q’un accord sur l’allègement de la dette grecque semble toujours hors de portée et que la cour suprême italienne a refusé de modifier à nouveau la loi électorale « Italicum » pour revenir au système pré-Renzi.  Dans le contexte généralement reflationiste  décrit plus haut, mais aussi de taux réels et nominaux extrêmement bas, nous maintenons une stratégie très défensive. Nous gardons notamment une sensibilité négative structurelle de 0.3 sur l’Italie et autant sur la France. La partie du fonds investie en monétaire (5.4%) / taux flottants (10.6%) / indexées inflation courtes (11.6%) s’inscrit à 27.6% de l’actif net. La sensibilité au risque de taux reste faible (-1.75). La position à la pentification des courbes de taux est maintenue. Les taux courts paraissent également vulnérables à une phase de tension. La performance du FCP Taux Réels Européens depuis le début de l’année est de +0.66% contre +0.14% pour son indice de référence. Les encours s’inscrivent à 37.9 mln d’euros.

Amaïka 60

Sur la semaine, la VL du FCP Amaïka 60 est en hausse de 0.57% alors que sur la même période les actions internationales (dividendes réinvestis) et l’Eurostoxx50 (dividendes réinvestis) exprimés en euros progressent de 0.91% et 0.14% respectivement. Sur la période, les fonds actions contribuent positivement à la performance, avec cette semaine, la surperformance des fonds européens et notamment du FCP Memnon Fund  (+1.42%) et du FCP Axiom Equity (+3.80%). Par ailleurs, les fonds obligataires européens contribuent positivement à la performance à l’image du FCP Axiom Capital Contingent (+0.81%). Notre position sur les actions américaines au travers de contrats futures S&P500 contribue positivement à la performance (+1.02%). Au cours de la semaine nous n’avons pas réalisé d’opération significative. L’exposition du portefeuille aux marchés actions reste inchangée à 56%. La performance depuis le début de l’année du FCP Amaïka 60 est de +1.23%. Les encours sont de 34.1 mln d’euros.

Résilience

La VL est calculée en J+2 (comme Optimum) pour éviter le décalage entre la valorisation des futures et celle des OPCVM sous-jacents et les performances sont arrêtées au jeudi 26 janvier. Sur la semaine, la performance est de +0.56% alors que dans le même temps, l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis progresse de  0.90% et les actions internationales exprimées en Euros (dividendes réinvestis) de 1.03%. Nos positions sur les fonds EDR Fund US Value & Yield, H2O multiequities et Mandarine Valeurs sont les principales contributions positives à  la valeur liquidative. Nos positions sur les fonds Exane Overdrive et Helium Sélection sont les principales contributions négatives à la valeur liquidative. L’exposition aux marchés d’actions s’inscrit à 60%. La performance depuis le début de l’année du FCP Résilience est de +1.48%. Les encours sont de 15.9 mln d’euros.

Altiflex

Sur la semaine, Altiflex progresse de 0.84% alors que dans le même temps, le marché des actions internationales (dividendes réinvestis) exprimé en Euros est en hausse de 0.91%. Nouvelle semaine positive pour les actions et nouveaux records pour les indices américains avec notamment le Dow Jones qui a franchi la barre des 20.000 points pour la première fois de son histoire. Les annonces macroéconomiques se sont révélées secondaires dans une actualité dominée par les déclarations de Donald Trump et la saison des résultats trimestriels qui sont globalement de bonne facture. Altiflex participe assez largement à la progression, malgré sa politique d’exposition relativement prudente. Les titres détenus en portefeuille ont affiché en moyenne des performances supérieures au marché lui-même avec notamment Broadcom, Tokyo Electron et Teck Resources qui progressent toutes de plus de 5% sur la semaine. Les fonds contribuent également très positivement au résultat, notamment Gemway Equity qui profite de la bonne reprise des marchés émergents relativement aux pays développés depuis la mi-décembre.
Dans ce contexte, nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille. L’exposition qui reste autour de 70% marque toujours une certaine prudence par rapport aux progressions récentes.
La performance depuis le début de l’année du FCP Altiflex s’établit à +1.28% contre +0.75% pour son indice de référence (50% MSCI Monde dividendes réinvestis/50% EONIA Capitalisé). Les encours sont de 10.7 mln d’euros.

Maxima

Sur la semaine, la valeur liquidative du FCP Maxima est quasiment inchangée à +0.02% alors que dans le même temps, l’indice EuroStoxx50 dividendes réinvestis progresse de 0.14%. Si la semaine a marqué le démarrage des publications de résultats en Europe, très bons pour LVMH et Diageo, l’attention des investisseurs a été dominée par des opérations de fusions-acquisitions avérées ou attendues. En Italie notamment, la sphère financière s’est retrouvée en ébullition après la parution d’articles de presse évoquant un intérêt conjoint de Banca Intesa et Allianz pour l’assureur Generali. Dans ce contexte, Maxima dont la politique d’investissement est actuellement très prudente, a largement amorti les variations quotidiennes. Le choix de valeurs a été impacté par l’imbroglio italien, pesant notamment sur Banca Intesa mais aussi par des abaissements de recommandations de broker sur le finlandais Neste Oil par exemple. Par contre, les fonds détenus en portefeuille se sont à nouveau très bien comportés, les trois parvenant à dépasser assez largement la performance hebdomadaire des indices.
Nous n’avons pas réalisé d’opération significative en portefeuille et l’exposition qui reste autour de 75% marque toujours une certaine prudence par rapport aux progressions récentes.
La performance depuis le début de l’année du FCP Maxima s’établit à +0.94% contre +0.46% pour l’Eurostoxx50 dividendes réinvestis. Les encours sont de 9.7 mln d’euros.

N.B : Les performances et réalisations du passé ne constituent en rien une garantie pour des performances actuelles ou à venir. Elles ne sont pas stables dans le temps.