Summer Recap’ – «Un jour sans fin» – AOUT 2019

Après un mois de juillet plutôt calme, les marchés se sont retrouvés chahutés en début de mois d’août par un Donald Trump fulminant contre la Chine (ou indirectement contre la réserve fédérale ?), si bien qu’il nous paraissait peu probable de sauver les meubles avant la rentrée de septembre et de finir l’été sur des terrains relativement neutres, et pourtant…

Performances du 28/06/2019 au 31/07/2019 *:           Performances du 31/07/2019 au 30/08/2019 *:

                                                                                       

(* Indices dividendes réinvestis)

 

Marchés et macroéconomie :

Après un attentisme palpable au cours du mois de juillet, les places boursières mondiales se sont réveillées au cours du mois d’août. L’élément déclencheur ? La baisse des taux de la réserve fédérale d’un quart de point de fin juillet, qui qualifie ce mouvement de « réajustement de milieux de cycle » plus que d’un revirement de stratégie.

Un discours jugé insuffisant pour le locataire de la maison blanche, militant pour une baisse de taux plus conséquente depuis plusieurs mois maintenant. Schéma désormais répétitif, Donald Trump donne donc un coup de pied dans la fourmilière et relance l’engrenage de la Trade War en mettant fin, dès le début du mois d’août, à la trêve sur le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis initiée début juillet, et en annonçant une nouvelle salve de tarification pour les produits importés de Chine (10% sur 300 milliards de produits le 1er septembre).

Une menace à laquelle s’empresse de répondre la Chine en laissant filer sa monnaie, se faisant ainsi accuser de « manipulateur de devise » par Donald Trump au travers de la voix du secrétaire au Trésor américain.

Une phase d’accalmie se fait néanmoins ressentir le 13 août, le président américain repoussant la tarification sur 180 des 300 Milliards de produits chinois au 15 décembre, afin de ne pas impacter la consommation américaine avant la période des fêtes de Noël.

Mais quand la chine réplique d’une hausse de 5 à 10 points de droits de douanes sur 75 milliards d’importations de produits américains, Mr Trump change d’avis et impose finalement sur la tarification prévue pour le 1er septembre (sur les 120 milliards restant) un taux de 15%.

Les pourparlers sont toujours en cours afin de savoir si oui ou non une délégation chinoise se rendra courant septembre à Washington afin de reprendre les discussions commerciales. Néanmoins, le dernier discours de Xi Jinping ne laisse présager aucun assouplissement dans la ligne de conduite des négociations côté chinois.

À quelques semaines des 70 ans de la création de la république populaire de Chine, le président affirme que les challenges auxquels le pays fait face pourraient s’avérer être des combats de long terme pouvant continuer au moins jusqu’au 100ème anniversaire en 2049.

Un climat de tension que Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du commerce, tente d’aplanir en fin de mois en annonçant que la chine ne répondra pas à la dernière relance vindicative de Donald Trump, et que le temps serait à la prévention de l’escalade de la guerre commerciale et à la diminution des tarifications.

Événement notable le 14 août, le taux à 2 ans US passe au-dessus du 10 ans, une inversion de la courbe des taux signifiant une anomalie et étant en général un signal précurseur de récession. Néanmoins, étant donné l’impact négatif indirect de l’escalade des tensions commerciales sur l’économie, une lecture aussi triviale n’est pas chose aisée.

En Europe, la situation chauffe également au niveau des gouvernements anglais et italiens.

En fin de mois, Boris Johnson lance son assaut. Il demande à la Reine de suspendre le Parlement britannique du 9 septembre au 14 octobre, se laissant ainsi plus de temps pour préparer et imposer sa vision le 31 octobre prochain, date échéance fatidique du Brexit. Le risque d’un « No-Deal » devient de plus en plus présent, bien que de nombreux scénarios soient toujours possibles, une motion de censure à l’encontre du nouveau premier ministre en faisant toujours parti.

Tandis qu’en Italie, la coalition gouvernementale entre le mouvement Cinque Stelle et la Ligue implose le 8 août après que le ministre de l’intérieur et président de la Ligue, Matteo Salvini, lâche le gouvernement au pouvoir et demande de nouvelles élections législatives anticipées.

Un pari qui ne tourne finalement pas en sa faveur, le M5S jugeant dorénavant que leur partenaire n’est plus crédible et décide ainsi de profiter de ce revirement pour s’allier avec le parti démocrate et faire front commun face à cet ennemi nouvellement commun.

 

Investissement Socialement Responsable :

La rentrée de la Finance Durable et Responsable :

C’est après les vacances que sonne la rentrée ! Et la rentrée du monde de la Finance Durable démarre sur les chapeaux de roues avec, sans doute, l’événement le plus important de l’Investissement Socialement Responsable : les « PRI in Person » 2019. Cet évènement se tiendra du 10 au 12 septembre 2019 à Paris réunissant les signataires des Principles for Responsible Investment et d’autres professionnels de l’investissement pour apprendre, réseauter et collaborer en personne pendant plusieurs jours. Attirant un public diversifié, il convient aux participants à toutes les étapes dans leur développement de l’investissement responsable, en leur donnant l’occasion de discuter de questions d’actualité et de partager des expériences de leur propre organisation et de leur raison avec des pairs du monde entier.

2018 a été une année charnière pour les PRI. Lors de la dernière édition des PRI in Person, on pouvait compter près de 2 100 signataires représentant 80 milliards de dollars d’actifs sous gestion. Le nombre croissant des membres s’est reflété dans la participation à la conférence de San Francisco : avec plus de 1 200 délégués représentant près de 600 organisations de 37 pays, PRI in Person 2018 est devenu le plus grand rassemblement de professionnels de l’investissement responsable jamais organisé.

Ce moment a coïncidé avec un autre événement majeur en matière de développement durable dans la même ville, le Climate Action Summit. En tant que tel, le changement climatique figurait en bonne place à l’ordre du jour des PRI in Person. Ce rassemblement couvrait également un large éventail d’autres questions environnementales, sociales et de gouvernance ainsi que des sujets tels que la réforme des politiques, l’intégration des ESG et les objectifs du développement durable.

Dans sa lutte contre le réchauffement climatique, Greta Thunberg a décidé de se rendre au sommet mondial sur le Climat de l’ONU en traversant l’Atlantique sur un voilier, car elle refuse de s’y rendre en avion remettant en cause les émissions de carbone que génère ce mode de transport. Ainsi, il lui aura fallu 14 jours pour rallier la Grande-Bretagne à New York. Cette année, le Climate Action Summit réunira le 23 septembre les acteurs du secteur public et privé du monde entier. Ce sommet a pour objectif de renforcer les engagements en faveur du climat pris par ces derniers lors de la COP21.

C’est sur ce même sujet, ou plus précisément celui de la biodiversité que s’articulera la Semaine de la Finance Responsable 2019 qui aura lieu du 26 septembre au 4 octobre 2019. Ce sera l’occasion de (re) découvrir les différentes formes d’investissement socialement responsable au travers des événements organisés partout en France.